claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

740 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 déc. 2014

Une «sacro-sainte» notation sur 20 de toute éternité?

A en croire certains (dont J-P Brighelli hier dans « Libération »), noter sur 20 serait on ne plus évident voire naturel, alors que ce type de notation est apparu en France il y a moins d'un siècle un quart, et uniquement pour l'enseignement secondaire (alors réservé à une toute petite élite).

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A en croire certains (dont J-P Brighelli hier dans « Libération »), noter sur 20 serait on ne plus évident voire naturel, alors que ce type de notation est apparu en France il y a moins d'un siècle un quart, et uniquement pour l'enseignement secondaire (alors réservé à une toute petite élite).

La notation sur 20 est apparue en effet seulement en 1890 (en même temps que le baccalauréat ''moderne'') par l'arrêté du 5 juillet 1890. L'article 21 indique que "dans les compositions, chaque copie aura sa note chiffrée de 0 à 20".

Mais cela ne va pas sans quelque embarras dès le début, au niveau même de la Direction de l'enseignement secondaire, qui n'hésite pas à déclarer publiquement dix ans plus tard, en 1900 : « C'est une chose très digne de remarque que notre pays soit le seul, ou peut s'en faut, où les compositions et les classements ont pris dans l'éducation publique la part que nous leur accordons, le seul où la notation peut se faire sur 20. Nos usages à cet égard font sourire les étrangers et leur cause plus de surprise que d'envie ».

Il est non moins remarquable que ce type de notation (sur 20 et ''classante'') apparaît comme délibérément réservé à une élite sociale (celle de l'enseignement secondaire public, alors encore payant), mais n'est pas destiné aux élèves des écoles communales (gratuites depuis1882).

Ferdinand Buisson (qui a été placé par Jules Ferry à la tête de l'enseignement primaire où il restera 17 ans) indique dans l'édition de son « Nouveau dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire » ( paru en 1911 ) que « si le souci de la prééminence est un mal, c'est un mal nécessaire qui paraît devoir s'imposer non pas à toute éducation, mais seulement à l'éducation de toute une classe d'enfants de la bourgeoisie : dès qu'il s'agit des millions d'enfants de nos écoles primaires, l'émulation normale les stimule à faire effort pour obtenir l'approbation du maître sans se préoccuper de l'obtenir à l'exclusion des autres ou à un plus haut degré qu'aucun d'eux ».

Environ un demi-siècle plus tard, une certaine démocratisation ayant accompagnée les réformes scolaires de la période gaullienne (notamment la création du collège d'enseignement secondaire en 1963), le ministre de l'éducation nationale Alain Peyrefitte fait une importante communication au Conseil des ministres du 28 février 1968 où il déclare d'entrée de jeu que « la réforme de l'enseignement engagée depuis 1959 a profondément modifié les cadres de l'organisation scolaire, le contenant. Pour donner tout son sens à cette œuvre, il faut s'occuper du contenu. La démocratisation amène dans l'enseignement secondaire des enfants qui ne sont pas justiciables des méthodes qui réussissent auprès des enfants culturellement favorisés. Les méthodes pédagogiques n'ont guère évolué depuis le siècle dernier. Rien n'est plus difficile que de faire changer l'esprit et les méthodes ».

Le mois suivant, en mars 1968, se tient à Amiens un colloque présidé par Alain Peyrefitte dont le rapport final indique « les grandes lignes d’une rénovation pédagogique », et stigmatise en particulier « les excès de l’individualisme qui doivent être supprimés en renonçant au principe du classement des élèves, en développant les travaux de groupe, en essayant de substituer à la note traditionnelle une appréciation qualitative et une indication de niveau ( lettres A,B,C,D,E ) ».

Quelques mois plus tard, le nouveau ministre de l'Education nationale Edgar Faure fait aboutir les réformes qui étaient prêtes ou prêtes à être acceptées dans une certaine mesure, en particulier la suppression des compositions, des classements et des remises de prix ; et le remplacement de la notation de 0 à 20 par une notation de A à E. Sa circulaire du 6 janvier 1969 incrimine l'arrêté du 5 juillet 1890 en indiquant qu'il s'agit « d'éluder l'obsession de la note presque aussi pernicieuse que l'obsession de la ''place'' ». Et les enseignants sont invités à abandonner « sans regret » le système de notation mis en place à la fin du XIXième siècle.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier