claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

740 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 nov. 2016

La laïcisation du personnel de l'enseignement public...

La loi du 30 octobre 1886 parachève l'oeuvre de laïcisation de Jules Ferry en substituant – mais très progressivement- un personnel laïque aux congréganistes présents dans les écoles communales. La « laïcisation » : un long fleuve (tranquille?)

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis la loi Guizot de juin 1833, les écoles primaires se distribuaient en quatre groupes d'inégale importance : «publiques laïques» (c'est à dire encadrées par des ''laïcs'', des ''non religieux'') ; «publiques congréganistes» ; «privées congréganistes» ; «privées laïques».

Les écoles privées et publiques sont alors distinguées uniquement par la nature de leur financement :« Les écoles publiques sont celles qu'entretiennent, en tout ou partie, les communes, les départements, ou l'Etat »  (article 8 de la loi Guizot. Une école qui reçoit - même un peu – un financement public est ipso facto considérée comme ''publique'').

Pour le ministre de l'Instruction publique René Goblet (qui est l'auteur de la loi du 30 octobre 1886), « l'enseignement primaire étant devenu de toutes les manières, au point de vue matériel comme au point de vue moral, un service public analogue à tous les autres, il est incontestable que l'Etat a le droit de mettre dans les écoles des maîtres formés par lui […]. La laïcisation du personnel est le seul moyen d'établir dans l'école la neutralité confessionnelle qui a été le le but de la loi de 1882 » (Sénat, 8 février 1886).

Deux jours plus tôt, lors de la présentation de la loi au Sénat, René Goblet avait précisé la raison de cette laïcisation du personnel de l'enseignement primaire public : « Il y a une nécessité d'ordre moral parce que je ne comprends pas qu'on laisse le soin d'enseigner et d'apprendre les libertés civiles et politiques à des hommes qui n'ont ni la liberté de l'âme, ni la liberté de conscience, ni la liberté de pensée » (à savoir les congréganistes).

La loi du 30 octobre 1886 institue que les maîtres congréganistes doivent être remplacés dans un délai de cinq ans maximum par des instituteurs laïques, les institutrices congréganistes au fur et à mesure que leurs postes deviennent vacants.

Si la mesure visant les maîtres congréganistes est plus expéditive que celle ayant trait aux institutrices, c'est qu'elle est plus facile à prendre car ceux-ci sont déjà très minoritaires dans l'enseignement primaire public masculin. En 1886, au moment du vote de la loi, sur cent élèves garçons du primaire, 82 se trouvent dans le public laïque, 6 dans le public congréganiste, 10 dans le privé congréganiste et 2 dans le privé laïque.

En revanche, sur cent élèves filles du primaire, 49 seulement sont dans le public laïque, 23 dans le public congréganiste, 24 dans le privé congréganiste et 4 dans le privé laïque.

Alors que sur 100 garçons dans le primaire public, il n'y a que 7 d'entre eux encadrés par des congréganistes, sur 100 filles dans le primaire public il y a 32 d'entre elles éduquées par des congréganistes. La mise en place de la laïcisation du personnel de l'enseignement primaire public sera donc plus longue et plus délicate pour ce qui concerne les filles. Mais c'est là aussi que se situe l'enjeu essentiel. Rien n'est jamais simple … La modification des réalités ne relève pas de la magie à effets immédiats !

En 1902, à la veille des mesures d'Emile Combes interdisant aux congrégations d'enseigner, 13% des filles de l'enseignement primaire public seront encore encadrées par des institutrices congréganistes (et 58% des filles seulement sont alors scolarisées dans le public laïque contre 83% des garçons).

Il convient de le rappeler (et de se le rappeler en ces temps troublés voire troubles), la ''laïcité'' (ou plutôt la ''laïcisation''), n'est pas un état mais un processus : un long fleuve (pas si tranquille que cela d'ailleurs...)

1889. Une date importante dans le long processus de la laïcisation des enseignants du primaire public : les instituteurs et institutrices deviennent fonctionnaires. Mais Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire de droite, préconise de supprimer le statut de fonctionnaire « dans un grand nombre de missions pour lequel il n'est pas nécessaire », en donnant l'exemple desenseignants : « on n'est pas obligé d'être fonctionnaire pour être enseignant »...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
par Bésot