Claire Ze
Pisteuse de vie.
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2020

Claire Ze
Pisteuse de vie.
Abonné·e de Mediapart

POLICE

Une femme a été contrôlée en Charente, le 22 mars, sortant d’un supermarché avec, dans son chariot, uniquement des bouteilles de Coca. "Vous prévoyez une gastro, ou quoi ? ", lui ont lancé les pandores avant de la menacer d’une amende de 135 euros à la moindre récidive.

Claire Ze
Pisteuse de vie.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les contrôles absurdes et les vexations inutiles dans les rues se multiplient, en ces temps de Coronavirus. Les flics ne feraient-ils pas un peu trop de zèle et les citoyens un peu les kékés ? Cela m’a inspiré ce petit texte, parce que, Conardovirus ( comme je l'appelle) ou pas, rire est aussi un médicament. Mais, gaffe ! Restons confinés. Comme tout le monde le sait, fiction n’est pas réalité…

Quelque part du côté de la Place de la Nation. Personne, ou presque, dans la rue. Une femme, clés en mains, s’apprête à rentrer chez elle. Un policier l’aborde.

 - Bonjour Madame, Police Nationale… Votre attestation de déplacement dérogatoire, s’il vous plaît.

 -  Oui… (large sourire) Bonjour, Monsieur. Je rentre chez moi, là. Attendez, attendez… (elle fouille dans son sac, longuement, puis se trouble) Je suis sûre que je l’ai… En tout cas, je l’avais hier… (elle continue de fouiller, rougit, lève la tête vers le flic à l’air sévère, finit par extirper son laisser passer d’hier, triomphante. Elle le montre au flic avec amabilité, qui le lit sans le toucher).

 - D’accord. Mais je vois 22, là, à la date. Or nous sommes le 23. Hier, c’est pas aujourd’hui, et aujourd’hui pas hier. Je vous demande celui d’aujourd’hui.

 - Oh, Monsieur l’agent, il y a juste la date à changer, je viens d’aller faire mes courses, comme hier, voyez, c’est coché là : « déplacements pour effectuer des achats de première nécessité. » et je suis déjà sur le pas de ma porte.

 - Oui, mais votre attestation n’est pas valable, Madame. La loi, c’est la loi et la date, la date. (Le flic reste très poli, très froid) Je vais être obligé de vous verbaliser. D’autant que vous n’avez pas coché la case « animaux de compagnie » et que vous avez un chien. Et qu’il faut choisir. Soit vous allez faire vos courses, soit vous promenez votre chien. C’est pour votre sécurité, Madame, et celle de tous nos concitoyens. Nous sommes en État d’urgence sanitaire.

- Oh le chien… Ben oui, j’ai été obligé de le sortir, pour qu’il fasse ses besoins… Je voulais le laisser à la maison, mais il m’a fait un de ces cirques quand j’ai ouvert la porte ! Vous savez ce que c’est… Et après, je vais chez le médecin, mais je rentre d’abord à la maison, parce que je ne peux tout de même pas emmener mon chien chez le docteur… (elle poursuit, s’entortillant dans sa laisse, essayant d’amadouer le représentant des forces publiques) Vous comprenez, Monsieur, la situation est exceptionnelle, et on fait des oublis… On n’a pas l’habitude… On est en France, on vit dans une démocratie, quoi… on sort de chez soi, on ne pense pas toujours à vous… Enfin je veux dire… On n’a pas un flic dans la tête tout le temps qui nous dit de ne pas oublier le fameux laisser-passer… (elle bafouille, consciente de sa bourde) Déjà que la plupart du temps j’oublie la liste des courses….

- Attention, Madame, vous êtes au bord de l’outrage… Alors soit vous payez, soit on vous embarque ! (Il lui tend l’amende)

- De l’outrage ! (outrée)

 (le flic se penche. Le chien grogne. La passante lève des yeux suppliants.)

 - Et je peux voir votre caddie ?

 - Quoi, qu’est-ce qu’il a mon caddie ?

 - Ouvrez-le.

 - Que j’ouvre mon caddie ? C’est réglementaire, ça ? (le chien aboie : la paix, Médor !)

 - Ouvrez-le.

 (La dame s’exécute. Le policier est toujours très poli mais inquiet)

 - Six packs de coca ! C’est tout ce que vous avez acheté ? (Le chien montre les dents)

- Ben oui. J’en achète souvent. J’ai quatre enfants à la maison, que deux paires de bras et personne pour m’aider. Ils s’ennuient, vous comprenez. Alors, ils boivent. Et…

- Je ne veux pas connaître votre vie privée, Madame. Que vos enfants boivent ou pas, cela ne me regarde pas. Le Coca n’est pas considéré comme un aliment de première nécessité. Je vais être obligé de vous reverbaliser. Et pour le chien aussi. Et si vous récidivez une fois, ce sera 1500 euros. Quatre fois en un mois, ce sera 6 mois de prison et 3700 euros. La règle est la règle. Ce n’est pas de gaité de cœur, comprenez-moi bien, mais si tout le monde faisait comme vous…

 (La femme, se frappant le front et faisant demi-tour)

- Oh, mais j’y pense ! J’ai oublié mes deux bouteilles de lait et mon beurre… Plus du café pour mon voisin qui ne peut pas sortir… Ah, lala, où ai-je la tête…

 (Le flic, menaçant)

- Vous ne bougez pas d’ici, Madame. Je vous demande de payer l’amende pour la dernière fois. Après, c’est le poste.

 (la femme, stupéfaite, puis s’emballant)

- Vous ne m’avez pas laissé finir, pour le coca ! Si vous voulez tout savoir, l’aîné s’est mis du chewing gum dans les cheveux ce matin et le coca, ça l’enlève ! Par ailleurs, j’ai prévu de nettoyer mes joints de carrelage de salle de bain cet après-midi, ma casserole a brûlé, je dois récurer mon plancher, et détartrer ma bouilloire ! Enfin, j’ai mal à l’estomac, et le Coca me le fait passer ! Si vous donniez de temps en temps un coup de main à votre femme, comme je suis sûre que vous ne faites pas, rien qu’à vous regarder, vous sauriez qu’il y a plus de vingt façons d’utiliser la boisson à bulles, alors, si ce n’est pas un produit de première nécessité, ça ! Notez que je déteste le Coca, à part ça, hein, et je ne leur fais pas leur pub, à cette multinationale de m… mais je vous explique ! Vous avez pas l’air de comprendre ! Et puis, j’ai le droit d’acheter ce que je veux ! Je suis toute seule, je dérange personne ! Y a du Coca dans les magasins, j’en achète ! Y en a pas, j’achète du pschitt ! Parce que chez nous on aime bien le pschitt orange aussi ! ! !.... Et depuis que mon mari….Mais… Mais… Non… Qu’est-ce que vous faites ? Au-secours ! Qu’est-ce que vous faites ? Lâchez-moi, mais lâchez-moi ! Nonnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn!!!!!!!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff