The perfect candidate (2019, Haifaa Al-Mansour) - Candidature en échec

Après Wadjda (2012), Haifaa Al-Mansour livre The perfect candidate, soit un nouveau portrait conjugué au féminin de l’Arabie Saoudite celui d’une jeune femme saoudienne, médecin animée de quelques ambitions politiques locales au sein d’une société patriarcale ultra conservatrice.

perfect-candidate-the

Haifaa Al-Mansour est la première réalisatrice d’un pays, l’Arabie Saoudite, à l’industrie cinématographique embryonnaire. En 2012, son passage à la réalisation d’un premier long-métrage de fiction, Wadjda, fut une réussite saluée dans de nombreux festivals dont celui de Venise. Au portrait de la jeune héroïne de Wadjda succède dans The perfect candidate celui d’une jeune femme saoudienne. Elle est médecin dans une société ultra conservatrice et aux pouvoirs détenus par les hommes.

Maryam est médecin dans la clinique d'une petite ville d'Arabie saoudite. Alors qu'elle veut se rendre à Riyad pour candidater à un poste de chirurgien dans un grand hôpital, elle se voit refuser le droit de prendre l’avion. Célibataire, il lui faut une autorisation à jour signée de son père, malheureusement absent. Révoltée par cette interdiction de voyager, elle décide de se présenter aux élections municipales de sa ville.

Lire notre chronique dans son intégralité : lien

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.