claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

739 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 août 2012

Quelle place pour l'EPS?

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En plein engouement pour les Jeux Olympiques, et dans la perspective d’une « refondation de l’Ecole », c’est sans aucun doute le moment d’y penser.
Si l’on apprécie sa place symbolique à partir de l’ordre d’apparition des « agrégations » ( qui signent la reconnaissance pleine et entière de chaque corps disciplinaire de l’enseignement secondaire, son ‘’agrégation’’ ), l’EPS n’est pas bien placée dans le domaine scolaire, elle est même bonne dernière.
Les dates de création des agrégations scandent  en effet la longue marche des disciplines vers la reconnaissance et donnent à voir la hiérarchie – historique – des disciplines scolaires.
En 1766 sont créées les agrégations de lettres et grammaire ( gréco-latines ) ; en 1821, celle de ‘’sciences’’ ( toutes catégories confondues, avec les mathématiques ). Suivent celle de philosophie en 1825 puis d’histoire en 1831. En 1849, apparitions d’agrégations de langues vivantes, allemand et anglais. L’agrégation de sciences se dédouble en agrégation de mathématiques et agrégation de sciences en 1841 ( qui se scinde elle-même en agrégation de sciences physiques et agrégation de sciences naturelles en 1885 ). Suivent celles d’espagnol et d’italien en 1900, d’arabe en 1907, de russe en 1947. Il faut attendre 1960 pour que soit décidée une agrégation de lettres modernes. En 1962, création d’une agrégation de techniques économiques et de gestion ( transformée en 1980 en économie et gestion ). Suivent celles de mécanique en 1968 ; de génie civil, de génie électrique, de génie mécanique en 1975. L’agrégation d’éducation musicale apparaît en 1974, celle d’arts plastiques en 1975. En 1977 est créée une agrégation de sciences sociales. Sans compter la création de quelques autres agrégations de langues vivantes, dont le portugais dès 1973, l’hébreu moderne en 1977, le polonais en 1978.
 L’éducation physique et sportive ferme la marche de la reconnaissance des excellences disciplinaires en 1982…
Dans le rapport de  la commission ‘’Thélot’’ en 2004 et  lors de la loi d’orientation dite ‘’Fillon’’ du 23 avril 2005, l’EPS ne fait pas partie du ‘’noyau dur’’ de ce qui doit visiblement être maîtrisé dans le cadre de la scolarité obligatoire ( à l’exception de la ‘’natation’’ ). La corporation de la discipline ( fortement organisée et représentée syndicalement de façon singulière compte tenu des aléas de son histoire et de ses appartenances ministérielles multiples historiquement ) se démène alors beaucoup pour que soit ajouté un « huitième pilier » ( aux sept autres ‘’piliers’’ ou ‘’grandes compétences’’ qui constituent « le socle commun de connaissances et de compétences » dans le décret d’application du  11 juillet 2006 ).
En vain jusqu’alors. Mais on peut sans doute penser que les réflexions originales et les travaux  menés à cette occasion ( et parfois bien avant ) pourront déboucher de façon positive lors de la « refondation de l’Ecole républicaine » envisagée  et de la ‘’réécriture’’ d’un « socle commun de connaissances et de compétences » ‘’repensé’’.
En étant fortement éloignées des conceptions qui ont prévalu lors de la fondation de l’Ecole républicaine  ( ‘’refondation’’ ne signifiant nullement ‘’restauration’’…).Les programmes détaillés d’éducation physique signés par Jules ferry indiquent en effet que « l’éducation physique a un double but : d’une part fortifier le corps, affermir le tempérament de l’enfant, le placer dans les conditions hygiéniques les plus favorables ; d’autre part lui donner de bonne heure ces qualités d’adresse et d’agilité […], particulièrement nécessaires aux élèves des écoles primaires, destinés pour la plupart à des professions manuelles ». En vertu de quoi, « sans perdre son caractère essentiel  d’établissement d’éducation et sans se changer en atelier, l’école primaire peut et doit faire aux exercices du corps une part suffisante pour préparer et prédisposer, en quelque sorte, les garçons aux futurs travaux de l’ouvrier et du soldat, les filles aux soins du ménage et aux ouvrages des femmes ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale