Migrations contraintes: conséquence de la mondialisation économique et financière

Pourquoi les migrations sous la contrainte? Pourquoi les discriminations dont migrantes et migrants sont les victimes ? Pourquoi la négation de leurs droits fondamentaux? Pourquoi les violences et les décès dans les parcours migratoires? Quelles motivations à l'exil dans des relations Nord-Sud marquées par une mondialisation conduisant à des rapports de domination néocoloniale.

Quant au  sort  réservé aux exilées et aux exilés dans les différents pays de l'Union européenne la semaine dernière a été marquée en particulier par la publication du rapport du Haut Commissariat aux Droits de l'Homme des Nations-Unies sur la responsabilité des Etats européens et de la Libye quant aux morts en Méditerranée

https://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/Act-protect-migrants-central-mediterranean-sea.aspx

https://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=27113&LangID=E

Rappelons en effet que si le nombre des migrantes et migrants qui ont trouvé la mort dans leurs tentatives de franchir la Méditerranée s'est élevé à 2239 entre le début 2019 et la fin 2020, depuis le début de cette année ce chiffre s'élève déjà à 743. On semble s'acheminer vers le "record" de 2016, soit 2557 disparitions… On sait les drames individuels et le déni collectif d'humanité que cache cette sinistre statistique, tant de fois alléguée. Elle n'est que le résultat de la politique de fermeture et de contrôle des frontières de l'EU à l'égard de celles et ceux qui, contraints à l'exil, cherchent à y trouver refuge.

Dans cette mesure, le rapport appelle les autorités libyennes, les États membres et les institutions de l’Union européenne ainsi que les autres acteurs concernés à prendre des mesures fortes et efficaces pour déployer des opérations de recherche et de sauvetage, soutenir le travail des ONG humanitaires et trouver un accord commun et fondé sur les droits de l’homme pour le débarquement rapide de toutes les personnes secourues en mer.

Par ailleurs, avec l'aide de deux avocats de Front-Lex et deux avocats du Progress Lawyers Network, un migrant et une migrante victimes de plusieurs de ces "pushbacks" pratiqués en Mer Egée pour repousser exilées et exilés de Grèce en Turquie ont porté plainte auprès de la Cour de justice de l'Union européenne. La plainte est dirigée contre l'agence Frontex qui apporte son soutien aux forces de police grecques pour ces pratiques de rejet des personnes migrantes avant même que les motifs de l'exil aient été soumis à l'examen légal.

https://www.liberation.fr/international/info-libe-deux-demandeurs-dasile-portent-plainte-contre-frontex-apres-des-pushbacks-20210525_X5OL2DRRZFCDNKRAFRL4EHJXF4/?redirected=1

Occasion peut-être de rappeler à lectrices et lecteur de "Mediapart" la parution du Collectif paru sous le titre "Migrations forcées, discriminations et exclusions. Les enjeux de politiques néocoloniales", aux Éditions du Croquant:

https://editions-croquant.org/550-calame-claude-fabart-alain

Pourquoi donc les migrations sous la contrainte? Pourquoi les discriminations dont migrantes et migrants sont les victimes ? Pourquoi la négation de leurs droits fondamentaux allant jusqu'au déni d'humanité? Pourquoi les violences et les décès dans les parcours migratoires? Quels enjeux politiques et humains à l’émergence de cette nouvelle catégorie ? Quels critères aux exclusions frappant exilées et exilés ?

Poussés à l’exil en particulier par les effets d’une mondialisation économique et financière visant croissance et profit, contraints à la fuite par les conséquences  sociales et environnementales destructrices d'un système économique globalisé fondé sur des rapports de domination néocoloniale, les personnes migrantes tentant de trouver un refuge dans un pays de l’UE sont soumis à une triple sélection : par le voyage plus qu’aléatoire auquel elles et ils sont contraints, par l’enregistrement aux frontières de l’UE dans les centre de tri que sont les « hotspots », enfin par la menace constante d’expulsion dans le pays qui devrait les accueillir. La catégorie du migrant se définit donc par la négative, par l’illégalité du séjour sur un territoire défini par ses frontières nationales. Quels que soient son origine, sa langue, sa culture, sa religion, son statut social, la personne exilée cherchant en Europe un refuge, une place, une reconnaissance et une nouvelle dignité est condamnée à l’invisibilité, au rejet, à l’expulsion, quand ce n’est pas à la disparition dans le trajet migratoire.

L’absence de statut, la négation de toute identité condamnent migrantes et migrants à des conditions de vie plus que précaires, à des violences policières et à des pressions psychiques qui contribuent à détruire leur humanité. Il s’agit de s’interroger autant sur les raisons de ces discriminations et de ces exclusions que sur les usages politiques dont elles sont le prétexte. Il s’agit de proposer des voies autant pour définir une autre politique migratoire que pour changer le système qui, obéissant aux principes du néolibéralisme, produit les migrations forcées, sous la contrainte économique, sociale et environnementale.

Cet ensemble de contributions entend fournir différents éclairages aussi bien sur les causes des migrations forcées que sur leurs conséquences en termes de stigmatisation, de discrimination, d’exclusion et de négation des droits : droits de la personne, droits sociaux.

Sommaire

Claude Calame, Alain Fabart : « Introduction : entre stigmatisations, rejets et disparitions »

Etienne Balibar : « Pour un droit de l’hospitalité : l’urgence et l’obstacle »

Catherine Wihtol de Wenden : « Migrations dans le Monde » 

Roger Martelli : « Enjeux de civilisation : accueil des migrants »

Danièle Lochak : « La liberté de circulation : pourquoi ? »

Marie-Christine Vergiat : « Les fantasmes migratoires à travers le “Pacte de Marrakech“»

Alexis Nuselovici : « Pour une politisation de la question migratoire »

Saïd Bouamama : « Mondialisation capitaliste, eurocentrisme et immigration- Une prolétarisation du monde »

Julien Brachet : « Les malhonnêtes : idéologies, peurs et mensonges autour des migrations   internationales »

Claude Calame, Alain Fabart : « Causes et effets des migrations contraintes : propositions altermondialistes »

 Henri Lefebvre : « Les migrations environnementales comme enjeu de solidarité internationale »

 Gustave Massiah : « Pour une approche altermondialiste des migrations »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.