Il y a tout juste cent ans, Charles Péguy tombait au combat . Dix ans plus tôt, il avait rédigé un texte on ne peut plus ''commémoratif'' : « Honneur aux vieux maîtres de l'Université ». Un texte ''hors d'âge''.

« Honneur à ces vieux maîtres de l'Université [c'est à dire, dans le langage de l'époque, aux professeurs du secondaire pour l'essentiel]. Un homme comme le père Edet se travaillait davantage pour savoir si une copie valait douze un quart ou douze et demi et si un élève devait être classé treizième ou ex aequo avec le quatorzième que nos hommes de gouvernement ne paressent pour faire massacrer la valeur d'un corps d'armée dans une expédition coloniale . De tels hommes raisonnaient plus pour classer une copie que nos gouvernements ne déraisonnent pour déclasser un peuple.

Honneur à eux. Ils n'avaient point inventé la pédagogie ; mais ils faisaient leur classe. Ils n'avaient pas inventé la sociologie ; mais ils étaient l'honneur et le soutien des véritables humanités. Ils n'avaient point inventé la démagogie ; mais, sortis du peuple, ils étaient le véritable froment de tout un peuple […].

Ils ne défendaient pas la République dans les meetings républicains. Ils n'étaient point révolutionnaires à deux mille francs par mois . Ils n'étaient point braves dans les banquets, et intrépides au moment des toasts. Mais de tout leur enseignement, de tout leur exemple, de toute leur âme et de tout leur cœur il sortait une perpétuelle fabrication de cette vertu, credo colendam esse virtutem, qui seule fait la force des Républiques ».

(Préface au 2° Cahier de la quinzaine, 6° série (11 octobre 1904), pp. XX-XXI)

C'était il y a 110 ans. Et c'était déjà la faute à « la pédagogie » (sans Philippe Meirieu), à « la sociologie » (sans Pierre Bourdieu ou François Dubet), à  « la démagogie » (sans ''les'' politiques actuels). Et tout l'honneur et la vertu pouvaient être dévolus aux professeurs qui n'hésitaient pas à noter – en toute innocence-au quart de point près (mais c'était avant « la docimologie », née durant l'entre-deux-guerres).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Pouvez-vous nous aider par la diffusion de ce message auprès de votre réseau Linkedin ? Merci
==============================================
Pour information : Avec nos remerciements pour la diffusion que vous en ferez, vos actions et votre prochain programme territorial en faveur du maintien et du développement de l'emploi sur votre territoire
Cordialement Sylvie Mayer - Jean Pierre Caldier

Qui va se résoudre à la fermeture d'entreprises saines faute de repreneurs ?
Les enjeux : 250.000 (ministre B Hamon) 1.000.000 (vote commission économique du Sénat)
de chômeurs de plus en 5 ans : 130.000 pour le gouvernement !
Pour le savoir nous suggérons la création de comités de "vigilance citoyenne" dans les territoires.

La loi ESS est-elle en danger ? Est ce le début du détricotage de la loi ESS ?
Droit d’information préalable des salariés suppression votée le 05/11/2014
sur amendement de Jean Jacques Hyest par la commission des lois
puis par le Sénat en séance plénière loi relative à la simplification de la vie des entreprises
Dans quelques jours apprendra-t-on que les Chambres de Commerce prendront le dessus
sur les Chambres Régionales de l’Économie Sociale et Solidaire pour le développement de l’ESS ?

1° Une proposition de projet de proposition de loi coconstruite sous l’impulsion de Ap2E (Guide de l’Économie Équitable 2007)
2° Une promesse de François Hollande :
6. Faciliter la transmission ou la reprise d’entreprises par les salariés, en instituant un droit de préférence de rachat, à égalité d’offre, au bénéfice des salariés. http://www.parti-socialiste.fr/communiques/francois-hollande-sengage-pour-leconomie-sociale-et-solidaire-ess
3° Une promesse reprise maintes fois par le gouvernement ministre Benoit Hamon
4° Un droit de préférence transformé en droit d’information préalable pour les entreprises de moins de 250 salariés dans la loi
ESS : le même droit que pour les salariés ayant un comité d’entreprise, une application à minima d’une directive européenne de 2001 !!!
5° Décret d’applicationn° 2014-1254 du 28 octobre 2014 paru au JO du 29/10/2014 page 17998 texte 40
6° Suppression votée par la commission des lois du Sénat 29 10 2014 - (Pour Groupe Ump -Abstention Groupe PS)
7° Vote au Sénat en procédure accélérée 05 11 2014 de la suppression du droit d’information des salariés (première/dernière lecture projet de loi n° 771, adopté par l'Assemblée nationale) 3 amendements communs pour le rétablir : Groupe PS – Groupe Ecologique – Gouvernement rejetés
8° Prochaine étape Vote définitif : Commission paritaire mixte Assemblée Nationale – Sénat (7 sénateurs / 7 députés)
Les destinées de 1.000.000 de chômeurs en 5 ans (source Sénat) :
les salariés des entreprises saines qui ferment faute de repreneur entre les mains de 14 élus !