lettre de réclamation en vue d'une plainte au tribunal administratif

lettre de réclamation au directeur de l'hôpital de Montauban et à mon psychiatre dans le but d'obtenir un dédommagement financier pour internement abusif. sans réponse avant le 27 mars direction le tribunal administratif avec mon avocat. + résumé de mon livre "au viol citoyens" .

Monsieur,

 

J’ai l’honneur de formuler une réclamation contre mon médecin monsieur Repingon, pour mauvaise prescription, diagnostic fallacieux et internement abusif du mois de mai 2020 au mois de septembre 2020. Je formule également une réclamation contre mon médecin initial monsieur Dorignac également pour les mêmes raisons et notamment internement abusif du mois de juin 2006 au mois de décembre 2009.

En effet, j’ai été suivi par monsieur Dorignac à partir du 12/06/2006 suite à un passage à l’acte hétéro-agressif intrafamilial, qui a été induit par un empoisonnement aux barbituriques par certains services de police au service de l’état français. J’ai pourtant signifié dès mon arrivée à foville fermé que je ne me sentais pas dans mon état normal, depuis plusieurs jours, et que je souhaitais que l’on effectue des prélèvements sanguin et urinaire pour rechercher la présence de toxiques dans mon organisme. En effet j’ai insisté sur le fait que j’avais soif en permanence que je suais énormément, que j’avais des nausées, j’ai même rendu mon repas deux fois, que j’avais des vertiges et que j’étais victime de tremblement et de confusion mentale. Tous ces signes ont disparu instantanément trois jours après mon arrivée, soit avant que le traitement à base de neuroleptiques que l’on m’a prescrit ne fasse effet, et personne ne me fit de prélèvement. En outre je n’ai jamais vu de juge d’application des peines ce dont je me suis plains également étant donné que je souhaitais être jugé par une cour de justice.

J’ai pu ressentir tous ces effets des barbituriques une nouvelle fois dans la semaine du 06/06/2012 mais cette fois j’ai réussi à me contrôler et je n’ai pas commis de passage à l’acte. Visiblement l’état français souhaitait me voir interné à vie.

Je précise en outre que j’ai arrêté à deux reprises toute prise de neuroleptique, une fois en 2013 pendant un an et une autre fois de 2018 à 2019, et je n’ai pas ressenti durant ces périodes ces effets négatifs dus à une ingestion de barbituriques à forte dose.

Je précise que la base de mon soi-disant délire est que je me plains d’être violé la nuit sous GHB ou sous ritaline ou sous kétamine en synergie avec l’hypnose, et ce délire a été récurent depuis 2003, excepté pendant mes hospitalisations, ou lors de voyage pendant des congés à l’étranger (en suisse 2011 et 2020, en italie 2011 ou en espagne 2020), ni les quelques nuits où je dors avec une de mes compagnes, ou encore de 2007 à 2012 durant le mandat de Monsieur Sarkozy.

Depuis 2011, je suis suivi par Monsieur Repingon qui n’a jamais remis en cause le diagnostic initial établit par monsieur Dorignac, ni mon traitement à base de neuroleptiques, en dépit du fait que je lui ai précisé à plusieurs reprises que le fait d’être violé la nuit induisait une forte dépression chez moi. Donc la prescription médicale de ces deux médecins est mauvaise et étayé sur un diagnostic fallacieux, et c’est pour cette raison que je formule cette réclamation.

 

Je vous informe en outre que je suis investi dans les domaines professionnels et militants en dépit de l’ostracisme dont je suis victime, en étant président de trois associations :

- l’association international-schizophrénie :pour dénoncer l’aspect fallacieux et arbitraire du diagnostic de schizophrénie paranoïde versant négatif.

- l’association christophe renard : dénonçant l’utilisation de certaines drogues du viol en synergie avec l’hypnose et aussi luttant contre le harcèlement

- le parti politique démocrate capitanomiste : un parti politique qui me permettra de me présenter aux élections de 2022 afin de devenir je l’espère député à l’assemblée nationale.

 

J’ai également entrepris des démarches récemment pour devenir journaliste auto-entrepreneur pour un journal sur internet que j’ai créé en 2020 et que j’anime déjà, et j’ai également créé 10 autres sites internet depuis 2004. J’ai également un projet d’entreprise industriel dans le domaine de la lutte incendie, mais le fait est que je ne suis pas aidé, à l’image de la non publication des quatre ouvrages que j’ai produit, et qui sont disponible en téléchargement sur mes sites internet et bientôt sur amazon. Vous trouverez ci-joint le résumé du livre de mon histoire depuis 2000.

 

Donc la responsabilité professionnelle du docteur Dorignac et du docteur Repingon étant engagée, je vous demande d’avoir recours à votre assurance responsabilité professionnelle, et je demande 100 mille euros par année d’internement abusif que j’ai dû subir. Vous avez deux mois pour me donner une réponse, après ce délai je me réserve le droit de saisir le tribunal administratif, voir le conseil départemental de l’ordre des médecins pour faire valoir mes droits.

Dans l’attente d’une réponse favorable, je vous prie de croire monsieur le directeur en l’expression de ma considération distinguée.

 

christophe renard

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.