Psychanalyse : un commentaire

[Initialement, il s’agissait de mon commentaire au billet suivant : autisme réflexions / références. Au final, le texte s’est avéré trop long. J’ai donc décidé de le publier sous forme de billet de blog. Il ne s’agit pas pour moi de faire un énième billet sur la question ; des tas de gens bien plus savants se sont exprimés à merveille sur le sujet. Je ne souhaitais tout simplement pas « pourrir » le fil des commentaires par un message trop long. L’amorce du billet se présente donc comme un commentaire d’article. Merci de votre attention.]  

[Initialement, il s’agissait de mon commentaire au billet suivant : autisme réflexions / références. Au final, le texte s’est avéré trop long. J’ai donc décidé de le publier sous forme de billet de blog.

Il ne s’agit pas pour moi de faire un énième billet sur la question ; des tas de gens bien plus savants se sont exprimés à merveille sur le sujet. Je ne souhaitais tout simplement pas « pourrir » le fil des commentaires par un message trop long. L’amorce du billet se présente donc comme un commentaire d’article.

Merci de votre attention.]

 

Bonjour,

Bien... il n'y a pas encore de commentaires sur ce billet, je vais donc tenter de faire passer une voix un peu différente de ce qu'on lit d'habitude concernant la psychanalyse dans cette édition "Contes de la folie ordinaire" sur Médiapart.

Car force est de constater que si - dans la plupart des médias, l'avis de mise à mort de la psychanalyse a été placardé (Lémédia adoooore le sang, c'est bien connu) - les « pro-psycha » font une vaillante résistance à longueur de commentaires sur Médiapart (troublés parfois par un Melchior G-L et alors là... le dialogue tourne à l'autisme, sans faire de vilains jeux de mot).

Je lis avec attention tous les billets et articles concernant la psychanalyse sur Médiapart et ailleurs. J'en lis également les commentaires.

C'est que, pour moi, l'affaire revêt une importance particulière ! J'ai commencé par être une fervente partisane de la psychanalyse. Des lectures bien sûr, pas mal d'heures d'analyse au compteur en ce qui me concerne, quelques conférences, ...

Et puis les doutes... sérieux ! Et ce, bien avant la polémique sur la prise en charge des autistes.

J'aimerai bien que les psychanalystes les entendent, ces doutes. Et qu'ils mènent une vraie réflexion dessus plutôt que de se positionner en victimes de Big-pharma, des TCC, des gens sans coeurs, des scientifiques obtus etc. Je ne viens pas en ennemie. Je viens avec des questions.

Mes doutes sur la validité des théories psychanalytiques ont vu le jour à la lecture d'un énième bouquin dont l'auteur déroulait sa théorie sur les troubles de l'image et des comportements alimentaires. Après plusieurs dizaines de "selon mon expérience clinique" ou encore "mon expérience clinique m'enseigne que", je me suis rendue compte que la seule chose sur laquelle s'appuyait l'auteur, c'était sur l'échantillon des gens qu'il voyait passer dans son cabinet.

Combien étaient-ils ? 10, 50, 100 ?

Ces gens étaient-ils représentatifs en quoi que ce soit ?

Et l'auteur ? Qui contrôlait qu'il ne tombait pas dans les travers de sa propre subjectivité ? Qu'il ne voyait pas ce qu'il avait bien envie de voir et de comprendre ?

Et admettons que sa théorie s'avère exacte pour les personnes dont il a eu à traiter le cas en analyse. Est-ce que ses observations et conclusions sont répétables sur un autre type de population ? Dans un autre secteur géographique ? Un autre type de culture ?

Pour le coup, j'ai repris bon nombre de mes ouvrages que j'ai relu sous un jour nouveau. Freud, Dolto, Klein, Winnicott... Les auteurs interprètent énormément et vont parfois très – très ! - loin à partir de leurs fameuses "expériences cliniques" (expression qui revient à tour de bras et qui consiste à dire "selon mes observations sur mes patients").

L'absence d'éléments objectifs, d'éléments qui ne soient pas obtenus par le biais de l'interprétation du psychanalyste, se fait alors cruellement ressentir.

 

Pour le dire autrement, je vais prendre en exemple la question qui est posée dans le fameux (et honnis) documentaire "le mur" : "Si l'autisme résulte pour tout ou partie d'un état dépressif de la mère pendant la grossesse, y a t-il plus de cas d'autisme dans les pays en guerre ?"

Alors j'entends bien que la dépression maternelle n'est plus du tout la théorie privilégiée des psychanalystes concernant l'origine de l'autisme. Mais je cite cet élément pour pointer une confusion : La psychanalyse n'est pas une démarche scientifique.

Ses théories n'ont pas été obtenues par le cheminement scientifique habituel "je bâtis une théorie => je fais une prédiction sur cette base => je vérifie l'écart obtenu entre les résultats attendus et les résultats réels => je corrige ma théorie en conséquence => je reprends ma boucle pour en vérifier à nouveau la justesse => une fois que ma prédiction s'avère juste, je demande à la communauté de tester ma prédiction"

Nous ne sommes pas dans ce domaine. Les théories sont obtenues sur la base d'observations cliniques, amendées plus ou moins par leurs collègues sur la base d'autres observations cliniques, toutes récoltées selon des modalités et une éthique invérifiable, même par des pairs.

Or la psychanalyse a été intégrée complètement à la psychiatrie française, lui conférant une fausse aura scientifique par une sorte de raccourci dans l'esprit du grand public : psychanalyse = branche de la psychiatrie = branche du médical =  applications scientifiques = science.

Je pense que c'est ce qui créé scandale aujourd'hui, la découverte que les théories psychanalytiques sont de l'ordre du concept intellectuel et ont plus de rapport avec la philo qu'avec la science.

Pire : puisque la psychanalyse n'est pas une science, elle en devient proprement inattaquable. Il est impossible de démontrer qu'une théorie psychanalytique est fausse puisqu'elle est "au-delà" des notions de vrai et faux. Elle est de l’ordre de la parole, du « parlêtre », du symbolique, de l’interprétatif…

C’est d’ailleurs tous le cœur de la révolte des psychanalystes : on ne comptabilise pas la parole, le ressenti, le sentiment…

Au contraire de la neurologie, la biologie, la génétique etc. qui publient des résultats chiffrés, des protocoles d’expérimentations détaillées, qui prêtent le flan aux vérifications, aux critiques et aux correctifs. Une pratique proprement impossible dans le cas de la psychanalyse dont les membres ont alors beau jeu de dire « la science ne sait pas tout et parfois, elle se trompe. »

Mais dans ces conditions, est-il légitime que la psychanalyse ait voix au chapitre au même titre que les sciences ?

 

Dans le même ordre d’idée, j’ai noté avec intérêt les articles évoquant les problèmes éthiques et les résultats controversés de la méthode ABA. J’ai bien noté que la « sphère » psychanalytique prenait appui sur celles-ci pour remettre en question le rapport de l’HAS. Ces objections très valables ne sont possibles que parce qu’il y a des résultats chiffrés et des protocoles détaillés. C’est sur cette base que les experts sont habilités à dire « attention ! Cette méthode a des écueils en plus d’être guère performante ».

Et c’est exactement ce qu’il manque à la psychanalyse et ce que pointe l’HAS à son encontre. Impossible à évaluer, impossible à critiquer… impossible donc de se prononcer sur son utilité. Peut être que c’est utile. Peut être pas. Mais dans le fond, des observateurs neutres ne peuvent pas s’en rendre compte à la différence de la très imparfaite et contestable méthode ABA.

 

D'autres confusions sont à pointer également. Lorsque je m'adresse à un pédopsychiatre, à qui est-ce que je m'adresse ? A un psychiatre spécialiste des enfants ? A un psychanalyste ? Je suis toujours surprise de voir lors d’interviews d’ardents défenseurs de la psychanalyse qu'ils soient présentés comme par exemple "Directeur du service pédopsychiatrique de Necker" sans mentionner leur statut de psychanalyste. Lorsque ce monsieur prend la parole, je me pose la question : d'où parle-t-il ? En qualité de pédopsychiatre ou bien de psychanalyste ? La psychanalyse ne se confond pas avec la psychiatrie. Or, dans "Lémédia", la confusion est vraiment constante. Dans la "vraie vie", en pratique aussi, c'est souvent confus.

 Cette confusion pose également la question du choix du type de soin par les patients ou leurs représentants. Si un adulte décide d'adresser son enfant (agressif par exemple) à un pédopsychiatre mais qu’il refuse d’avoir affaire à un psychanalyste ? La confusion des étiquettes est telle aujourd'hui qu'il est dans l'impossibilité d'exercer son droit de choisir. Au mieux, il s’en rendra compte à la première séance. Sinon au bout de quelques semaines ? Quelques mois ?

Donc l’approche pluridisciplinaire sur la base d’une libre adhésion des patients : oui ! Mais l’information doit être claire et impartiale, ce que la confusion des étiquettes ne garantie pas.

 

Enfin, dernière confusion (il y en a d'autres mais je m'arrêterai là) : la psychanalyse est là pour soigner ou pour accompagner ?

Si elle a un objectif de soin et à vocation à être intégrée dans un parcours médical, alors c'est qu'elle se prévaut de résultats objectifs et donc quantifiables : nombre de "guérisons", nombre de rechutes, de rechutes partielles, etc.

Des éléments concrets qui la distingue de – par exemple – la radiesthésie ou l’aromathérapie.

En revanche, si la psychanalyse a un objectif d'accompagnement, l’intérêt sera à chercher du côté de la satisfaction des patients, de leur sentiment de soutien. La psychanalyse a alors sa place à côté d’autres types de soutiens psychologiques mais aussi spirituels.

 

CherEs psychanalystes, il ne s'agit pas pour moi de savoir qui a le monopole du coeur, de l'écoute et de la compréhension de la nature humaine. Il s’agit juste d’y voir clair. Et pour le moment – de part et d’autres – en dehors des cris d’orfraies et des attaques ad hominem, c’est le brouillard. Votre analyse est juste, vous êtes en péril. Clarifiez, expliquez-nous, adaptez-vous… si vous ne voulez pas nous perdre en chemin et moi avec.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.