Des devoirs de vacances très spéciaux

Xavier Darcos a profité des premiers jours de vacances pour annoncer la suppression de 13500 postes à la rentrée 2009. Les contenus des nouveaux concours de recrutement vont être rendus publics dans les jours qui viennent.
Xavier Darcos a profité des premiers jours de vacances pour annoncer la suppression de 13500 postes à la rentrée 2009. Les contenus des nouveaux concours de recrutement vont être rendus publics dans les jours qui viennent.Ils détermineront directement les nouveaux masters professionnels ‘'enseignant'' qui doivent être ‘'opérationnels'' dès la fin des vacances .
Le moins que l'on puisse dire, c'est que cela se précipite durant la soi-disant ‘'trêve estivale'' ! En juin, le ministre de l'Education nationale a décidé la ‘'mastérisation'' de la formation professionnelle des enseignants. Pourquoi pas, en effet, une formation des enseignants dans le cadre des masters universitaires, même si ( comme pour toute formule en une matière aussi difficile et délicate ) cette option a sans doute ses forces et ses faiblesses, ses possibilités et ses risques ? On aurait donc pu penser que, précisément pour cela et compte tenu de l'enjeu, il fallait se garder de toute précipitation et prendre quelque temps de sage délibération pour bien maîtriser les tenants et les aboutissants d'une réforme qui se présente comme d'envergure.
Et bien, non ! Tout se décide ou doit être décidé dans la précipitation ! Les contenus des concours de recrutement vont être rendus publics dans les jours qui viennent et vont déterminer directement, durant cet été, le contenu des masters. Sous la pression et dans une atmosphère de grande fébrilité, des universités se mettent à préparer de nouveaux masters censés être opérationnels dès la rentrée ( alors que, normalement, afin de respecter les droits légitimes d'expertise des universitaires et de leurs instances, la procédure pour obtenir une ‘'habilitation'' de tel ou tel enseignement prend des mois de concertation ). De toute façon, ce qui a déjà filtré quant aux contenus des concours de recrutement ( dont la préparation constituera l'essentiel des dits ''masters'' ) interdit de penser que l'on aura affaire à de vrais ‘'masters professionnels'' ( tels qu'ils existent actuellement, donnant beaucoup d'importance aux stages, aux ‘'mémoires'' et aux experts professionnels ) et encore moins aux ‘'masters recherche'' ( centrés sur la formation à la recherche et par la recherche ).
On comprend alors que progresser avec plus de circonspection et de délibération peut être ‘'redouté'' par le ministère, d'autant qu'il cherche par ailleurs ( politique sarkosienne pluriannuelle de non renouvellement des fonctionnaires oblige ) à profiter le plus vite possible de l' ‘'effet d'aubaine'' que permet sa réforme d'ensemble : une économie de l'ordre de 14000 postes à l'horizon par la mise sur le terrain à temps plein des lauréats des nouveaux concours ( sous prétexte d'une formation professionnelle fondée avant tout sur le ‘'compagnonnage'').
Dans ces conditions, on ne sera pas autrement étonné que, dès à présent, les promoteurs de l'Appel lancé le 19 juin " pour une formation des enseignants de haut niveau dans des IUFM rénovés " ( et qui a déjà réuni plus de 4500 signatures : http://www.former-des-enseignants.org/ ), appellent à la tenue d'Etats Généraux sur la formation professionnelle des enseignants pour la rentrée universitaire afin que l'on prenne ces décisions estivales hâtives pour ce qu'elles sont : du ‘'provisoire'' ou, plus précisément du ‘'préfabriqué'' ; même si, comme le souligne d'ailleurs l'Appel, " il ne saurait être question d'en rester au statu quo, car la formation des enseignants doit être améliorée, tant sur le plan académique que sur le plan professionnel, tant dans le domaine de l'articulation avec la recherche que dans celui de l'implication des enseignants, des étudiants et des stagiaires dans leur parcours de formation ".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.