mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart ven. 30 sept. 2016 30/9/2016 Édition du matin

Le Guide de l'enseignement catholique

Eric de La Barre, secrétaire général de l’enseignement catholique, persiste à demander aux établissements catholiques  d' ‘’éclairer’’ le débat sur le mariage pour tous ( à partir de ses ‘’repères’’ ).

Après l’envoi par le ministre Vincent Peillon d’un courrier aux recteurs les invitant à la « plus grande vigilance » à propos de l’organisation de débats sur le mariage pour tous recommandée par une lettre du secrétaire général à l’enseignement catholique envoyée à ses 8300 chefs d’établissement, Eric de La Barre indique que « nous n’appelons pas directement à la manifestation »  (du 13 janvier) contre le mariage homosexuel mais « à l’éveil des consciences et à ce que chacun exerce librement ses responsabilités de libre citoyen. Encore faut-il que la conscience de chacun ait été alimentée, nourrie, éclairée. C'est la raison pour laquelle nous pensons que les débats entre adultes sont utiles et même nécessaires ». Et Eric de La Barre d’invoquer les nécessaires « repères ». Quels « repères » ? Ils ont été publiquement précisés en mai 2010.

Au printemps 2010, un « Guide pour l’éducation sexuelle » a en effet été édité sous l’autorité du Secrétariat à l’enseignement catholique. Pour ce qui concerne l’homosexualité, même s’il est dit qu’il ne s’agit pas de « conduire à poser un jugement sur les personnes homosexuelles », toute la direction éducative est tendue dans ce texte vers l’ « affirmation structurante de la différence sexuelle ».
Selon le texte promulgué par la direction de l'enseignement catholique ( il a été voté en mars 2010 par le comité national, son instance représentative ) " l'anthropologie a toujours reconnu l'importance structurante de la différence sexuelle. Un courant récent, néanmoins, conteste ce modèle. La ‘'gender theory'' privilégie le ‘'genre'', considéré comme une pure construction sociale, et diversifié selon les orientations sexuelles, aux dépens du ‘'sexe''. Elle manifeste un déni de la différence corporelle et psychologique qui préexiste aux rôles culturels [ ...]. Le but de la ‘'gender theory'' est de ‘'libérer'' l'individu de tout cadre normatif donné par la nature, la société, la religion et de permettre à chacun de choisir librement son identité, son orientation sexuelle et sa forme de famille ".

Il s'agirait donc, en définitive, pour l'enseignement catholique, de libérer les jeunes d'influences ‘'contre-nature'' : " La diffusion de publicités androgynes de plus en plus nombreuses, la popularité du personnage de Michaël Jackson sont les signes patents de la séduction de ce nouveau modèle proposé auprès des jeunes générations. Traversés malgré eux par ces influences, de plus en plus de jeunes se posent la question de leur identité sexuelle et pensent qu'il est nécessaire d'expérimenter des pratiques sexuelles pour vérifier l'orientation de leur désir ". A partir de là, la conclusion coule de source : " Dans ce contexte, la parole des éducateurs est fortement requise, surtout vis-à-vis d'adolescents qui ont à découvrir leur condition d'être masculin ou d'être féminin ".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

J'ai lu que la cardinal  Vingt-Trois était farouchement opposé au mariage civil des homosexuel(le)s. 

Ne serait-ce pas par crainte que les prêtres catholiques auxquels est interdit le mariage avec une femme pourraient contourner cet oukase en se mariant civilement avec un homme. Je pense que cette dernière solution conviendrait à un grand nombre.

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

Le blog

suivi par 561 abonnés

Histoire et politiques scolaires