claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

744 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 oct. 2008

Un tournant révélateur dans l'Education nationale?

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le ministère vient de retirer soudainement des sites officiels les documents d’accompagnement des programmes de 2002, dont – entre autres – un document élaboré dans le cadre de la ‘’main à la pâte’’ initiée par le prix Nobel Georges Charpak. C’est sans précédent dans la forme et sur le fond.

Selon Gilles Moindrot ( le secrétaire général du SNUipp, le principal syndicat d’enseignants du primaire ), " interdire l’utilisation et la publication d’un tel document, conçu pour favoriser l’enseignement des sciences à l’école primaire témoigne d’un obscurantisme que l’on croyait révolu ". Il juge la décision ministérielle " affligeante " et " condamne vivement cette attitude qui va à l’encontre de la liberté pédagogique " proclamée par ailleurs, notamment dans le texte des " nouveaux programmes du primaire " de 2008 qui sont censés " ne fixer que des objectifs " ( ce qui implique, en principe, que ces documents peuvent rester intéressants sur le plan pédagogique ). Ce retrait, ajoute-t-il, relève donc à l’évidence d’une " vision idéologique ", et il déplore " que les efforts produits par les formateurs en faveur d’une évolution pédagogique soient bannis du ministère sous la pression de lobbys qui considèrent qu’il n’est pas besoin d’être pédagogue pour enseigner ".

A ce sujet, il serait bon de se rappeler que sur les 30 propositions concernant les enseignements scolaires, la " liberté pédagogique " apparaissait en deuxième position dans le dernier programme législatif de l’UMP, signe de l’importance qui lui est en principe accordée : " Garantir la liberté pédagogique des enseignants en les évaluant sur les progrès des élèves et non pas sur les méthodes utilisées ".

Et, l’on se souvient sans doute que, au cours de la campagne pour les présidentielles, Nicolas Sarkozy a commenté cette position de principe on ne peut plus clairement : " Nous refusons d’entrer dans la question de savoir si c’est par des méthodes répétitives, participatives, ludiques ou autres que les enfants apprennent le mieux. Nous pensons que chaque enfant est différent et que les personnes les mieux placées pour savoir ce qui est bon pour lui sont ses enseignants et sa famille. C’est pourquoi nous garantirons la liberté pédagogique des enseignants. Nous évaluerons les enseignants sur les progrès de leurs élèves et non pas sur les méthodes utilisées "…

A vrai dire, les gages de plus en plus patents donnés par Xavier Darcos aux lobbys conservateurs voire réactionnaires ‘’anti-pédagogistes’’ ( auto-proclamés parfois abusivement ‘’républicains’’ ) vont à l’encontre de la grande tradition de l’Ecole républicaine initiée par Jules Ferry lui-même et les siens ( qui ont multiplié les bibliothèques pédagogiques, les références aux questions pédagogiques et aux grands pédagogues, et même institués des congrès pédagogiques d’instituteurs ou d’inspecteurs primaires où ils tenaient à intervenir personnellement ). Une seule citation ( parmi bien d’autres possibles ) de Jules Ferry lui-même au congrès du 2 avril 1880 où l’on avait réuni les directeurs et directrices d’école normale primaire et les inspecteurs primaires : " Nous voulons des éducateurs ! Eh quoi ! Est-ce donc là être trop ambitieux ? Est-ce un rêve que nous faisons là ? Et vous allez voir que ce n’est pas vrai. Je n’en veux pour preuve que la direction actuelle de la pédagogie, que les méthodes nouvelles qui ont pris tant de développement ; ces méthodes qui consistent, non plus à dicter comme un arrêt la règle à l’enfant, mais à lui faire trouver ; qui se posent avant tout d’exciter et d’éveiller la spontanéité de l’enfant, pour en diriger le développement normal, au lien de l’emprisonner dans des règles toutes faites auxquelles il n’entend rien, au lieu de l’enfermer dans des formules dont il ne retire que de l’ennui, et qui n’aboutissent qu’à jeter dans ces petites têtes des idées vagues et pesantes ; ces méthodes, qui sont celle de Froebel et de Pestalozzi [ deux grands pédagogues , l’un allemand et l’autre suisse ], ne sont praticables qu’à une condition : à savoir que le maître, le professeur, entrera en communication intime et constante avec l’élève ".

On peut citer aussi le ministre de l’Education nationale très gaullien Alain Peyrefitte, en février 1968, au moment où la prolongation de la scolarité obligatoire ( dont il a été décidé en 1959 que la fin serait portée de 14 ans à 16 ans révolus ) devient effective, et où commence ce que l’on appellera plus tard la " massification de l’enseignement secondaire " : " La réforme de l’enseignement engagée depuis 1959 a profondément modifié les cadres de l’organisation scolaire, le contenant ( la miseen place du collège d’enseignement secondaire, à partir de 1963 ). Pour donner tout son sens à cette œuvre, il faut s’occuper du contenu. Les méthodes pédagogiques n’ont guère évolué depuis le siècle dernier. Rien n’est plus difficile que de faire changer les esprits et les méthodes. Or la démocratisation amène dans l’enseignement secondaire des enfants culturellement défavorisés ; ils ne sont donc pas justiciables des méthodes qui réussissent auprès des enfants culturellement favorisés. La concurrence de la vie - cinéma, télévision, bandes dessinées – soumet le pédagogue à rude épreuve. Il y a tout un rejet de la vie scolaire telle qu’elle est aujourd’hui ".

Mais il s’agissait, on l’a compris, pour l’un ( Jules Ferry ) d’instituer dans de bonnes ( et nouvelles ) conditions la scolarité obligatoire et, pour l’autre ( Alain Peyrefitte, sous la houlette du général de Gaulle ) d’assurer la prolongation de la scolarité dans de bonnes ( et nouvelles ) conditions. La question pédagogique était donc posée non en terme de rejet ( voire de mépris ), mais comme une question essentielle pour qu’une ambition nouvelle puisse avoir des chances de réussir. Le renoncement ministériel actuel aux problématiques pédagogiques nouvelles signe en fait le renoncement à toute grande ambition pour l’Ecole républicaine ( voire son effacement et sa perdition ). Les questions pédagogiques et celles de la formation des enseignants ne sont pas seulement des questions techniques : elles ont des enjeux éminemment politiques et concernent ( devraient concerner ) tout le monde.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain