En attendant Godot (Mathiot ): des indications sur la réforme du lycée aventureuses

Certaines sont a priori «explosives» si l'on en juge par ce que viennent de révéler Les Echos et Libération, et si on les compare à celles qui avaient suffi à mettre «le feu aux poudres» durant le ministère de Xavier Darcos, il y a une dizaine d'années.

La mission dévolue à Pierre Mathiot sur la réforme du lycée et du baccalauréat devrait rendre publiques ses conclusions avant fin janvier. Selon ce que rapportent les deux quotidiens à partir des auditions qui ont déjà eu lieu, un tronc commun de matières serait envisagé au premier semestre de la classe de seconde, puis un début de choix de modules au second.

En classe de première, il y aurait un tronc commun de 15 heures (mathématiques, lettres, histoire-géographie, langue vivante 1, et éducation physique et sportive) et 12 heures de spécialités à sélectionner dans une offre de neuf grandes combinaisons (maths-physique-chimie ; maths-sciences de la vie et de la terre ; lettres-langues ; lettres-arts, ; SES-histoire-géographie ; lettre- philosophie…)

En terminale, inversion des proportions d'heures dévolues au tronc commun et aux spécialités, avec davantage d’heures de spécialités (15 heures) et 12 heures de tronc commun (philosophie, histoire-géographie, éducation physique et sportive, et langue vivante 1).

En juillet 2008, dans l'état initial de la réforme du lycée présentée par le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos, il était prévu pour la classe de seconde pas plus de 27 heures d’enseignement par semaine ( les enseignements dits ‘’généraux’’ devant représenter 60% du temps, les enseignements dits ‘’complémentaires’’ remplaçant les options devant prendre 25% du temps sous forme de ‘’modules’’ semestriels ; enfin des activités d’’’accompagnement’’ ou de soutien, durant les 15% du temps restant ).

A la mi-décembre 2008, après les premières oppositions organisées et le début de manifestations de jeunes dans la rue, les horaires prévus dans le cadre de la réforme de la classe de seconde montent à 30 heures par semaine ( 21 heures pour les ‘’troncs communs’’ au lieu des 16 heures initialement envisagées ; 6 heures de modules semestriels, soit le cinquième des horaires hebdomadaires au lieu du quart initialement prévu ; et 3 heures d’accompagnement ou de soutien ).

La modification de la réforme envisagée par Xavier Darcos est encore plus nette pour ce qui concerne les classes de première et terminale . Alors qu'il avait été prévu dans le projet initial d'aller vers la suppression des filières, le ministre de l'Education nationale déclare sur RMC à la mi-décembre 2008 que pour "la première et la terminale, nous n'avons pas d'intentions extrêmement novatrices dans ce domaine, parce que vous retrouverez toujours des dominantes, qui sont le professionnel, le technologique, le littéraire, l'économique et les scientifiques; c'est très difficile d'imaginer autre chose »

In fine, le Chef de l'Etat Nicolas Sarkozy recule face notamment aux mobilisations de jeunes contre la réforme, et dessaisit de fait le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos en confiant dès janvier 2009 à Richard Descoings une mission « d’analyse, de compréhension, d’écoute et de proposition » sur la réforme du lycée. Ce n'était pas le retrait pur et simple, mais c'était déjà la retraite. Emmanuel Macron sera-t-il plus fort et plus déterminé que Nicolas Sarkozy ?

PS : ''En attendant Godot'', Samuel Becket. Acte Premier.

Entre Vladimir. Estragon : « Rien à faire ». Vladimir : « Je commence à le croire. J'ai longtemps résisté à cette pensée en me disant, Vladimir soit raisonnable, tu n'as pas encore tout essayé. Et je reprenais le combat »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.