Banksy - L'enfant du pousse-pousse (Rickshaw kid)

Je découvre cette œuvre de Banksy. Elle évoque pour moi merveilleusement l'accaparement des ressources terrestres par une toute petite frange de la population mondiale.

 © Banksi © Banksi

Je découvre cette œuvre de Banksy. Elle évoque pour moi merveilleusement l'accaparement des ressources terrestres par une toute petite frange de la population.

Pourtant l'interprétation que j'ai lue de cette œuvre, et la vision simplement objective du dessin, ne font aucune référence à une interprétation "environnementale".

Mais la description stéréotypée du couple blanc arrivé et enrobé, surreprésenté en taille dans le dessin, et mis en évidence par sa colorisation, écrase tout le reste et notamment l'enfant qui tire en noir et blanc.

Je découvre aussi cette œuvre au moment où j'ai lu et entendu des infos sur le groupe Nestlé, que ce soit pour son lobbying en Australie pour éviter d'avoir à se préoccuper trop de l'esclavage moderne, ou pour le manque de rigueur dans le contrôle du travail des enfants dans sa chaîne d'approvisionnement en matières premières et notamment en café et cacao.

Et je découvre aussi cette œuvre au moment où je suis encore très sensibilisé au jour du dépassement mondial, cette année le premier août, jour du dépassement unique qui masque la très grande disparité entre les différents pays avec par exemple notre voisin le Luxembourg en février, notre pays la France (5 mai), et des pays comme le Maroc qui consomment juste leur part des ressources renouvelables par notre planète en un an (jour du dépassement fin décembre).

Cette œuvre pourrait aussi être l’allégorie de la place de l'argent dans la société par rapport au travail (j'entends le travail humain....) puisque depuis les cinquante dernières années, la part qui va au capital n'a cessé d’augmenter relativement à la part qui va au travail.

Merci à Isabelle Attard de m'avoir fait découvrir cette œuvre en ayant aimé ce tweet.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.