claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

730 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 mai 2013

"Apprendre pour entreprendre"?

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 En pleine polémique sur l’idée de François Hollande d’instituer « un programme sur l’entreprenariat » tout au long de l’enseignement secondaire, un rappel historique ( et à l’ordre ) à partir d’un livre de J.P Chevènement.
En 1985, le ministre de l’Education nationale Jean-Pierre Chevènement ( qui vient de créer les baccalauréats professionnels ) fait paraître un ouvrage au titre évocateur : « Apprendre pour entreprendre » où il légitime explicitement sa politique par l’exacerbation de la guerre économique : « Au centre de la compétition économique internationale, il y a le combat auquel se livre chaque nation pour maîtriser la mutation technologique à laquelle nous sommes confrontés. Tel est le sens de l’œuvre  de modernisation dans laquelle notre pays est engagé  […] L’Education nationale doit être le fer de lance de la modernisation ».
Et le ministre de l’Education nationale Jean-Pierre Chevènement met en place une politique de" jumelages école-entreprise" ainsi que l’introduction de « périodes de formation en milieu professionnel » dans le cadre du développement des baccalauréats professionnels ( il s’agit de 12 à 20 semaines de stages en entreprise, sur les deux années que dure la formation ). L’entreprise est alors explicitement désignée comme lieu de formation, au même titre que l’établissement d’enseignement.
Mais jusqu'où peut-on aller dans la logique d’ « appendre pour entreprendre » chère à Jean-Pierre Chevènement ?
Le ministre de l’Education nationale demande fin 1985 à Antoine Riboud ( un industriel ) et à Claude Fitoussi ( un spécialiste du marketing ) un rapport pour faire de la France « une nation de vendeurs ».
Le rapport qui lui est remis par les deux rapporteurs met en exergue que « l’esprit vendeur » recouvre l’une des dispositions essentielles de l’activité humaine : l’art de communiquer, d’écouter, de convaincre, de négocier, de séduire.
Pour les auteurs du rapport, la solution est donc de transformer l’Ecole en un monde de la communication et de la parole, un monde de l’échange où les élèves seraient systématiquement entraînés à s’exprimer, à se présenter, à s’écouter. L’Education nationale elle-même ne devrait pas craindre d’entrer dans une logique marchande, d’accepter le jeu de la concurrence, de d’afficher et de « se vendre ». En ce sens, estiment les rapporteurs, toutes les pédagogies axées sur les méthodes actives, l’éveil, l’expression libre paraissent aller dans le bon sens, dans la mesure où elles mettent les élèves dans une relation de communication.
Mais le ministre de l’Education nationale Jean-Pierre Chevènement fait savoir immédiatement qu’il n’est pas disposé à suivre les rapporteurs sur ce terrain : « Je ne veux pas faire de l’école un bazar […] . Je ne pense pas qu’il soit souhaitable d’y généraliser un enseignement de la communication qui ferait du ‘’savoir-faire’’ la finalité même de l’Ecole. L’Ecole n’a pas pour but la séduction généralisée. Elle ne doit pas refléter le mode de fonctionnement d’une société où l’apparence l’emporte largement sur le contenu, le plaire sur le faire, et l’image sur la réalité » ( "Le Monde" du 20 février 1986 )
A l’évidence, pour Jean-Pierre Chevènement lui-même, la logique d’ « apprendre pour entreprendre » a ses limites. Un rappel qui sonne comme un rappel à l’ordre ? Dans cette dimension comme dans d’autres ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose