claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

726 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 oct. 2018

«Les racines et les ailes» du fervent latiniste Blanquer

Par Toutatis! L'activisme gallo-romain de Blanquer est un grand prodige! Face à la bronca suscitée par la place dévolue au latin et au grec dans la réforme du lycée et du bac, Blanquer donne des gages, mais qui relèvent plus du cabotage ou du cabotinage que du grand voyage historique du classique.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au XIXième siècle, c'est Napoléon I qui a réintroduit la dominance de l'enseignement classique pour l'élite masculine après l'expérience des Ecoles centrales (de type ''encyclopédique'') créées durant la Révolution française. Il s'agit avant tout de donner de bons modèles éducatifs, d'avoir de ''bonnes fréquentations'' (attestées et sélectionnées par le temps), bien plus que des ''connaissances'' au sens factuel et/ou langagier. On recourt à une Antiquité de morceaux choisis ( les ''selectae'') que l'on '' fréquente'' assidûment par le biais de longs exercices de traduction. La pédagogie du ''modèle'' et des ''trésors littéraires'' règne en maître. Ce n'est nullement la maîtrise et la bonne compréhension du français qui sont visées.

Au début de la troisième République se met en place une inflexion importante (qui n'est pas sans rapport avec le mot d'ordre qui apparait aussi à ce moment-là dans l'enseignement primaire: "apprendre à apprendre"). On peut citer en particulier à ce sujet l'un des grands idéologues de l'Ecole républicaine, Michel Bréal : «le profit inestimable qui réside dans l’étude d’une langue morte, c’est qu’elle dépayse l’esprit et l’oblige à entrer dans une autre manière de penser et de parler. Chaque construction, chaque règle grammaticale qui s’éloigne de l’usage de notre langue, doit être pour l’élève une occasion de réfléchir. La tâche du maître n’est donc pas d’écarter les difficultés de la route, mais seulement de les disposer de façon méthodique et graduée. Il ne s’agit pas d’abréger le chemin, car c’est le chemin qui est en quelque sorte la fin qu’on se propose ».

La vraie question n’est pas la maîtrise effective du latin (ou du grec) par les bacheliers, mais de s'assurer qu''ils ont exercé leur intelligence et progressé dans la démarche méthodique. Ce qui compte, ce n’est pas le résultat en termes de ‘’connaissances’’ (savoir le latin, du latin), mais le parcours (le bon chemin, « methodos »  en grec ). Et cette conception débouchera finalement sur une formule promise à un grand succès, celle attribuée à Edouard Herriot dans l’entre-deux–guerres : « la culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié », et à l'affirmation concomitante qu' « il n'y a nul besoin de connaître le latin : il suffit de l'avoir appris ».

A reprendre ce qui a été soutenu par Jean-Michel Blanquer lors de son interview dans le ''JDD'' de dimanche dernier, on mesure l'applatissement de l'ambition culturelle envisagée par le ministre de l'Education nationale actuel en regard de l'historique du classique. C'est du bricolage (sur le plan opérationel) mal masqué par le ''forçage'' des formules. Il en ''fait des tonnes''! Mais cela ne peut abuser que des non initiés, non pas les intéressés eux-mêmes.

Florilège de ''morceaux choisis'' de l'interview: "Ce qui se joue avec les langues anciennes, c'est notre capacité à avoir des racines et des ailes [bravo la reprise du titre d'une émission de télévision]. Le latin et le grec sont la sève de notre langue. Nous devons les cultiver, et les considérer non pas comme des langues mortes, mais comme l'essence vitale de notre langue. C'est un enjeu majeur de civilisation [...]. Cela commence dès l'école primaire: ma première priorité repose beaucoup sur le vocabulaire, donc l'étymologie [...]. Je suis le défenseur absolu des langues anciennes [...]. Les enjeux de civisme et de laïcité ont évidemment des racines grecques et latines [sic]. Les langues anciennes sont une école du bonheur et du discernement [...]. J'ai des citations latines en tête selon les circonstances. Tel in medio stat virtus, ''au milieu se tient la vertu'', un adage très macronien [...]. Les adages latins nous parlent de la vie sur un mode éternel"

In fine, ce qui reste si l'on a tout oublié de l'interview, ce n'est pas la culture mais l'enflure.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch