Le roi est nu !!

Pas de grivoiserie, ni de moquerie : certains journalistes ont parlé d'ambiance crépusculaire dans un bureau pauvrement éclairé, cette mise en scène mettant en relief la figure héraldisée du petit roi pour la première fois plus mortellement sérieux que dans ses interventions exaltées précédentes.

Emmanuel Macron a parlé hier soir :

Cette apparition impromptue pour justifier d'un remaniement annoncé par un communiqué de presse, comme certains chefs d'entreprise annoncent la fermeture prochaine de l'usine par un tweet ou un SMS avait tout d'une supplique : Aidez-moi, j'ai besoin de vous pour réaliser mon rêve de reconstruire votre société sur le modèle que j'ai imaginé pour vous, n'écoutez pas les sirènes populistes qui prétendent qu'un autre monde est possible qui ne serait pas bâti sur la réussite des « premiers de cordée » et sur la soumission des sherpas engagés dans l'expédition.

Les premiers de cordée, précisément, il n'y en a pas beaucoup dans ce gouvernement de serres file d'une république en marche forcée dans une direction que le chef n'a pas encore pris la peine de préciser. Peu d'entre nous doutent qu'elle nous conduise ailleurs que dans le mur du néolibéralisme et ne se fracasse dans l'urgence climatique et sociale. Il est symptomatique que la vedette de ce gouvernement rafistolé, le nouveau ministre de l'intérieur, choisi selon la rumeur contre l'avis du premier ministre, ne soit pas décrété ministre d'état et ne se situe qu'au 11ème rang dans l'ordre protocolaire. Symptomatique aussi que soit choisi pour le seconder un secrétaire d'état dont le profil semble correspondre bien mieux à la définition d'un ministre de l'intérieur, par son expérience et ses contacts dans la police, les milieux préfectoraux et les collectivités locales.

Alors, le roi est nu, comme l'empereur du conte de Hans Christian Andersen, et ce sont les lobbies industriels et financiers qui lui ont tissé ce splendide vêtement invisible qui lui va si bien, judicieusement éclairé par un système médiatique complaisant.

Sous la direction avisée du réseau néolibéral qui, par ailleurs rencontre quelques problèmes pour maintenir l'unité d'une Union Européenne qui n'en mérite plus guère le nom, il a déjà achevé une bonne partie de l'oeuvre laissée par ses prédécesseurs moins doués que lui pour détruire ce qui reste d'esprit et de services publics et pour aligner notre société sur le modèle Nord Américain ou on peut gouverner un pays depuis le sommet de la Trump Tower.

Mais le roi est nu, et jusqu'à présent personne n'a osé le lui dire. Hier soir, il m'a paru bien seul assis devant ce bureau mal éclairé, et je me suis demandé un moment si, finalement, il n'était pas parmi les premiers à en prendre conscience, mais attention : S'il ne faut pas attacher trop d'importance à la colère de ses opposants politiques traités par la justice comme des justiciables ordinaires, il ne faudrait pas qu'en réaction il ne finisse par traiter les justiciables ordinaires comme des délinquants.

D'aucun auront noté que dans les représentants de la société civile qu'il a appelé à soutenir son œuvre « réformatrice », il a totalement oublié de citer le monde ouvrier et les syndicats. Mais était-ce vraiment un oubli ?

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.