christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

81 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 août 2017

réformer les élections présidentielles une nécessité pas une option

alors que depuis 2002 le mode d'élection des présidents français a montré ses limites en proposant au français seulement deux présidents en finale que personne ne souhaite élire il serait temps de réformer le mode d'élection des présidents au second tour en proposant un réel choix alternatif aux français qui réduira l'absentéisme.

christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

depuis 2002 le mode d'élection des présidents à montrer ses faiblesses. on a le choix qu'entre deux présidents finalistes que personne ne souhaite voir diriger le pays. entre la peste et le choléra il n'y a aucun autre choix.

je pense que pour redynamiser le processus démocratique, il faudrait réformer le deuxième tour des élections présidentielles en proposant aux français la liberté de voter pour plusieurs -3 ou 4 présidentiables- candidats qui représentent aux moins 70 pour cent des votes du premier tour.

ainsi en 2002 on aurait eu  chirac le pen et jospin et mélenchon. en 2017 on aurait eu le choix entre macron le pen mélanchon et fillon qui représentent à eux tous 70 pour cent des choix des français. (25 pour cent macron 22 pur cent le pen 19 pour cent mélenchon, et 20 pour cent pour fillon). cela permettrait de vraiment choisir un président avec plus d'impartialité. macron et le pen totalisait à eux deux 47 pour cent des voix des francais au premier tour. c'est à dire que moins de 1 français sur 4  (25 et 22 pour cent rrespéctivement) a choisit le candidat qui sera élus aux deuxième tour. cela permettrait aussi de ne pas voir la cote de popularité du président s'effondrer après quelques mois de gouvernance étant donné que davantage de français auraient été représenté au deuxième tour. donc d'avantage de français accorderont leur confiance au président dans le temps.

maintenant le président ne serait élu qu'avec 30 ou 40 pour cent des voix mais actuellement ce n'est pas mieux car les gens vote par dépit ou dégout ou s'abstiennent. personne ne voulait de lepen  ni de macron sauf les nantis qui sont une minorité en france et pourtant depuis 2002  ce sont toujours des présidents au service des nantis qui sont élus . a quand un président au service du peuple et qui représente et défend ses intérêts.

a force de tirer sur la corde on va directement à la catastrophe en prenant le risque de voir élire un jour lepen. qui le souhaite???

démocratie ne signifie t-il pas pouvoir du peuple????

signé les hystériques ont les lèvres en feu

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon