claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

744 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 déc. 2008

Intrusions policières dans l'Ecole

Il apparaît que certaines sont sans précédent, sans pourtant susciter autre chose que le communiqué emberlificoté de mardi soir du ministre de l'Education nationale.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il apparaît que certaines sont sans précédent, sans pourtant susciter autre chose que le communiqué emberlificoté de mardi soir du ministre de l'Education nationale.

On se contentera de citer deux ‘’exemples’’. Le premier est signalé par le Réseau Education Sans Frontières 38 ( Isère ). " Hier [ le samedi 29 novembre] s’est produit un fait très grave à l’école du Jardin de Ville, à Grenoble. A 15 H 45, un père de quatre enfants ( un de moins de trois ans, deux scolarisés en maternelle et un en CE1 à l’école du Jardin de Ville ) est venu, accompagné de deux policiers en civil, chercher ses enfants, pour ‘’un rendez-vous en préfecture’’, ont compris les enseignants. A 19 H, on apprenait que la famille au complet était au centre de rétention de Lyon. Ils y ont dormi. Ils étaient injoignables hier soir. On a réussi à les joindre tôt ce matin aux cabines téléphoniques du centre de rétention. Ils étaient paniqués. On a prévenu le centre que la CIMADE, seule association ayant le droit d’entrer dans les centres de rétention, irait voir la famille ce matin. Arrivés au centre, les militants de la CIMADE les ont cherchés, sans succès : la famille était en route pour l’aéroport, leur avion décollant une demi-heure plus tard. Ils ont été expulsés ce matin. Leurs chaises d’école resteront vides. C’est une première en Isère : la traque des étrangers pénètre dans les écoles. Nous vous demandons de bien vouloir faire circuler cette information le plus largement possible. Personne ne doit pouvoir dire ‘’on ne savait pas’’ ".

Le deuxième ‘’exemple’’ est en bonne place du quotidien " La Dépêche " du 20 novembre . " Auch. La descente de gendarmes émeut à l’école des Métiers. Le récit d’un prof choqué. Patrick Poumireau se définit comme un ‘’professeur qui ne manque jamais de faire contre la drogue une prévention qu’il juge intelligente’’. Ce petit fils de gendarme se dit pourtant choqué par ce qui s’est passé lundi à Pavie. ‘’Personne ne dit bonjour, personne ne se présente. Sans préambule, le chien est lancé à travers la classe. Il mord le sac d’un jeune à qui l’on demande de sortir. Je veux intervenir, on m’impose le silence. Une trentaine d’élèves suspects sont envoyés dans une salle de classe pour compléter la fouille. Certains sont obligés de se déchausser et d’enlever leurs chaussettes, l’un d’eux se retrouve en caleçon. Parmi les jeunes, il y a des mineurs. Dans une classe de BTS, le chien fait voler un sac, l’élève en ressort un ordinateur endommagé ; on lui dit en riant qu’il peut toujours porter plainte. Ailleurs, on aligne les élèves devant le tableau. Aux dires des jeunes et du prof, le maître-chien lance : " Si vous bougez, il vous bouffe une artère et vous vous retrouvez à l’hosto’’. Je me dis qu’en 50 ans, je n’ai jamais vu ça. Ce qui m’a frappé, c’est l’attitude des gendarmes : impolis, désagréables ; sortant d’une classe de BTS froid-climatisation en disant : ‘’Salut les filles !’’ alors que , bien sûr, il n’y a que des garçons ; et les félicitant d’avoir bien ‘’caché leur came et abusé leur chien’’. C’est en France, dans une école, en 2008 ".

PS: A la suite des ''alertes'' effectuées par quelques blogs ( comme ici ), quelques journaux ont parlé de ces affaires hier, et même le journal de 19 H de France III. Si bien qu'un communiqué du ministre de l'Education nationale a été diffusé mardi soir dans lequel Xavier Darcos s'étonne"des conditions dans lesquelles des forces de gendarmerie ont pu pénétrer" dans l'établissement scolaire" accompagnées de chiens dressés à la recherche de stupéfiants"en rappelant qu'il existe "dans la quasi totalité des départements, comme dans le Gers depuis 2006, des conventions de partenariat entre les ministres de la Justice, de l'Intérieur et de l'Education nationale permettant de concilier l'efficacité de l'action judiciaire et le respect de l'intégrité des établissements scolaires où la pédagogie préventive est à l'oeuvre quotidiennement". Le ministre demande qu'en cas d'intervention de la force publique à la demande de l'autorité judiciaire, "cette intervention respecte les termes de ces conventions"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871