Cinéma du réel
Festival international du film documentaire
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mars 2022

Entretien avec Baptiste Pinteaux, réalisateur de Nachtlied

Une maison dans la Drôme, sa grand-mère et une caméra. C’est avec cette composition intimiste que Baptiste Pinteaux nous fait découvrir, dans son premier film, l’univers de Nicole Roche, la mère de sa mère. Au cours de longs dîners nocturnes, celle qu’il appelle affectueusement Manette lui raconte ses amours contrariées, ses rêves de chanteuse et sa connexion à la nature.

Cinéma du réel
Festival international du film documentaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qu’est-ce qui chez Manette vous a donné l’envie d’en faire le sujet de votre film ?
J’ai tourné le film avec l'idée de l'inclure dans une exposition où je présentais les broderies sur serpillère de Manette et certains de ses poèmes. C'était une occasion de vérifier si ce que j'aime chez elle depuis longtemps et la manière très particulière qu'elle a de vivre sa vie, seule dans sa maison, pouvait être mise en scène.

Cela faisait longtemps que vous nourrissiez ce projet ?
En entamant la réalisation du film, je travaillais sur une série d'expositions d'une artiste américaine, Pati Hill. Je pensais à l'époque, et je le pense toujours, qu'on dissimule trop souvent les raisons sentimentales qui orientent les recherches scientifiques. C'est probablement grâce à ce que j'ai compris de Manette, ou en tout cas ce que j'ai vu d'elle, que j'ai pu m'intéresser à Pati Hill. Elles sont pratiquement de la même génération et j’ai reconnu chez elles la même tentative (enfin, exprimée d’une manière très différente…) de s’accommoder des contraintes sociales de leur époque. Elles ont aussi une manière de considérer leur pratique artistique que j'aime beaucoup, je veux dire avec sérieux, mais sans chercher à dissimuler ce qu'elles font vraiment : des broderies sur des serpillères et des photocopies.

Et comment avez-vous convaincu Manette ?
Ça n'a pas été difficile et le film s'est fait très simplement. Le tournage a duré trois jours. J’étais seul avec elle, sans équipe technique. Je pense qu’être filmée l'amusait, et puis elle était contente que l’on soit tous les deux. Je lui avais dit que le film serait projeté dans le cadre d'une exposition et elle a longtemps pensé qu'il se concentrerait sur sa pratique artistique. Cela a certainement rendu le projet plus compréhensible pour elle. Même si finalement, il est davantage question de ses amours de jeunesse que de ses broderies. Et puis, elle ne me prenait pas du tout au sérieux. Elle me trouvait maladroit, inexpérimenté. 

Donc le film ne ressemble pas à ce que vous aviez imaginé ?
À vrai dire, je l'ai tourné sans avoir une idée précise de ce à quoi il devrait ressembler. Il y avait trop d'incertitudes : sur la manière dont le tournage se déroulerait, sur les images que je pourrais produire, la qualité de nos discussions... Il y a très peu de scènes que j’ai imaginées avant de les tourner. La scène finale peut-être, et la musique de Now Voyager, oui.

À plusieurs reprises, Manette s’inquiète que ce qu’elle dit ne soit pas intéressant. Pourquoi avoir conservé au montage ces passages de doute ? 
Je trouve étrange de faire croire au spectateur qu’il n’y a pas de dispositif dans un documentaire, particulièrement lorsque les gens racontent des détails intimes sur leur vie. Le fait que je sois son petit-fils, que nous soyons seuls durant le tournage, détermine entièrement la manière que Manette a de s'exprimer. C’est aussi pour cette raison que j’apparais au début du film. Même si Manette reste persuadée qu'on peut croire qu'il s'agit d'un très jeune amant.

Comment a-t-elle réagi au visionnage de la version finale du film ? 
J'ai parfois eu peur de donner l'impression que le film allait contre elle, qu’il portait un jugement sévère sur elle. Je crois finalement que ce n'est pas du tout ce qu'on en retient, mais je ne voulais pas la voir démunie en s'entendant dire des choses qu'elle avait probablement oubliées. J'étais loin du compte puisqu'elle m’a juste reproché, et elle était sincèrement désespérée, de l'avoir filmée si longtemps avec son tablier et constamment en train de boire du whisky.

Pouvez-vous expliquer le titre, Nachtlied
C'est un choix assez arbitraire et anecdotique... Manette a été professeure d’allemand et traductrice et j’aimais l'idée que le titre soit en allemand. C’est aussi un lied de Schubert qu'elle a beaucoup chanté. « Nachtlied », c'est « le chant de la nuit », mais peu importe puisque personne ne le sait et que tout le monde est incapable de le prononcer !

Nachtlied est votre premier film, que retenez-vous de cette expérience de réalisation ? 
Comme publier un livre ou faire une exposition, fixer quelque chose, faire des choix, c'est toujours très agréable. Ce que j'ai retenu... la découverte du montage peut-être, qui a représenté la plus grosse partie du travail. Mon frère est monteur. Il n'a pas monté le film, mais m'a beaucoup aidé et le film lui doit beaucoup, surtout parce qu'il m'a fait rencontrer Laura Rius, avec qui j’ai adoré travailler. Être monteuse, c’est un travail épouvantable ! Il faut passer des journées entières près de quelqu’un qui pense toujours avoir raison. Pas seulement sur vous, mais sur le film. Avec elle, j'ai compris qu'un film se construit autant à partir de visions, d'un désir d'images, qu'à partir d'une succession de choix logiques contre lesquels on ne peut pas grand-chose. C'est un peu grandiloquent dit comme ça, mais c'est un exercice d'humilité. Il faut savoir regarder les images et écouter les dialogues sans croire y trouver ce qu'on aimerait y trouver.


Propos recueillis par Mara Noury

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com