Stratégie pour les Régionales 2015 et Mouvements Citoyens

Ce billet est né, parce que mon commentaire en réponse à M Boudinovitch dépassait les 4500 caractères.Voici le message auquel il répond (vous pourvez le retrouver ici, début de la conversation le 22/06/2015 à 21:28 )

Ce billet est né, parce que mon commentaire en réponse à M Boudinovitch dépassait les 4500 caractères.

Voici le message auquel il répond (vous pourvez le retrouver ici, début de la conversation le 22/06/2015 à 21:28 )

----------------------------------------

24/06/2015, 16:50 | Par boudinovitch en réponse au commentaire de Christophe67 le 23/06/2015 à 16:25

Merci. J'ai moi-même écrit, dans un texte de l'édition "faits et arguments pour la démocratie et pour le socialisme" ce que je pensais des contradictions inhérentes à la notion de parti. En même temps je ne crois pas qu'on puisse s'en passer. Pourquoi ? Parce que je veux GAGNER, donc participer à la bagarre. Vous remarquerez que votre commentaire ne répond pas une seule seconde à ma question : qu'est-ce que vous proposez pour éviter un face à face Sarko / Le Pen en 2017 ?

-------------------------------------------

 

Je suis décidément un très mauvais passeur d'idées, ou peut être vous, un obtu incurable, les deux n'étant pas incompatibles.

Ce que je propose c'est d'arrêter de faire de la politique politicienne, des petits arrangements de partis, des magouilles tactiques tacticiennes à 100 balles pour finir par un arrangement avec un Hollande ou un Vals au second tour.

Ce que je propose c'est d'arrêter de parler de droite et de gauche, c'est un clivage qui n'a rien à voir avec les enjeux du 21ème siècle.

Ce que je propose, c'est de prendre en compte que la croissance telle qu'elle est calculée aujourd'hui c'est fini pour l'Europe, et c'est la ou les deux dernières décénies pour le monde.

Ce que je propose c'est de dire clairement que dans ce contexte, l'alternative à 20 ans c'est le partage ou la guerre. Le choix FN/sarko/PS en la matière est clair. Les choix EELV qui parlent encore de croissance verte, du PC qui est productiviste en diable, et du PG à fond dans une politque de soutien de la demande, n'apporte aucune vraie solution de partage.

Certes, ce n'est pas très vendeur, mais il faut avoir le courage de trouver et de proposer des solutions qui intègrent pleinement la promesse d'a-croissance mondiales des prochaines années, et dont les électeurs ont une intuition, et forcément une crainte. Toute la question est de savoir si ils voudront sauvegarder la situation économique de leurs enfants ou leurs vies.

Ce que je propose c'est d'entendre les abstentionnistes qui sont le parti majoritaire, et leur rejet de toutes les magouilles politicardes, des coups bas, les activismes, comme le votre ici, qui ressassent leur discours stéréotypés, et hérités d'une façon de faire de la politique qui est passée de mode, parce qu'elle a montré ses limites démocratiques.

A la différence de vous, je ne veux pas "GAGNER". Je ne vois pas que 2017. J'ai des enfants et c'est un monde meilleur pour eux que je vise.

Ceux qui partent aujourd'hui de Nouvelle Donne partagent votre vision d'une urgence à agir pour "GAGNER". Mais que gagne-t-on  finalement à se perdre ?

Que gagne-t-on à être, soi même, ou à rejoindre des mouvements, même présentés comme "citoyens", qui en sont déjà remplis, un professionnel de la politique, prêt aux compromissions, aux calculs, aux arrangements, aux renoncements partiels ou totaux, aux promesses irréalisables, pour conserver sa place, ou pour en trouver une autre plus chaude, bref que gagne-t-on à être ou à devenir tout ce que les citoyens exècrent justement ?

Si c'est votre calcul pour vaincre le risque FN/Sarko, c'est déjà mort. Et me demander ce que je propose moi, et vous obstiner à ne pas voir le contenu de ma réponse comme MA réponse à votre question, c'est déjà vouloir rejeter toute autre possibilité que celle que vous avez programmée.

Je croirai en vos rassemblements citoyens lorsque j'aurais la certitude qu'ils sont bien "citoyens".

C'est à dire lorqu'ils seront construits de manière à renouveler le monde politique, en plaçant en tête (au minimum aux deux premières places de chaque section départementale) des personnes qui n'ont jamais été élues, et qui auront été choisie par le collectif, et non par les partis à l'origine de la démarche.

J'y croirai lorsque ces rassemblements citoyens seront indépendants, c'est à dire n'afficheront aucune étiquette, et n'auront aucun montage financier (garantie de prêts, etc...) avec des partis. Un financement citoyen d'une liste citoyenne s'impose. Si la liste veut faire 100000 voix, il suffit que chaque votant finance la liste pour laquelle il souhaite voter avec un ou deux euros euros en moyenne pour payer la campagne, le solde pouvant être financé par l'emprunt (un bailleur de fond qui voit arriver une liste avec 100000 euro de dons ou de promesse de don à un euro par sympathisant a toutes les raisons d'avoir confiance).

J'y croirai lorsque l'électeur que je suis et qui se déplace aux urnes sera VRAIMENT respecté, c'est à dire que j'aurai la garantie que les engagements de campagne du premier tour ne seront pas dilués et pervertis par une alliance faite en 2 jours pour le second tour, et lorsque je serai sûr qu'aucune consigne de vote ne sera donnée au second tour en cas de retrait volontaire ou d'élimination.

J'y croirai enfn lorsque les candidats se soumettront au contrôle externes du respect de leurs engagements, et aux possibilités de recours, en signant la charte Anticor.

J'aurais toute une liste d'autres envies à mettre dans ces rassemblements citoyens. Je vous ai cité simplement ceux qui m'apparaissent comme non négociables.

Vous l'aurez compris ( ou peut être pas encore ) que ce que je propose pour éviter le monde que nous dessinent les FN/Sarko/PS, c'est que les partis, et leurs élus, se mettent au service de leurs électeurs, et arrêtent de les considérer comme un simple moyen de GAGNER, mais reviennent aux fondamentaux qui est de les considérer, de les considérer enfin, comme les personnes qu'ils représentent.

Bien à vous

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.