Cinéma du réel
Festival international du film documentaire
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mars 2022

Entretien avec Wiame Haddad, réalisatrice de Hors-Titre

Entre visible et invisible, Hors-titre se porte témoin d’un événement passé, celui du 17 octobre 1961. C’est pendant cette nuit qu’a eu lieu le massacre de la police française sur de nombreux Algériens qui manifestaient pour leur indépendance. Wiame Haddad, artiste et cinéaste, donne à voir le hors-champ de l’histoire.

Cinéma du réel
Festival international du film documentaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pouvez-vous décrire la démarche artistique dans laquelle vous vous inscrivez ? 

Je m’attache à raconter des histoires un peu moins visibles ou invisibilisées, qui portent un enjeu politique fort, dont la forme est souvent photographique, mais qui peut être également multiple. Il y a vraiment un travail de recherche considérable, je m’intéresse à des événements historiques et politiques qui ont existé. J’ai besoin de comprendre ce qui s’est passé, connaître les enjeux et récolter des témoignages de personnes qui ont vécu ça. C’est tout un travail de recherche, d’archives, de rencontres qui prennent plusieurs mois, voire plusieurs années. C’est seulement après qu’arrive l’idée formelle, ce n’est jamais défini à l’avance. L’image naît de cette archéologie. Finalement, je donne à voir et essaye d’analyser les images ou les représentations de violences d’États ou d’événements traumatiques.

Votre film Hors-titre est tiré d’une de vos photographies À propos d’une chambre occupée (vision d’une soirée d’octobre 1961), l’idée de faire un film existait-elle en même temps que l’idée de la photographie ? 

Il y a souvent ce dialogue entre le photographique et le cinématographique dans mon travail. Je savais que je voulais une caméra dans le processus de prise de vue. J’ai eu un geste un peu instinctif qui est né pendant qu’on travaillait. Dans cette photographie qui évoque le 17 octobre 1961 et le massacre qu’il y a eu lieu cette nuit-là, on voit un homme qui sort de sa chambre pour rejoindre la manifestation, et j’ai filmé dans cette chambre comme un geste d’archivage du travail photographique. 

Que vouliez-vous raconter à travers Hors-Titre

Avec Hors-titre, c’est vraiment une reconstruction totale d'un événement qui a vraiment existé. Au départ, j’imaginais un jeune homme pour représenter le personnage, parce que lorsque l’on voit les images de cet événement, c’est plutôt des jeunes militants, des jeunes ouvriers. En premier lieu, il semble être quelqu’un de jeune, mais quand on s’attarde sur le film et la photographie, c’est quelqu’un d’assez âgé, il a ses mains ridées et des cheveux grisonnants. Cet homme est presque le témoin contemporain de lui-même qui est mort ce jour-là. Je fais également référence aux chibanis algériens qui vieillissent dans leur chambre encore aujourd’hui, et qui ne sont pas rentrés en Algérie. C’est un jeu entre passé et présent, visible et invisible.  

Le film est composé d’images en couleurs et en noir et blanc. Pourquoi avoir décidé de jouer sur ces deux univers ?  

L’espace en couleur est un tout petit lieu, un tout petit endroit qui raconte le hors-champ de l’événement, c’est la chambre qui porte en elle les traces du massacre du 17 octobre 1961. Ce dont je parle se passe hors-champ, c’est comme ça que j’ai imaginé le montrer. Dans la deuxième partie du film tourné en noir et blanc, on bascule vers le hors-champ du travail ; de la création. On se rend compte que les images en couleurs sont une pure fabrication. C’est comme si l’un était le négatif de l’autre. Comme c’est un événement qui manque d’images, il y a à la fois ce jeu d’archiver le travail que je réalise, mais aussi d’archiver en quelque sorte l’événement dans un sens plus large. 

Pourquoi avoir fait le choix de réaliser un film muet ? 

La question du silence enveloppe d’une certaine manière cet événement, il est presque multiplié par le silence du film. C’est aussi une façon pour chacun et chacune de créer sa propre nappe sonore, de projeter ce qu’on ressent par rapport à cette histoire ou par rapport à ce que je raconte. 

Abbas Kiarostami, grand cinéaste iranien, travaille sur cette frontière entre documentaire et fiction, il affirme que « Bien que nous soyons redevables à la réalité, il me semble que le premier pas pour arriver à ce cinéma-là consiste à briser cette réalité. » Vous sentez-vous proche de ce qu’il démontre ? 

Kiarostami est un cinéaste important. Comme ce que je disais, les projets que je réalise sont extrêmement ancrés dans la réalité, mais aussi dans le documentaire, car il y a toute cette recherche à réaliser en amont. Or, je prends aussi du recul et j’invente quelque chose qui m’est propre, ça devient une fiction. Cet homme est un personnage que j’invente même s’il est très inspiré de mes recherches. Il faut briser ce réel, et ne pas avoir peur de la mise en scène. 

Justement, la complexité n’est pas de trouver un bon équilibre entre la réalité et la fiction ? 

Tout à fait, c’est complexe. Le travail du chef décorateur, Samuel Charbonnot, est assez incroyable de ce point de vue-là, car on a vraiment essayé de faire quelque chose qui soit presque comme une vraie chambre. À partir du moment où l’on a créé un espace qui est très proche de la réalité, on peut se permettre cinématographiquement et photographiquement de jouer à l’intérieur. Ce qui m’intéresse ce n’est pas que les gens soient simplement des regardeurs, c’est qu’ils soient aussi inclus dans l’histoire que je raconte, dans l’image que je crée. 

Pensez-vous que les gens ont pris conscience et connaissance de tous ces conflits, notamment de ce qu’il s’est passé durant la guerre d’Algérie ? 

Il existe un manque évident de reconnaissance politique, d’images et aussi de compréhension. Il reste encore beaucoup à raconter. Le film pose la question de ce manque de représentations en recréant une image elle-même mise en scène, une manière d’archiver ces absences. Cette archive reconstruite invente un espace qui dialogue avec les traces de l’absence. Mais il ne s’agit évidemment que d’un minuscule fragment. Encore une fois, l’événement dont je parle ici - la répression de la manifestation du 17 octobre 1961 - se passe hors champ, en dehors de cette chambre et de l’espace du film… charge au regard de reconstruire cette image manquante. Hors-titre pose la question de l’effacement, comment donner au travers de la fiction une place à un travail de recomposition politique et artistique ? Il s’agit de penser l’écriture d’une histoire politique, de luttes et d’indépendance tout en faisant face à l’oubli et à l’effacement de cette même histoire. 

Propos recueillis par Claire Gosset

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal
Un archipel anti-guerre russe s’invite à Bures-sur-Yvette
À l’Institut des hautes études scientifiques (IHES) de Bures-sur-Yvette, des mathématiciens ont organisé un symposium en solidarité avec Azat Miftakhov, prisonnier de Poutine. Ce fut l’occasion d’entendre s’élever des voix démocrates russes.
par Antoine Perraud
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal — Europe
Lâché par ses ministres pour un mensonge de trop, Boris Johnson sur le départ
À la suite d’un nouveau scandale, le premier ministre britannique est confronté à une vague de démissions dans son gouvernement et parmi les parlementaires conservateurs. Malgré les appels à partir, Boris Johnson affirme vouloir « continuer ».
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
ZAD contre la bétonisation d'un espace agricole de 2,23 ha à Orcet en Puy-de-Dôme
Détruire un espace maraîcher, de verger et de champs cultivés pour bétonner est le projet du maire d'Orcet qui inquiète sa population enfin au parfum grâce à l'action du collectif StopUrba63 appuyé par ANV-COP21, organisateurs de la manifestation réussie du 4 juillet dans le bourg. Il est plus que temps pour ses habitants de refuser cette bétonisation qui va en détruire un joyau précieux.
par Georges-André
Billet de blog
L’usine occupée des Murs-à-Pêches à Montreuil : Zone à dépolluer et Zone à défendre
Depuis le 2 avril dernier : les 45 habitants et les 27 collectifs qui occupent l’ancienne usine depuis septembre 2020 sont expulsables manu militari sans médiation, sans délai, ni solution de secours. Cette occupation multiforme et créative permet pourtant de maintenir ouvert un débat public indispensable sur la dépollution de ce site et son avenir.
par collectif "Garde la Pêche, Montreuil"
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Zadistes de la République !
En entrant à l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré « c’est pas une ZAD ici ! ». Face à l’effondrement en cours du système Terre, et à l’absence de réponse à la hauteur de la part du monde politique, un collectif de militante·s, responsables et élue·s écologistes appellent à la désobéissance civile. Ils et elles enjoignent à créer « toutes les ZAD nécessaires, pourvu qu’elles nous incitent à nous réveiller collectivement » : « Devenons des Zadistes de la République ! »
par Les invités de Mediapart