christophevidal31
Journaliste et auteur
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juin 2021

(11) " Les virus surgissent comme un marqueur divin de la folie des hommes "

Macron écrivait dans " Révolution " : « Je suis convaincu que le XXIe siècle dans lequel nous entrons est un siècle de promesse. Je veux une France réconciliée qui considère les plus faibles et fait confiance aux Français. » Diable, nous étions 8 millions à frétiller à cette idée. Depuis le dictat législatif, le virus, les frappes sociales ont divisé le peuple mais aussi réveillé des consciences.

christophevidal31
Journaliste et auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© cocoparisienne

Ce soir-là, un ami écrivain et journaliste réagit à mes interrogations sur le mouvement liberticide qui s’opère dans notre pays. Juif, engagé dans la société civile pour la défense des droits de l’homme, intellectuel, ancien trotskiste reconverti chef d’entreprise, il m’assène : « Je ne vois aucune menace du gouvernement sur nos libertés. La seule qui est digne d’être prise en compte est celle de l’islamisme radical et elle justifie les mesures prises pour lutter contre et protéger les Français. » Que puis-je argumenter ? Oui, il a cette conscience de la puissance destructrice de l’extrémisme. Ses cellules ont la mémoire de la Shoah, de l’humiliation, de l’apocalypse et il fait confiance à nos appareils démocratiques. Les études sur l’épigénétique nous ont démontrées que les héritages transgénérationnelles se transmettent, surtout les blessures. Et je comprends et ressens sa terreur. Mais je visualise également qu’il s’agit de l’arbre qui cache la forêt. Jamais nous n’avons été confrontés à cette élévation du niveau de conscience d’une partie des Français qui ose dire non à ceux qui osent proposer des lois liberticides en pleine crise sanitaire.

La Covid fend déjà largement notre psyché sans avoir besoin d’y ajouter une pincée, une louche de piment d’autoritarisme. L’émotion collective est si prégnante et durable que nous assistons à l’émergence d’une nouvelle affirmation chez des individus, jusque-là alignés sur la pensée unique. Désormais, certains ne jurent que par une exception non pas culturelle mais libertaire et ce, malgré les égorgements de nos compatriotes par ceux qui nous détestent. Malgré un virus qui devrait nous rassembler, telle une armée en temps de guerre, mais qui pourtant nous divise. « Les virus surgissent comme un marqueur divin de la folie des hommes, comme un test de conscience », confie le neuroscientifique Yann Rougier, dans le magazine Inexploré de l’Inress (Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires) en juillet 2020. Les hommes sont en réaction face à la volonté de contrôle absolu de l’environnement (santé, économie, technologie…) par une oligarchie politique tournante mais pas changeante dans sa gouvernance, un état profond organisé par de petits maîtres. Les années Macron sont rédhibitoires pour beaucoup.

L’une des dernières lois en date est celle relative à l’instauration d’un passeport vaccinal (passeport immunitaire ou sanitaire) qui permettrait de prouver qu’un citoyen a bien été vacciné contre la  Covid-19. Un papier qui l’autoriserait à voyager à l’étranger ou encore à se rendre dans certains lieux publics. La démarche a déjà été initiée par des pays (Israël, Suède, Danemark, Islande). Les professionnels du tourisme y sont, bien sûr, favorables pour relancer leur chiffre d’affaires. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », écrivait Rabelais. Cette loi vise, je le rappelle, à « instituer un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires », présenté encore en procédure accélérée par Jean Castex le 21 décembre 2020, il est écrit que « le Premier ministre peut, le cas échéant dans le cadre des mesures prévues aux 1° à 5°, subordonner les déplacements des personnes, leur accès aux moyens de transports ou à certains lieux, ainsi que l’exercice de certaines activités à la présentation des résultats d’un test de dépistage établissant que la personne n’est pas affectée ou contaminée, au suivi d’un traitement préventif, y compris à l’administration d’un vaccin, ou d’un traitement curatif. » Pour le plus grand bien de tous et en accord avec le gouvernement, mais pas avec celui du peuple de France. 

C'est fait...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt