Compétition - Era uma vez Verônica

TROPICALISME EXISTENTIELMarcelo Gomes, Brésil 2012, 1h31Di 17 à 22h GaumontVerônica est une jeune psychiatre de 24 ans vivant avec son père à Recife. Cette ville importante de la côte du Nordeste du Brésil où l’horizontalité de la plage, essentielle dans le quotidien des habitants, contraste avec la verticalité urbaine du monde moderne. Marcelo Gomes met en scène sa ville natale, lui attribuant une place de personnage à part entière.

ART2_Era_uma_vez_eu_Vero_nica_.jpg
TROPICALISME EXISTENTI
EL

Marcelo Gomes, Brésil 2012, 1h31
Di 17 à 22h Gaumont

Verônica est une jeune psychiatre de 24 ans vivant avec son père à Recife. Cette ville importante de la côte du Nordeste du Brésil où l’horizontalité de la plage, essentielle dans le quotidien des habitants, contraste avec la verticalité urbaine du monde moderne. Marcelo Gomes met en scène sa ville natale, lui attribuant une place de personnage à part entière.Il nous implique dans le rôle de patiente que Verônica s’applique à elle-même. À travers les doutes du personnage, il dépeint un Brésil néolibéral en pleine croissance économique où les rapports de compétitivité dans le monde professionnel deviennent légion. Il pointe du doigt avec justesse les difficultés éprouvées par les individus lorsque leurs maturités professionnelle et émotionnelle divergent. L’auteur qualifie son film de tropicaliste existentiel. Remportant le Grand Prix Coup de Cœur du Jury lors de la 23e édition de Cinélatino pour son deuxième film Viajo porque preciso, volto porque te amo, c’est avec enthousiasme qu’il concourt cette année : « j’ai une relation merveilleuse avec Cinélatino où j’ai été reçu chaleureusement. J’espère qu’il en sera de même avec Verônica ».

Anne-Cécile Abit

Autre projection :
Ve 22 à 16h00 au Gaumont

Bonus:
Meilleur Film, Meilleur scénario, Meilleure photographie, Meilleur second rôle pour WJ Sohla, Meilleure bande-originale lors du 45e Festival de cinéma brésilien de Brasilia en 2012.

Fiche film

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.