Et si on demandait des comptes au fabuleux Blanquer? La Fontaine a bon dos!

Cette semaine il met en scène la quatrième des distributions du ''Livre de l'été'' effectuées sous sa houlette, à savoir 800 000 recueils de Fables de La Fontaine destinés aux élèves de CM2. L'histoire ''fabuleuse'' de l'évolution de ces quatre distributions devrait dessiller les regards et aboutir à ce qu'on lui demande enfin des comptes.

On le sait, Jean-Michel Blanquer se réclame autant que faire se peut de la ''science'' et du ''pragmatisme''. Alors, regardons-le à l'œuvre en l'occurrence.

Première mouture. L'histoire commence en mai 2010, par une circulaire signée par le DGESCO (directeur de l'enseignement scolaires) qu'il était alors. « En cet été 2010, qui marque le lancement de cette opération, 178  000 élèves de CM1 recevront  « Un livre pour l'été ». Ils vont le découvrir, le lire et partager leurs émotions de lecture avec leur famille, avec leurs amis. À la rentrée, les maîtres de CM2 conduiront des activités qui permettront aux élèves d'en parler avec leurs camarades, d'étudier le texte avec leurs enseignants. Il s'agit des Fables de La Fontaine illustrées par Marc Chagall […]. Les écoles qui souhaitent participer dès cette année scolaire à l'opération ''Un livre pour l'été'' devront produire un projet pédagogique en réponse au cahier des charges ci-dessous. C'est la qualité du projet pédagogique qui sera le critère majeur de sélection des écoles qui pourront bénéficier de cette première dotation expérimentale »

C'est « expérimental ». Mais quels ont été les résultats de cette ''expérimentation'' ? Mystère ! (inquiétant pour la ''science'' et le ''pragmatisme'')

Deuxième mouture. Toujours est-il qu'une deuxième opération « Un livre pour l'été » est mise en place en juin 2011 (Jean-Michel Blanquer étant toujours DGESCO). Elle est destinée toujours aux élèves de CM1. Mais cette fois-ci, il n' y a plus de choix effectués d'après la qualité des projets pédagogiques mis en place. « Ce sont plus de 800 000 écoliers de CM1 qui cette année vont pouvoir dévorer un magnifique recueil de neuf contes de Charles Perrault tout au long des vacances. Mais cette initiative ne saurait se concevoir sans un véritable suivi pédagogique et, dès la rentrée de septembre, les élèves pourront approfondir et enrichir la lecture estivale avec leur professeur de CM2 ».

Exit les projets pédagogiques initiaux exigés (mais le suivi en CM2 doit donner encore sens à l'opération). Exit La Fontaine. Pour ceux qui penseraient que cette ''opération'' « Livre de l'été » serait une sorte de ''réhabilitation de la littérature classique'' dans l'enseignement primaire (dixit Blanquer lui-même), il faut noter que Jean-Michel Blanquer n'a pas hésité devant la substitution des « Neuf contes de Charles Perrault » aux « Fables » de La Fontaine. Fabuleux, le climat ''contes et légendes'' qu'il peut entretenir.

Par ailleurs, quelles sont les données ''scientifiques'' et/ou ''pragmatiques'' qui peuvent expliquer les modifications entre la première mouture et la seconde? Mystère !

Troisième mouture. A peine installé à la tête du ministère de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer annonce urbi et orbi le 27 juin 2017 que 150 000 élèves de CM2 vont recevoir gratuitement les « Fables » de La Fontaine. Pourquoi en fin de CM2 (ce qui interdit pratiquement le suivi après les vacances, puisque ces élèves vont changer d'établissement) ? Pourquoi 150 000 ? Pourquoi dans trois académies seulement  (Aix-Marseille, Nantes et Lille), mais dans tous les CM2 de ces académies ? On ne sait toujours pas! Ni quels ont pu être les résultats d’une telle « distribution ». Mais tout cela a certainement à voir avec la ''science'' et/ou le ''pragmatisme''.

Quatrième mouture. Va-t-il recommencer ? Mais oui ! Pourquoi ne pas reprendre une opération qui est si bien ''en marche'' (pour lui) ? Le 4 avril de cette année, en réponse à une interpellation de la députée (Modem) Géraldine Bannier qui interrogeait le gouvernement sur ses engagements « pour faire de la France un pays de lecteurs », le ministre de l’Education nationale a terminé en martelant: « nous redistribuerons des  « Fables »  de La Fontaine en juin prochain ». Et cette fois aux 800 000 CM2. On n'arrête pas le progrès (de la dépense, si ce n'est de son utilité éducative) . Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer distribue tranquillement le ''Livre de l'été'' sans envisager quelque préparation ou suivi que ce soit, contrairement au DGESCO Jean-Michel Blanquer qui pensait cela tout à fait nécessaire pour que ces distributions puissent être utiles aux élèves...

En revanche, la mise en scène de « l'opération ''Livre pour l'été'' » est en marche plus que jamais. Car c'est précisément en elle que réside le sens et l'utilité (pour le ministre) de cette coûteuse opération. « Ne rigolez pas – comme aurait dit Coluche – c'est avec notre pognon ! »

« Mardi 5 juin, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, remettra, en compagnie de Joann Sfar, leur livre pour les vacances à 450 élèves à l'Orangerie du château de Versailles. Au même moment, l'ensemble des 800  000 élèves de CM2 se verront remettre leur exemplaire par leur professeur, parfois en compagnie d'un écrivain. Au cours de cette remise de livres, des élèves de l'école Simon Bolivar de Paris chanteront "La cigale et la fourmi" et Julie Sicard et Michel Favory, sociétaires de la Comédie française, liront cinq fables. Déroulé :

13 h : Arrivée de Jean-Michel Blanquer et de Joann Sfar
13 h 15 : Fable "La cigale et la fourmi" chantée par les 50 élèves de l'école Simon Bolivar
13 h 25 : Lecture de cinq fables de La Fontaine par deux sociétaires de la Comédie française
14 h : Intervention du ministre sur le plan lecture
14 h 15 : Échange informel avec la presse »

Alors chiche ! Espérons que les journalistes seront nombreux, et profiteront de cet « échange informel » pour demander des comptes à Jean-Michel Blanquer et en rendre compte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.