Voir tous
  • Un peu d'histoire

    Par Claude LAYALLE
    Elu Président de la 2ème république en 1848 par un large vote populaire, Louis Napoléon Bonaparte prêtait serment devant le parlement : « Je jure de rester respectueux de la république démocratique, une et indivisible, et de remplir tous les engagements que la constitution m'impose »
  • coup d'etat

    Par Claude LAYALLE
    Ceux qui suivent mon blog, même de temps à autre, ne seront pas étonné de ce titre provoquant plutôt que provocateur, peu compatible avec le spectacle d'un mouvement politique qui n'évoque en rien la brutalité d'un « coup » mené par un quarteron de généraux en retraîte comme l'aurait dit le Général de Gaulle en 1961.
  • Moi, hamster

    Par Claude LAYALLE
    Dans la société dite civile, le débat est permanent avec des kilomètres de déclarations péremptoires sur la nécessité de voter ou au contraire de ne pas voter, pour se prémunir contre la candidate de l'exclusion ou le candidat de l'oligarchie, ou encore contre les deux. Partie prenante dans ce débat, j'y apporte une réponse qui, pour être désespérée est une ouverture vers l'espoir.
  • Une élection en trompe l'oeil:

    Par Claude LAYALLE
    A quelques jours du premier tour, le résultat probable est toujours aussi imprévisible. Est-ce vraiment aussi important ? Le ou la futur (e) président(e) élu serat-il représentatif du pouvoir délégué qui sera confié au parlement à l'occasion des législatives et sera-t-il un parlement croupion ou un parlement citoyen ? Tout dépendra du rapport des forces dès dimanche prochain.
  • Le royaume des grenouilles

    Par Claude LAYALLE
    Avec la 6ème république, Mélanchon et Hamon proposent de mettre fin à la royauté institutionnelle que la 5ème a mise en place, taillée à la mesure du général de Gaulle. Faut-il adapter la république à la personnalité de celui qui la représentera ou à l'inverse choisir au moment de l'élection le représentant qui s'adaptera le mieux à la personnalité de son électorat ?