Christophe67
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

3 Éditions

Billet de blog 21 avr. 2008

Les indices qui rappellent la nécessité de distanciation.

Christophe67
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans son dernier billet, Jean Luc Mélenchon revient sur ses differentes interventions donnant une vision, et un point de vue différents sur les évènements parisiens du parcours de la flamme olympique et leur contexte. http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=588.

Il y évoque, dans son paragraphe intitulé "le devoir de mise à distance", les indices qui l'ont amené à douter du bienfondé des actions entreprises contre la Chine et les JO qu'elle accueille.

Ceci m'a ramené à mes propres doutes. Depuis le début, je suis gêné par tous ces évènements.

Bien sûr, il est normal que les peuples aient droit à l'auto-détermination, et notamment le peuple tibètain.

Bien sûr, les droits de l'homme m'apparaisent comme fondamentaux, et l'évolution de la Chine notamment vers l'abandon de la peine de mort, et des horreurs qui l'accompagnent, sont pour moi une nécessité.

Bien sûr, au moment de la désignation de la ville et du pays organisateurs des JO, il était plus ou moins sous entendu ou espéré des évolutions rapides dans ce domaine.

Evidemment, il est nécessaire que la liberté de la presse, et la liberté d'expression s'exerce aussi au Tibet et en Chine.

Néanmoins, deux éléments ont éveillé en moi des doutes, ces fameux indices qui incitent à ne pas adhérer forcément à ce qui semble pourtant évident.

D'abord, et même si l'occasion des JO est bonne pour faire valoir l'intéret des droits de l'homme, ou de la liberté de la presse en Chine, le fait que cette mise en valeur se fasse au détriment de valeurs qui m'apparaissent aussi comme fortes, et peut être plus universelles, comme celle de la fraternité entre les peuples que représente les JO.

Je me rappelle que j'avais eu ce même sentiment à l'occasion des élections algériennes qui avaient été invalidées, alors que (ou parce que) le parti islamique les avaient remportées. Les réactions pour dire que cette invalidation étaient une bonne chose avaient été nombreuses, et pourtant, j'avais eu comme un sentiment d'amertume au fond de la gorge devant ce reniement de la valeur démocratique d'une élection.

L'autre indice, c'est le décalage entre la cause défendue, pas très claire au demeurant (les droits de l'homme?,... l'indépendance du Tibet?,...), et l'origine de l'appel au boycott, l'association Reporter Sans Frontière.

Non pas que j'ai quelque prévention contre cette association, que je connais peu et dont je pense que l'objet a largement sa place dans la défense des libertés, que ce soit en Chine, ou dans d'autres pays (on pourra lire par exemple l'excellente enquête dans le premier numéro de XXI, sur Mme Politkowskaïa).

Mais surtout, qu'aucune des associations ou personnages que j'aurais attendu sur ces fronts, n'était vraiment visible dans le tapage médiatique, je veux parler d'Amnesty International, ou du Dalaï Lama ; ce dernier se prononçant même contre le boycott des JO.

Pourquoi ce tapage médiatique, pourquoi cette volonté d'éteindre une flamme porteuse de sens, pourquoi cette violence dans les attaques, et dans la défense des protecteurs chinois de la flamme.

Peut-être se joue-t-il là une autre partie que celle qui nous est donnée à voir? Peut-être le saurons nous dans un an, dans 10 ans ou dans un siècle. Peut être jamais.

Mais ce dont je me rappelerais, c'est de douter. Toujours douter. Le pire ennemi de la vérité reste encore la certitude.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet
Journal
Fabien Roussel : le Rouge qui fâche
Le candidat du PCF à la présidentielle a réussi à gagner en notoriété en enfourchant les thématiques de droite. Mais au sein de ses troupes, certains jugent que l’idéal communiste a déserté la campagne.
par Pauline Graulle
Journal — Évasion fiscale
Le géant du BTP Fayat fuit l’impôt à l’île Maurice
Le groupe bordelais de BTP Fayat a mis en place une société offshore à l’île Maurice, en lien avec ses activités en Afrique, et a supprimé l’an dernier dix emplois en France pour faire tourner ce montage fiscal à plein régime.
par Yann Philippin
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau