Claire Ze
Pisteuse de vie.
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mars 2020

La honte

Monsieur le Premier ministre, ne vous croyez pas tout puissant. Pandémie de Coronavirus ne veut pas dire blanc-seing; Vous êtes, ne l'oubliez pas, seulement notre représentant. Débrouillez-vous pour nous représenter au mieux et pour nous permettre d'accompagner nos morts, c'est à dire de nous donner les moyens de le faire dignement.

Claire Ze
Pisteuse de vie.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier soir, à la question d'une téléspectatrice de savoir si l'on pouvait enterrer un ami qui venait de mourir, en ces temps de Coronavirus, le Premier Ministre a répondu non. Pas question. Interdiction de.

NON.

On peut donc sortir pour travailler, pratiquer un sport, aller voir son toubib, remplir les frigos, ou promener son chien. Mais pas pour pleurer un ami qui vient de mourir, et, on le devine, un parent, un frère, une maman, un père, ou tout être aimé.

La mort de l'un de nos proches vaut donc moins qu'un chien qui se promène. Comme si on voulait effacer la Camarde, hop, hop, hop, prière de pleurer chez soi, à l'abri des regards. Hop, hop, hop, toute une vie sans un ultime au-revoir, sans ce qui fonde une partie du plus profond de notre humanité, honorer ceux que l'on a aimé. Prière de ne pas déranger, prière de ne pas risquer quoi que ce soit, nos chagrins ne valent plus rien.

Monsieur le Premier ministre, ne vous croyez pas tout puissant. Pandémie ne veut pas dire blanc-seing; Vous êtes, ne l'oubliez pas, seulement notre représentant. Débrouillez-vous pour nous représenter au mieux et pour nous permettre d'accompagner  nos morts, c'est à dire de nous donner les moyens de le faire dignement. Vous aurez un peu plus de travail ce soir, peut-être, mais il est de votre devoir de nous proposer une solution. Gageons que si cela vous arrivait à vous, la mort d'un être aimé, vous n'hésiteriez pas à vous rendre près de lui, et nous comprendrions. Masques, lavages de main, un mètre de distance, etc etc, nous ne sommes pas des enfants, nous connaissons maintenant les précautions à prendre, pour nous, nos proches et tout ce merveilleux corps médical qui nous épaule et nous sauve, et qui n'avaient jusqu'à présent que si peu votre reconnaissance.

Mon cousin vient de mourir. S'il est enterré à Paris, ce qui n'est pas certain, j'irai. Je désobéirai, et veut bien vider mon porte-monnaie pour toutes les amendes de la terre, vous n'aurez pas mon coeur. Ses frères et soeurs ont besoin de soutien, imaginez l'angoisse d'avoir à organiser des obsèques, imaginez la peine de se retrouver seuls. Ils ont perdu un autre frère il y a deux mois.

J'appliquerai à ce sujet le devoir de désobéissance.

Allez, mes amis de Médiapart, réagissez, interpellez le gouvernement, ne nous laissons pas voler ces instants si importants de nos vies: dire un dernier au-revoir à tous ceux qui nous ont été chers.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d'informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl