Plus aucune épreuve terminale au bac: un jeu à qui perd gagne

Jean-Michel Blanquer a finalement reculé en devant supprimer l'épreuve terminale d'oral de français à la session 2020. Mais sa politique de mise en place du contrôle continu pour le baccalauréat va en être rendue plus aisée...

Tous les syndicats d'enseignants concernés avaient demandé (non sans raisons dûment évoquées) la suppression de l'épreuve terminale d'oral de français dans les conditions du contexte actuel. Le ministre de l'Education nationale s'y est finalement résigné après s'être longtemps montré déterminé à la maintenir (sauf conditions sanitaires défavorables à l'évidence). Le 29 avril, sur BFMTV, il mettait encore en avant qu'"il n'y a pas de notes de contrôle continu en oral de français dans la classe de première, donc pas de références directes pour le contrôle continu"; et le 17 mai , dans une interview à France V, il disait encore: "il est important de garder au moins un examen terminal; par ailleurs, il n'y a pas d'oral de contrôle continu en français"

Jeudi dernier, Jean-Michel Blanquer a annoncé que l'épreuve terminale d'oral de français serait "annulée" et "validée par le contrôle continu". Comprenne qui pourra.... Ce n'est en tout cas pas une victoire de la continuité logique...

Mais ce n'est pas non plus la victoire de ceux qui s'opposent peu ou prou à la prise en compte du contrôle continu au baccalauréat. Loin s'en faut. Bien sûr, ils pourront toujours invoquer que l'on était dans un contexte exceptionnel. Mais en même temps, ils auront de fait reconnu que les épreuves du baccalauréat pouvaient être toutes en contrôle continu (et qui plus est sans épreuves ad hoc) sans pour autant leur dénier une valeur reconnue. Et ils auront même réclamé et obtenu (victoire à la Pyrrhus) la suppression de la seule épreuve terminale qui restait, remplacée et "validée" par un contrôle continu ad hoc à l'évidence évanescent voire absent... Un boulevard futur pour Jean-Michel Blanquer, vis à vis de l'''opinion'', en faveur de l'axe principal de sa réforme du baccalauréat: le contrôle continu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.