claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

742 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 juin 2008

Education: le «trou noir» Sarkozy

Alors qu’une commission du Sénat travaille depuis le début de l’année sur une réforme éventuelle du bac et doit rendre ses conclusions en juin, et que le ministre Xavier Darcos vient de confier au recteur Jean-Paul de Gaudemar «la mission de préparer avec l’ensemble des partenaires concernés l’élaboration d’un nouveau lycée général et technologique» (cadre de travail à préciser le 10 juillet prochain) Nicolas Sarkozy se précipite au mépris ouvert de toute concertation véritable.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors qu’une commission du Sénat travaille depuis le début de l’année sur une réforme éventuelle du bac et doit rendre ses conclusions en juin, et que le ministre Xavier Darcos vient de confier au recteur Jean-Paul de Gaudemar «la mission de préparer avec l’ensemble des partenaires concernés l’élaboration d’un nouveau lycée général et technologique» (cadre de travail à préciser le 10 juillet prochain) Nicolas Sarkozy se précipite au mépris ouvert de toute concertation véritable.

Avec un retard de près de trois mois sur la date de commémoration, il n’a tien trouvé de mieux que de convoquer le 12 juin en urgence à l’Elysée le ban et l’arrière ban des hauts responsables de l’Education nationale ( recteurs, anciens recteurs, présidents d’université, inspecteurs généraux, inspecteurs d’académie, ) pour fêter officiellement le bi-centenaire du décret napoléonien du 17 mars 1808 ( qui a créé le baccalauréat moderne, les recteurs et les inspecteurs d’académie ) et qui avait déjà été commémoré dans la discrétion en mars de cette année par le ministère…

Mais il s’agit en fait de célébrer avec éclat une année de pouvoir sarkoziste en matière d’Ecole et de rien moins que de " l’inscrire dans l’histoire de l’éducation ". Fichtre. Il s’agit aussi et surtout de montrer ( et/ou de faire accroire ) que Nicolas Sarkozy est au centre de tout.

Tant pis si le groupe de travail composé de huit sénateurs et présidé par l’UPM Jacques Legendre créé par le Sénat en décembre 2007 et intitulé " A quoi sert le bac ? " doit rendre les résultats de ses travaux courant juin, après avoir entendu beaucoup de monde et de spécialistes de la question ( cf mon billet du 19 mars 2008 : " Le Bac, un bicentenaire problématique " ).

Tant pis si la lettre de mission que le ministre de l’Education nationale Xavier Darcos a envoyée le 29 mai 2008 au recteur Jean-Paul de Gaudemar précise que " après avoir consulté les lycéens, les enseignants, les chefs d’établissement et les parents, Jean-Paul Gaudemar proposera au ministre un premier cadre de travail pour le 10 juillet prochain et lui présentera ensuite, régulièrement, l’état d’avancement de ses travaux ", " afin de préparer, avec l’ensemble des partenaires concernés, l’élaboration du nouveau lycée général et technologique " ( cf mon billet du 14 mai 2008: " Situer la réforme des lycées de Darcos'' ).

Et bien, apparemment, l’essentiel est déjà décidé, et par Nicolas Sarkozy soi-même. Il s’agirait d’arriver à un lycée " plus diversifié, plus modulaire, où les élèves se préparent mieux à l’enseignement supérieur et où ils commencent à se spécialiser ". Qu’on se le dise et qu’on le sache : rien d’essentiel ne peut être fait sans que Nicolas Sarkozy se trouve à l’initiative et à la conclusion. En matière de baccalauréat et de réforme des lycées comme en d’autres.

D’autres tireraient à vue sur tout ce qui bouge ; lui se met en vue à partir de tout ce qui bouge ( et brille ). Cette façon forcenée de vouloir attirer toute lumière sur lui ( quitte à montrer à l’évidence tout le mépris qu’il réserve aux organisations représentatives et à la concertation dans un domaine pourtant particulièrement important, complexe et délicat ) éclaire la nature du personnage : c’est un ‘’trou noir’’, qui infléchit ou absorbe toute lumière et dans lequel on se demande si la seule fin possible est qu’il s’y abîme lui-même.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu