Claude Cherblanc
Abonné·e de Mediapart

145 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 avr. 2017

JE SUIS FOU, JE VOTERAI BLANC LE 7 MAI

Nombreux sont les billets qui se multiplient, sur Mediapart et ailleurs, qui appellent à faire barrage au Front national. Dans certains cas, les auteurs exposent posément leur point de vue, tout à fait respectable. Mais d’autres s’adressent aux supposés abstentionnistes ou partisans du vote blanc, dont je suis, sur un ton faussement amical, en réalité, plein de condescendance.

Claude Cherblanc
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme si nous étions des irresponsables, jugés par avance coupables d’une éventuelle victoire de Marine le Pen, le 7 mai prochain.

Le dernier papier que j’ai lu, signé de M. Michel Broué: À nos amis de gauche qui deviennent fous - https://blogs.mediapart.fr/michel-broue/blog/260417/nos-amis-de-gauche-qui-deviennent-fous-2 – est très instructif.

Il précise : « Dans mon apostrophe d'aujourd'hui, nulle agressivité, nul jugement. » Me traiter de fou ainsi que les millions d’autres qui s’apprêtent à faire comme moi n’est ni agressif ni jugement. Ben voyons !

Je vais donc expliquer pourquoi je voterai blanc au deuxième tour de la présidentielle.

Primo, mon candidat, Jean-Luc Mélenchon, malgré un score inespéré, a été éliminé. Donc, aucun des candidats du deuxième tour ne me convient. C’est une motivation qui me semble suffisante à elle seule pour justifier ma décision. Qui est fou ? Celui qui va voter contre ses opinions ou celui qui reste fidèle aux siennes ?

Secundo, depuis l’émergence du FN, je me suis trouvé à de nombreuses reprises confronté au dilemme du barrage de deuxième tour face au FN, donc pas seulement le 21 avril 2002, mais aussi dans des duels ou des triangulaires aux législatives ou aux cantonales, par exemple. La démocratie ne se résume plus, pour moi, qu’à exprimer ma sensibilité au premier tour et à faire barrage au deuxième tour. Je suis devenu un électeur de seconde zone. Dois-je me contenter éternellement qu’on me laisse seulement jouir de mes droits civiques ?

Depuis le 21 avril 2002, j’ai décidé que si mon candidat n’était pas au deuxième tour de toute élection, je voterai blanc, quelque-soit le cas de figure. Je n’ai donc pas voté pour Jacques Chirac et la suite des événements m’a donné raison. Les électeurs de gauche qui ont voté pour lui s’en mordent les doigts et, surtout, 15 ans après, le problème persiste.

Tertio, je ne suis pas responsable de ce qui pourrait arriver, le 7 mai ou à l’occasion d’une élection ultérieure. C’est notre démocratie qui est folle. Ce sont nos politiciens, démagogues de haut vol, qui ont tué toute perspective d’une alternance authentique qui sont les irresponsables.

Pas moi.

Enfin, je choisis le vote blanc et non l’abstention. Bien que le vote blanc ne compte pas dans le résultat final, il est désormais comptabilisé distinctement du vote nul. C’est une expression claire, contrairement à l’abstention sujette à de nombreuses interprétations.

Quand allons-nous mettre fin à ce cercle vicieux ? La France insoumise proposait de rebattre complètement les cartes du jeu démocratique. Elle n’a pas été suivie. Pire, dans une certaine presse, on a même qualifié son candidat de dictateur en puissance. Le tir de barrage – tiens, un autre barrage – dont il a fait l’objet dans les quinze derniers jours de la campagne l’a certainement privé des quelques points qui lui ont fait défaut pour figurer au deuxième tour. Je renvoie les manipulateurs à leurs responsabilité.

Les cartes ne seront donc pas rebattues et je parie que les législatives multiplieront les occasions de se régaler aux jeteurs d’anathèmes et autres adeptes du « faire barrage. »

En conclusion, le 7 mai, les Français devront choisir entre deux vraies dictatures : celle de la finance et celle d’une idéologie mortifère. Moi, je suis sain d’esprit : ça sera ni l’une ni l’autre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy