Questions bêtes à M. Hollande…

M. le Président, vous qui embrassez les enfants et les chiens quand vous êtes en vacances, vous permettrez à une citoyenne normale – à savoir, selon le Robert, « dépourvue de tout caractère exceptionnel » – de chercher des éclaircissements à certaines situations qui dépendent sans doute de votre bon vouloir. Par exemple, la carte Vitale. Pourquoi, depuis décembre 2011, est-elle fabriquée en Inde ?

M. le Président, vous qui embrassez les enfants et les chiens quand vous êtes en vacances, vous permettrez à une citoyenne normale – à savoir, selon le Robert, « dépourvue de tout caractère exceptionnel » – de chercher des éclaircissements à certaines situations qui dépendent sans doute de votre bon vouloir. Par exemple, la carte Vitale. Pourquoi, depuis décembre 2011, est-elle fabriquée en Inde ? L’entreprise Selp Secure, établie à Mareil-sur-Belle, en Dordogne, 160 salariés, ne déplore pas tant la perte de ce marché (qui ne représentait que 2% de son chiffre d’affaires) que le risque de cette délocalisation à bas coût. Selon son directeur, « la production indienne est très basique, avec un niveau de sécurisation très bas, et elle n’est pas assez performante sur le dossier médical personnel et l’identification de l’assuré. Aller fabriquer la carte Vitale en Inde ne va pas diminuer les 20 milliards de fraude sociale que l’on déplore tous les ans ». Vous qui cherchez des sous partout et qui avez passé beaucoup de temps à vouloir corriger les erreurs imputées à M. Sarkozy, pourquoi ne diligentez-vous pas votre Redresseur Productif sur le sujet? A moins que ce ne soit le Ministère de la Santé ? Ou la CAF ? Je vous l’ai dit, je n’y connais rien.

Quant à vos emplois d’avenir, c’est une bonne décision, elle a le mérite de reculer de trois ans l’inscription de ces jeunes au chômage puisque, comme les emplois-jeunes, elle ne leur offrira guère de CDI au final. Cependant, je vous admire de vous attaquer au problème. Je ne peux pas oublier les deux gamins qui ont été inculpés lors des émeutes d’Amiens. Ils ont vingt ans. Le premier ne sait pas lire l’heure et le second ne sait pas compter jusqu’à 30. Vous en faites quoi ? Vous confiez l’un à un senior horloger et l’autre à un comptable ? Dans ce cas précis, je ne sollicite pas votre réponse, j’ai conscience du casse-tête.

Le 17 mai, vous avez fait une annonce emblématique: tous les salaires du gouvernement, y compris ceux de M. Ayrault et vous-même, seraient immédiatement baissés de 30%. Un signal donné au patriotisme de chacun pour tenter de réduire ensemble notre dette. Le 9 août, j’ai eu une pensée pour vous, pour votre déception, le Conseil constitutionnel a refusé ce changement. Les Sages du Palais Royal ont estimé que « cette mesure n’est pas conforme à la séparation des pouvoirs ». Aucun de vous n’a pu sacrifier un centime, malgré sa bonne volonté. La pudeur a voulu que vous ne nous en fassiez pas part, afin de ménager notre propre déconvenue. Vous avez pourtant fait l’ENA… vous auriez pu le prévoir, vous avez juste été victime d’un petit trou de mémoire juridique, on vous pardonne. D’autant que le Conseil Constitutionnel a quand même ajouté : « Un nouveau texte réglementaire sera publié dans les plus brefs délais ». Pour vous qui préférez vous hâter lentement, tout espoir n’est donc pas perdu.

Reste, dans votre politique de l’effort partagé, la question de l’ISF et de la taxe exceptionnelle. En toute légalité, vous y échappez peut-être. Vous vous souhaitez irréprochable, vous l’êtes sans doute. Donc, pas de question, même encore plus bête. Personne ne peut imaginer que le Numéro Un de notre pays, alors qu’il appartient aux 15% des plus riches, ne paiera pas de taxe exceptionnelle.

Il existe un autre poison de la démocratie (je l’ai lu dans Le Monde) qui entraîne une sclérose du corps législatif parce qu’il fait obstacle au rajeunissement et à la féminisation de ses membres : le cumul des mandats. Vous aviez promis-juré une loi sur le sujet. Les trois quarts des députés élus en juin cumulent à tout va : mandat national, municipal, départemental, régional. Et les sénateurs ne sont pas en reste. Vous restez donc avec 76% de députés cumulards qui ne veulent à aucun prix lâcher leur bifteck. Où est donc votre autorité ? En son temps, de Gaulle eut fait trancher l’affaire par les Français (dont une majorité est opposée au cumul). Mais vous n’êtes pas de Gaulle et trancher n’est pas votre fort. Qu’y pouvez-vous ? Répondre, peut-être ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.