Lecture: pas de contre-sens, monsieur le ministre!

Selon les résultats de «PIRLS», les élèves français de CM1 ne sont pas mal placés dans la comparaison internationale pour les deux premiers niveaux de compréhension en lecture (et donc pour les apprentissages premiers), mais médiocres et en déclin pour les deux niveaux les plus élevés.

Les résultats de l'enquête PIRLS (Progress in International Reading Literacy Study) viennent de paraître. L'enquête a été menée au printemps 2016, c'est à dire auprès d'élèves dont le cursus scolaire a été régi pour l'essentiel par les programmes de 2008 (les ''nouveaux programmes'' ayant commencé à être mis en application à la rentrée scolaire 2015) ; des programmes élaborés sous le ministère de Xavier Darcos fin 2008 , et ''mis en musique'' aussi sous le ministère de Luc Chatel (et de son DGESCO Jean-Michel Blanquer).

PIRLS est composé d’une série de textes (des récits littéraires et des écrits ''informatifs'') accompagnés de questions présentant quatre niveaux de difficultés . Niveau 1 : restitution des faits ; niveau 2 : analyse de rapports de cause à effet ; niveau 3 : mise au jour d’informations présentes implicitement dans le texte ; niveau 4 : analyse critique des intentions de l'auteur.

Les élèves français sont en difficulté sur les questions complexes de niveaux 3 et 4. En quinze ans, le score sur ces questions a ainsi reculé de 523 points à 501, tandis qu’il baissait beaucoup plus modérément sur les compétences 1 et 2, passant de 529 à 521. Nous sommes donc passés largement sous la moyenne des pays comparables au nôtre (une moyenne de l'ordre de 520 points) pour les niveaux élevés de compréhension de lecture ; mais nous sommes honorablement placés pour les deux premiers niveaux (ce qui montre que nos élèves savent « lire » au sens de « décoder » simplement les textes).

Alors, on peut espérer que l'on nous épargnera les sempiternels débats sur les apprentissages premiers (lesquels offrent certes la possibilité d'engranger facilement des bénéfices politiques sur une base ''populiste'' de fait) afin de porter l'attention sur ce qui nous plombe en réalité par rapport à beaucoup d'autres pays. Comment progresser aux niveaux 3 et 4 de compréhension de l'écrit ? That is the question ! Quel va être le choix du ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer: focaliser de façon responsable sur cette question là ; ou mouliner dans tous les sens ?

PS1: Jean-Michel Blanquer a répondu à cette question là par une dictée journalière... Hallucinant!  Ce ministre est vraiment un pince-sans rire qui ressemble  de plus en plus  à Buster Keaton à chacune de ses sorties.

PS2: pour en savoir plus, lire l'excellent article de Gurvan Le Guellec sur '' temps.reel. nouvlobs.com'' : Les compétences en lecture déclinent depuis près de 20 ans.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.