Avec son goût prononcé pour l'amplification et l'approximation afin d'avoir ses aises au “centre du centre”, François Bayrou vient d'affirmer tout de go sur France Info que « les enfants n'apprennent pas à lire pour 30 à 40 % d'entre eux ».

Et pourtant François Bayrou n'est pas un novice en la matière, loin s'en faut. Il a un passé et un passif . Son passé, c'est d'avoir été pendant plus de six ans (de 1987 à 1993) à la tête du « Groupe de lutte contre l'illettrisme » . Son passif, c'est son aveu d'échec après s'être vanté de réduire « l'illettrisme » de moitié en cinq ans alors qu'il était ministre de l'Education nationale

Le Bayrou vantard, dès le mois de mai 1993 (il vient d'être nommé ministre de l'Education nationale) : «il faut engager une politique ambitieuse pour réduire de moitié en cinq ans le nombre d'enfants – 30% actuellement- qui ne savent pas comment lire et comprendre un texte simple » (« Le Monde » du 3 mai 1993).

Le Bayrou approximatif, le même mois de mai 1993  : « il n'est pas acceptable qu'un enfant sur cinq, sur quatre ou sur trois, ne sache pas lire en sortant de l'école » (au congrès de la Fédération de parents d'élèves PEEP du 20 mai 1993).

Le Bayrou piteux, quatre ans plus tard : A la journaliste du « Monde » qui lui demande le 8 mars 1997 : « Qu'est-il advenu de votre objectif de diminuer de moitié en cinq ans le pourcentage d'élèves qui entrent en sixième sans savoir lire ? », le ministre de l'Education nationale François Bayrou répond en adoptant un profil très bas : « J'espère que les changements intervenus dans les programmes et dans l'organisation de l'école ont un peu amélioré les choses. Je n'ai pas réussi à faire naître le grand débat qui est le préalable à tout progrès ».

Des taux très variables voire ‘’abracadantesques’’ d’ « illettrés » ont été avancés (et continuent parfois de l’être, à la ‘’Une’’ de certains journaux), depuis les 0,5% du Mouvement ATD Quart Monde (qui a mis en valeur le terme d'''illettrisme'' au début des années 1980), jusqu'au taux de « 40% dillettrisme fonctionnel » repris à son compte par Jacques Chirac en 1995 (François Bayrou semblant désormais s'aligner sur lui, si l'on prend au sérieux sa saillie récente en date du 30 octobre 2014 : « 30 à 40 % »...).

Jacques Chirac nomme en 1996 « un chargé de mission nationale sur l'illettrisme », Alain Bentolila, professeur de linguistique à la Sorbonne. Alain Bentolila, pour tenter de mettre fin à ces poussées périodiques de statistiques (aussi fluctuantes qu’alarmantes) a mis au point un test qu’il considère comme fiable, fidèle et probant pour évaluer et classer les performances en lecture des conscrits.

Il souligne que, depuis que cette évaluation a commencé, en 1990, les résultats aux tests n’ont varié que dans des proportions insignifiantes. Cinq « familles » de « lecteurs » ont pu être distinguées, qui correspondent chacune à un même seuil de performance. En 1995, les résultats sont les suivants : « 1% des jeunes adultes sont analphabètes ; 3% ne dépassent pas la lecture d’un mot simple isolé ; 4% sont limités à la lecture de phrases simples isolées ; 12% ne sont capables que de la lecture superficielle d’un texte court et simple ; 80% ont la capacité de lire un texte de façon approfondie ».

On en est toujours là, pour l'essentiel, si on en juge par les résultats aux tests de lecture à la dernière « Journée Défense et citoyenneté », celle de 2013 (des tests qui ont été quelque peu remaniés en 2008 pour être plus précis techniquement). 81,8% de « lecteurs efficaces'' en 2013 (contre 79,8% en 2009) ; 8,6% de ''lecteurs médiocres'' (contre 9,6% en 2009) ; et 9,6% ''en difficulté de lecture'' (contre 10,6% en en 2009).

On remarquera que les taux des jeunes gens et de jeunes filles qui se retrouvent ''en difficulté de lecture'' (9,6% en moyenne nationale) se distribuent de façon très différenciée selon les départements : cela va de 4,8% à Paris à 12,7% en Seine-Saint Denis, et même à 14,9% dans la Somme et 17,6% dans l'Aisne (pour ce qui concerne la métropole). Cela donne à penser que l'apprentissage de la lecture est un phénomène fort complexe (aux données multivariées), qui ne saurait se réduire à la sempiternelle question des ''méthodes de lecture'' (objets généralement de toute l'attention et de furieuses controverses).

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

A parcourir les réseaux sociaux, à voir l'usage intensif des mails, des sms surtout, les générations nouvelles sont beaucoup plus dans le texte que celles qui les ont juste précédées; il y a eu, c'est sûr, un "creux technologique" de plusieurs années où les jeunes gens (dits illettrés) ne lisaient + sur papier et pas encore sur écran, mais ça semble dépassé et on a, à nouveau, des vagues de lisants/écrivants derrière leur clavier.

Ensuite, est-ce que la littérature s'y retrouve ? Mystère...Innocent mais c'est très possible; ainsi j'avais lu dans une revue qu'un livre-recueil avait été édité fait d'un échange à deux voix de poèmes-sms.