(12) Ce qui a été conquis au prix du sang de nos ancêtres ne peut être lapidé

La peur, la panique, les intérêts corporatistes et individuels, la pression des urnes à remplir prochainement, amènent les hommes à prendre des décisions qui, au premier chef, vont à l’encontre de La Déclaration universelle des droits de l'homme adoptée le 10 décembre 1948.

 © Hasan Almasi © Hasan Almasi
« Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un État. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. » Ce que d’aucuns qualifient d’urgence sanitaire justifie l’incarcération de cet article 13 qui a été adopté par 58 États après la Seconde Guerre mondiale. C’est ainsi que l’on bafoue l’histoire des hommes, que l’on abat l’un des piliers sur lequel repose la démocratie : la liberté. Ce n’est pas négociable, car sujet à un retour à une société qu’ont subi nos aïeux où la lutte des classes était exacerbée, la liberté qu’une idée, les revendications exprimées dans la violence menant au chaos avant la naissance de nouveaux droits dont nous jouissons aujourd’hui. Soyons conscients que ce qui a été conquis à la pointe de la baïonnette, sous la mitraille, au prix du sang de nos ancêtres épris de liberté ne peut être lapidé. Nous devons les honorer pour ce qu’ils ont entrepris pour les générations actuelles et ne pas oublier.

Le mal est déjà fait avec les trois décrets du 2 décembre 2020 modifiant les dispositions du Code de la sécurité intérieure (CSI) relatives au traitement de données à caractère personnel. Une disposition approuvée par le Conseil d’État, notre plus haute juridiction de l'ordre administratif, dont le vice-président (qui assure les fonctions de président), est Bruno Lasserre. Le journaliste Régis Desmarais s’épanchait sur son cas sur Mediapart en mai 2018 : « Il a terminé sa présidence de l’Autorité de la concurrence dans une débâcle managériale et humaine jamais atteinte dans une administration française : un mort, des burn-out, des arrêts maladie en grand nombre et une qualification de “ toxique et disqualifiant ” et de “ harcèlement moral ” pour le management mis en œuvre. (…) Il est choquant et surprenant que l’actuel vice-président du Conseil d’État soit un individu dont les méthodes de management ont été désavouées en 2016 par une juridiction administrative. »

Confiance en nos appareils démocratiques, disait-on. Emmanuel Macron et son gouvernement n’ont fait qu’observer le vice-président du Conseil d’État mis en examen le 27 septembre 2018 pour « complicité de harcèlement moral ». Nous sommes en quête d’exemplarité, d’autant quand un candidat à la présidentielle place le début de son quinquennat sous le signe de la moralisation de la vie publique et promulgue une loi organique le 15 septembre 2017 pour la confiance dans la vie politique. Très certainement le périmètre d’application est-il trop étroit, portant sur les collaborateurs des élus et de ministres, ainsi que sur les conflits d'intérêts. Mais ce 15 septembre, en lisant ce texte, j’avoue : félicité. Confiance en ces hommes du nouveau pouvoir et en leur moralité. C’était avant que l’état de l’État ne devienne préoccupant. « Que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre », me suis-je engagé à penser jusqu’à ce jour…

Les citoyens ont le devoir, à travers les urnes, de se dégager de toute complicité avec celles et ceux qui entretiennent un système disqualifié ou empruntent des chemins sur lesquels nous risquons de nous enliser. « Il nous appartient de veiller tous ensemble à ce que notre société reste une société dont nous soyons fiers : pas cette société des sans-papiers, des expulsions, des soupçons à l'égard des immigrés, pas cette société où l'on remet en cause les retraites, les acquis de la Sécurité sociale, pas cette société où les médias sont entre les mains des nantis, toutes choses que nous aurions refusé de cautionner si nous avions été les véritables héritiers du Conseil National de la Résistance », écrivait Stéphane Hessel dans son essai Indignez-vous. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.