claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

726 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 déc. 2019

Une grève d'enseignants «historique»? Mais 1995 ou 2003? Ou l'an 2000?

Les taux de grévistes dans l'Education nationale pourraient être inédits si l'on en juge par les annonces des principaux syndicats d'enseignants, voire même par celles du ministre Jean-Michel Banquer lui -même, un ton au-dessous. A voir, en se souvenant.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La comparaison avec la période de novembre-décembre 1995 s'impose immédiatement (tant les mobilisations - et leurs raisons - ont marqué les esprits et ont à voir avec la situation actuelle). On doit remarquer toutefois que l'intervention massive des enseignants ne s'est pas faite alors tout de suite: elle a connu une assez longue montée en puissance pour culminer dans la journée du 12 décembre 1995 marquée notamment par une manifestation de l'ordre d'un million de personnes (pour la police) et de deux millions (pour les organisateurs) à la suite de quoi Alain Juppé s'est vu contraint de retirer son plan sur les retraites.

Alors que le mouvement était déjà fortement engagé dès la fin novembre 1995 (notamment chez les cheminots) , le ministère de la Fonction publique n'a compté le 4 décembre que 1,35% de grévistes à l'Education nationale (2,2% dans la Fonction publique). Après un engagement plus déterminé des directions nationales syndicales enseignantes (notamment de la FSU et de la FEN) pour une grande journée de grève le 5 décembre, le ministère de l'Education nationale indique qu'il y a eu ce jour-là 12% des enseignants en grève dans les écoles, 8% dans les collèges, et 16% dans les lycées. Le SNUipp estime alors entre 30% et 50% le pourcentage de grévistes dans une trentaine de départements.

Par comparaison, on voit que cela commence beaucoup plus tôt et plus fort en ce mois de décembre 2019. Et c'est en cela ''historique''. Mais il reste aussi à connaitre la suite, qui peut réserver des surprises, comme on a pu le voir avec un autre mouvement très long (et qui a marqué aussi les esprits à sa façon) celui qui a eu lieu d'octobre 2002 à juin 2003, et qui - lui - avait aussi commencé très fort...

Le 17 octobre 2002 une grève nationale a lieu à l'appel de la FSU, de l'UNSA-Education , du SGEN-CFDT, de la FERC-CGT et du FAEN contre les rumeurs persistantes de décentralisation et une priorité budgétaire donnée à la police et à la défense plutôt qu'à l'Ecole. Elle est très suivie: 49% dans les écoles selon le ministère (68% selon le SNUipp), 44% dans les collèges (60% selon le SNES) , 37% dans les lycées professionnels, 36% dans les lycées généraux et technologiques, 37% parmi les personnels ATOS ( toujours selon le ministère).

Une seconde journée nationale de grève a lieu le 18 mars 2003. Elle est moins suivie que la première, alors même que l'annonce de la décentralisation de quelque 110000 personnels non-enseignants dans le giron des collectivités locales a été faite. Selon le ministère, 30% des enseignants du primaire, 34% des enseignants de collèges et 26 % des professeurs de lycée , ont fait grève . A peine 26% des personnels ATOS (administratif, technique, ouvrier et de service) ont suivi le mouvement (alors qu'ils étaient les premiers concernés).

A partir de mai 2003, la question des retraites s'ajoute à ce contentieux (il est notamment annoncé que les personnels vont subir l'allongement progressif de la cotisation de 37,5 annuités à 40 annuités). Dix autres journées nationales de grève vont alors se succéder jusqu'au 19 juin 2003, date à laquelle le ministère de l'Education nationale annonce 11% d'enseignants grévistes en moyenne dans les écoles, 12 % dans les collèges, 6% dans les lycées généraux, 4% dans les lycées professionnels; et 6 % de grévistes parmi les personnels non-enseignants.

Les onze appels nationaux à des journées de grève ont rythmé des temps forts nationaux des actions syndicales. mais avec une pente tendancielle à la baisse...A partir de fin avril et surtout de mai 2003, le mouvement se durcit à l'occasion d'initiatives locales qui ont pu être particulièrement fortes dans certaines régions: les académies de Créteil, de Montpellier, d'Aix-Marseille et de la Réunion.

Il y a des occupations de rectorats et d'inspections académiques, des blocages de dépôt de bus ou de péages autoroutiers, des opérations escargots sur les routes, des jets d'exemplaires du livre du ministre de l'Education nationale Luc Ferry, des menaces sur la tenue du baccalauréat.

Cela a toujours été minoritaire; mais, au plus fort de l'action, les syndicats du second degré ont estimé à environ 3000 le nombre des collèges et lycées publics (sur 7800) touchés dans des proportions variables par des mouvements de grèves reconductibles, eux-mêmes plus ou moins longs.

Or une jurisprudence du Conseil d'Etat (arrêt Omont de 1978) prévoit la possibilité de défalquer les jours non travaillés (les mercredis par exemple) , les week-ends et les jours fériés, compris entre deux journées de grèves. Ce mode de calcul, qui peut paraître étonnant, vise à corriger les effets du prélèvement par ''trentième'' (une journée de grève, en application d'une loi de 1977, prévoit la retenue d'un trentième de salaire et des primes mensuelles par jour de grève): sans cette jurisprudence, un enseignant en grève reconductible pourrait percevoir jusqu'à un tiers de son traitement même s'il n'effectue aucune heure de cours (du fait du ''paiement'' des trentièmes correspondant aux week-ends et jours fériés). Les grèves reconductibles ont pu être fort douloureuses financièrement, et certains s'en souviennent encore.

Peu à peu, on se rapproche de la mi-juin où les épreuves du baccalauréat vont commencer par celles de philosophie. La question du boycott du baccalauréat est posée. Mais les syndicats d'enseignants sont contre. Et il n'y a pas alors eu passage à l'acte.

In fine, on peut aussi noter que certains taux de grévistes ont pu être fort élevés (selon les évaluations publiques ministérielles elles-mêmes) à d'autres moments et envers d'autres ministres (parfois pourtant restés dans les mémoires plutôt appréciés): François Bayrou: 44% de grévistes dans les collèges et 59% dans les écoles lors d'une grève en septembre 1996; Jack Lang: 40% dans les écoles, 31% dans les collèges, 24% dans les lycées lors d'une grève en janvier 2002.

Mais le champion toute catégorie est indéniablement Claude Allègre : 68% de grévistes (selon ses service ministériels eux-mêmes) dans les écoles, 68% aussi dans les lycées, et jusqu'à 72% dans les collèges le 16 mars 2000: une date historique. Pour quoi? Pour lui!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Ce soir, reportage à la frontière avec la Biélorussie, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. Et nos invitées : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn