WANTED!! Alcooliques, Cancéreux, Jeunes Couples et Chauffards. Cumulards bienvenus.

Voilà! Cela devait arriver! L'hôpital du Creusot devrait fermer.La banque belge, spécialisée dans le financement des services publics ne veut plus suivre. Et on la comprend bien!

Voilà! Cela devait arriver! L'hôpital du Creusot devrait fermer.

La banque belge, spécialisée dans le financement des services publics ne veut plus suivre. Et on la comprend bien!

En fait, le problème, c'est que cette Fondation Hôtel-Dieu, un établissement privé à but non lucratif, n'est pas rentable. Il en va à peu près de même pour l'hôpital de la ville voisine de Montceau-Les-Mines.

 

Une rapide analyse du marché fait clairement apparaître, compte tenu des modalités de prise en charge des soins par la Sécurité Sociale, que le nombre et le type de pathologies aujourd'hui présents sur cet ancien bassin minier et sidérurgique ne sont pas du tout adaptés à la croissance et l'expansion d'une entreprise de ce type.

 

En effet, les pathologies et soins rentables, tels que la chirurgie, la cancérologie, l'obstétrique et les soins aux alcooliques ne sont pas pratiquées en assez grand nombre pour permette le financement des pathologies et soins moins rentables, comme les affections pulmonaires ou la diabétologie qui sont assez nombreux, du fait d'une population vieillissante et des activités industrielles passées du bassin.

 

La logique de marché étant ce qu'elle est, pour sauver cet hopital, qui rend des services à environ 50 000 personnes par an, tout en conservant l'offre de soin la plus large, il convient d'adapter la demande.

 

D'où la raison de cet appel désespéré.

 

Cet appel aux jeunes couples désireux d'avoir des enfants, à rejoindre cette région exceptionnelle, cette ville universitaire, qui pourra voir grandir et s'épanouir leurs enfants.

 

C'est appel à tous les alcooliques de France, à venir rejoindre cette région qui a su préserver la tradition conviviale des bars et café, cette ville idéalement placée entre les Côtes de Beaune, les Côtes Chalonnaises, le Maconnais, et même le Beaujolais qui reste très accessible, cette région qui a su rester très agricole, et dont les agriculteurs, j'en suis sûr, seraient prêts à se lancer dans la culture du houblon si il y avait de la demande.

 

Cet appel aux cancéreux de tous horizons à venir se faire soigner ici, parce qu'on est bon là dessus, bien sur, mais aussi, et là je fais aussi appel àleur esprit civique, par simple altruisme envers ceux qui n'ont pas la chance d'avoir des maladies aussi bien cotées.

 

Cet appel aux chauffards du monde entier, à venir essayer nos routes.

 

Il va de soi que les personnes qui cumulent plusieurs, voire tous les différents avantages décrits ci avant, seront d'autant mieux accueillis.

 

 

Edité le 17 mai 2009

Après cette entrée en matière, à prendre au second degré, bien sûr, je complète le sujet en rendant compte de la manifestation qui a réuni environ 5000 personnes (2500 selon la police, 8000 slon les organisateurs) dans les rues du Creusot, ce samedi 16 mai.

DepartManif.jpg

 

L'avenir de l'hopital du Creusot n'est en effet plus assuré à ce jour, car la banque qui finançait la trésorerie, DEXIA, a décidé de ne plus suivre, plaçant de fait l'hopital en situation de cessation de paiement à court terme.

 

Cette décision de DEXIA, qui a pourtant été soutenu financièrment à hauteur de 4 milliard d'euros il n'y a pas si longtemps que ça, fait suite à la mauvaise santé financière de cet hopital, qui était pourtant en pleine forme il y a quelques années.

L'origine de la maladie dont souffre cet hopital est la "tarification à l'acte".

 

Cette tarification à l'acte, sous couvert de rigueur budgétaire, transforme le personnel soigant en machine à dispenser des soins d'une part, et créée d'autre part une vraie inégalité entre la prise en charge des soins selon le type de pathologie.

 

Sur le premier point, par exemple, l'acte de faire une piqure est pris en charge à hauteur de quelques minutes d'intervention, évaluées en fonction de l'acte technique uniquement, et sans prendre en compte l'humanité du patient, qui peut avoir besoin de discuter, avoir aussi beoin d'une bouteille d'eau, ou qu'on lui ouvre les rideaux,.... notamment avec les populations agées, ce qui est le cas dans la région.

 

Sur le second point, il semble que certaines pathologies soient mieux traitées que d'autres en ce qui concerne la prise en charge, sous le motif que certains traitment sont nouveaux, nécessitent de la rechercher, ou de médicaments spécifiques facturés au prix fort par les laboratoires probablement en situation de monopole.

 

De plus cet hopital et son service des urgences assure actuellement les accueils de nuit et de week-end, compte tenu du sous équipement actuel de la région en médecine généraliste.

 

Alors bien sûr, la mort de la fondation qui gère actuellement l'Hopital laissera une place vacante, que beaucoup d'investisseurs voudront combler. Mais pour faire quelle médecine?

 

Et dans l'interval, quelle solution pour la continuité de soins?

 

MarcheManif.jpg

 

Toutes ces interrogations sont à la source de la grande mobilisation de ce samedi 16 mai dans les rues du Creusot, qui ont emmené les manifestants jusque devant les grille de l'Hôtel Dieu

 

DevantHop.jpg

 

Devant l'hôpital, M Billardon, maire du Creusot et Président du Conseil d'Administration de l'Hôpital a annoncé que les habitants du Creusot sauraient se faire entendre des décisionnaires régionaux et parisiens.

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.