claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

739 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 sept. 2021

Le précipité d'un recrutement des professeurs par des directeurs

Cela avait été préconisé avec insistance par nombre de dirigeants de droite il y a une dizaine d'années . C'était dans l'ouvrage « L'Ecole de demain » de Blanquer en 2016 qui visait à attirer l'attention des présidentiables de droite. Devenu ministre, il avait déclaré que cela allait être mis en place dans les mois suivants. Et on y arrive... peu avant les prochaines élections.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


A Marseille, jeudi dernier, le chef de l'Etat a déclaré : « il faut que les directeurs d'école puissent choisir l'équipe pédagogique […]. Et donc c'est beaucoup plus que les postes à profil […] . Et ensuite, voir les résultats et, s'ils sont concluants, les généraliser »

Les préconisations de dirigeants de droite allant dans ce sens existent de façon insistante de longue date 
Lors de  la Convention de l’UMP sur l’Ecole tenue en novembre 2010 ,  un accent unilatéral a été mis  sur le rôle à attribuer aux chefs d’établissement. Xavier Bertrand, alors secrétaire général de l’UMP,  s’est prononcé pour les propositions du rapport du député UMP Reiss et a demandé « une évolution du statut du directeur d’école  afin qu’il puisse participer au recrutement des équipes, et qu’il ait une réelle marge de manœuvre en matière de formation continue ». Frédéric Reiss, député du Bas-Rhin et auteur du rapport sur la direction d’école, s’est empressé d’affirmer que « nos écoles ont surtout besoin d’un patron ». Jean-François Copé, n’a pas été en reste et a élargi le propos aux chefs d’établissement, en particulier au niveau du collège : «  il nous faut faire du chef d’établissement le pivot de l’établissement ; il faut que  les chefs d’établissement puissent constituer leur équipe pédagogique ». Enfin Gérard Longuet, sénateur de Lorraine , a surenchéri  en affirmant qu’« il faut qu’un patron  [le chef d’établissement] puisse rentrer dans les classes et puisse faire une exfiltration des enseignants qui sont en rupture avec son projet pédagogique »
La Convention suivante de l'UMP sur l'Ecole tenue le 8 novembre 2011 a mis en valeur des propositions tout à fait significatives : « Le renforcement de l’autonomie des établissements doit signifier la possibilité pour le chef d’établissement (principal de collège, proviseur de lycée, mais aussi, à terme, directeur d’école) de recruter librement son équipe enseignante et d’administration ». Pour faire bonne mesure, le chef de l’UMP – François Copé – a prôné l’urgence d’un « management qui permette, par exemple, de se débarrasser d’un chef d’établissement inefficace et de faire de ceux qui sont bons de ‘’vrais’’ chefs ».
A la mi-octobre 2013, le projet d’une «droite forte» est publié. Ses rédacteurs sont des secrétaires nationaux de l’UMP :  le chef d’entreprise Guillaume Peltier (ancien porte-parole adjoint de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle de 2012) et l’avocat Didier Geoffroy (coordonnateur de la cellule ‘’riposte’’ durant cette même campagne présidentielle) « Permettre aux chefs d’établissements de recruter leur équipe de professeurs, de licencier les mauvais enseignants [...] et d’avoir l’entière responsabilité de leurs moyens, y compris en ayant recours aux fonds privés »
En 2016, dans son ouvrage « L'Ecole de demain », Jean-Michel Blanquer prend soin de se positionner en faveur du renforcement des pouvoirs des directeurs d'école et d'un recrutement sur profil des enseignants 
Devenu ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer annonce dès août 2017 dans le « Nouvel Observateur » que les chefs d'établissement auront leur mot à dire dans l'affectation des enseignants : « mon objectif est simple : des établissements avec des équipes unies, partageant un projet éducatif fort. Dans ce cadre, oui, il est logique que le chef d’établissement ait un rôle à jouer en matière de recrutement. Cela se pratique d’ailleurs dans les lycées français à l’étranger et participe à leur rayonnement. ». Et le 16 janvier 2018, il répond aux députés que l'on va entrer dans ce processus « au cours des prochains mois ».

Mais rien de tangible n'est venu. Les années ont passé. Et sept mois avant les prochaines élections présidentielles : surprise , à savoir l'annonce d'Emmanuel Macron présentée comme un ''laboratoire''
En l'occurrence, Jean-Michel Blanquer apparaît personnellement certes comme un ''théologien'' ostentatoire du néo-libéralisme, mais surtout comme un ''pratiquant'' quelque peu flottant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon