Communiqué commun de la FCPE (Fédération des conseils de parents d'élèves), de l'UNL (Union nationale lycéenne) et du SGL (Syndicat général de lycéens) :

« En s’appuyant sur le règlement intérieur du lycée qui stipule que les élèves doivent avoir une “tenue décente”, la Proviseure et son adjointe se permettraient de mesurer, à l’entrée de l’établissement, la longueur des jupes des lycéennes selon ce qu’elles estiment être « décent » ou pas. Celles-ci se voient jugées dès l’entrée au sein de l’établissement sur leur tenue vestimentaire mais également sur leur maquillage.

Pourtant, les établissements scolaires doivent avoir pour rôle de promouvoir l’égalité entre les élèves. Aujourd’hui, le comportement du personnel du lycée Emile Loubet apprend aux lycéennes, qu’avant de pouvoir étudier, elles doivent d’abord correspondre à une certaine idée de ce que doit être une femme. Vivre des discriminations au sein même de son lycée met à mal la construction de l’estime de soi et de l’esprit critique. Le lycée doit protéger les lycéen.ne.s des faits de société comme celui aujourd’hui de l’inégalité entre les femmes et les hommes, du harcèlement de rue ou encore des stéréotypes sur les femmes. Le lycée Emile Loubet les reproduit et apprend aux plus jeunes à cacher leur corps au détriment de leur bien-être, de l’apprentissage du vivre-ensemble et de la lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes ».

Quid des propositions d'uniformes obligatoires dans les établissements scolaires ? Seraient-ils différents pour les filles et pour les garçons (et entériner des stéréotypes de genre) ? Ou devraient-ils être les mêmes pour les filles et les garçons (tous et toutes en ''complet veston''' ; ou toutes et tous en'' tailleur'', par exemple et pour l'exemple).

Marine Le Pen ne s'est pas fait faute de s'empêtrer dans ces ''détails'', et de s'en agacer sans s'en dépêtrer. Interrogée dans une conférence de presse, elle a été amenée à lâcher « pourquoi pas une blouse ? ». Sans préciser la couleur. Ni la longueur. Tout en concluant : « ce ne sera pas tout le monde en socquette, jupes plissées ou garçons en cravate. Quoique ce serait pas mal ! ».

En jupe plissée bleu marine ? Toujours est-il que Marine Le Pen est le plus souvent en pantalon . Et François Fillon dans son costume à nul autre pareil, un modèle sans doute.

Et les professeurs ? En bonne logique , les maîtres doivent montrer l'exemple. Ils ont dû le faire dans le passé.

On connaît le mot de Charles Péguy parlant des « hussards noirs de la République » : il s'agissait des normaliens  qui devaient être habillés d'une redingote de drap noir à palme d'or.

La tenue des normaliennes était – elle – calquée sur l'habit religieux. Elles devaient avoir dans leur trousseau « une robe noire en cachemire ou croisé de laine unie ; jupe unie ; corsage uni ; un mantelet de même étoffe fait exactement sur le modèle de l'école ; un manteau de drap noir fait exactement d'après le modèle de l'école » . Fermez le ban (enfin, on espère) !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.