Cinelatino
Festival Cinélatino, Rencontres de Toulouse - Cinémas d'Amérique latine
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

2 Éditions

Billet de blog 20 mars 2013

Cinelatino
Festival Cinélatino, Rencontres de Toulouse - Cinémas d'Amérique latine
Abonné·e de Mediapart

Compétition - Habi, la extranjera

En quête de soiMARÍA FLORENCIA ÁLVAREZ / ARGENTINE / 2013/ 1h3221 mars _ 20h_Gaumont WilsonAprès une rencontre imprévue, Analia, débarquée de sa province à Buenos Aires, décide d’assumer une nouvelle identité, celle d’une jeune fille arabe, libanaise et musulmane. Elle se choisit un prénom affectif, Habiba, qui signifie bien-aimée en arabe.

Cinelatino
Festival Cinélatino, Rencontres de Toulouse - Cinémas d'Amérique latine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


En quête de soi

MARÍA FLORENCIA ÁLVAREZ / ARGENTINE / 2013/ 1h32
21 mars _ 20h_Gaumont Wilson

Après une rencontre imprévue, Analia, débarquée de sa province à Buenos Aires, décide d’assumer une nouvelle identité, celle d’une jeune fille arabe, libanaise et musulmane. Elle se choisit un prénom affectif, Habiba, qui signifie bien-aimée en arabe.

Ce personnage, au premier abord timide et réservé, s’intègre rapidement et avec une grande facilité à la communauté libanaise. Cours d’arabe et de religion, Habi apprend vite, se passionnant pour cette culture qui la touche profondément.

Analia se cherche à cet âge (20 ans) où commence sa vie de jeune adulte. En décidant de rester à Buenos Aires, elle fugue loin de sa mère très pesante dans sa vie. Son ancienne vie familiale n’est pourtant jamais évoquée.

Les amitiés et les rencontres amoureuses la déstabilisent. Cependant, ces moments de partage lui font affronter ses peurs et lui ouvrent de nouvelles portes.

Pour son premier long-métrage, la jeune réalisatrice Maria Florencia Alvarez a placé cette recherche d’identité dans un contexte surprenant, autour de la communauté musulmane portègne. Elle parle d’islam avec une grande ouverture d’esprit : « Je crois qu’il est très difficile de comprendre l’islam et sa richesse d’un point de vue occidental, j’aimerais que le film puisse faire passer un peu de tolérance. »

Salsabil Chellali

Bonus :
Le film est né d’une coproduction entre les Argentins Lita Stantic (qui a produit entre autres les films de Lucrecia Martel) et Hugo Sigman et le cinéaste brésilien Walter Salles (Carnets de voyage, Central do Brasil).

Fiche film

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte