Christophe67
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

3 Éditions

Billet de blog 21 mai 2012

Le plomb de Pont-Pean n'appelle pas de pinpon.

Christophe67
Ingénieur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans la newsletter de l'InVS (Institut de Veille Sanitaire), ce matin, deux rapports sur des pollutions industrielles passées, et leur impact sur la population.

L'un concerne une ancienne mine de plomb, de zinc et d'argent à Pont-Péan, Bruz et Laillé.

Une évaluation de l'exposition des populations en fonction de leur comportement possible conduit à la conclusion que ce sera aux riverains d'adapter leurs comportements à cette pollution industrielle pourtant constatée.

Il va falloir faire avec, Messieurs Dames. © Google Map

Cette étude s'appuie sur plusieurs scénarii construits selon deux facteurs principaux : l'importance de la pollution des sol, et le comportement de la population.

Outre le fait que l'on peut reprocher à l'étude de considérer que le scénario le plus pessimiste, si il repose bien sur des zones de concentration de pollution les plus fortes (on pourra contester le niveau de pollution retenu qui est 4 fois inférieur au maximum effectivement constaté), ne repose que sur un comportement "moyen" de la population.

Mais il faut bien constater que l'InVS ne fait que répondre à la question qui lui était posée.

C'est donc la question posée qui peut sembler étonnante : Faut-il prévoir un dépistage systématique du saturnisme infantile?

Est-ce la seule question à se poser?

Combien de temps la pollution effective des sols va-t-elle perdurer?

N'y a-t-il pas ici un préjudice écologique et de santé publique qui n'a jamais été pris en compte dans aucune étude économique lors de l'exploistationde la mine,et quel est-il ?

N'y a-t-il pas d'impact sur le développement de l'enfant et sur la santé en dessous du seuil de plombémie de 100 microgramme/litre de sang, seuil de déclenchement de l'action ?

Comment évaluer le surcout et l'impact sur la santé si le dépistage n'est pas généralisé et donc laissé au suivi traditionnel par le médecin ?

Le médecin généraliste est-il compétent pour décider d'un suivi particulier (la visite du logement, et la connaissance des taux de plomb dans ses peintures semble indispensable) ?

Bref autant de questions non posées auxquelles l'InVS ne répond donc pas.

L'autre concerne une ancienne fonderie à Flers. Là aussi, ce sera à la population de s'adapter et d'apprendre à vivre avec.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles depuis des années dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 37 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica