La longue instrumentalisation de la laïcité par le FN

A en croire certains, l'instrumentalisation de la laïcité par le Front national (versus Marine Le Pen : « bleu marine » ou « bleu horizon ») ferait partie des tentatives de « dédiabolisation » d'un ancien FN (versus le ''sulfureux Jean-Marie''). Mais c'est masquer une continuité profonde et manquer à la vérité historique.

A en croire certains, l'instrumentalisation de la laïcité par le Front national (versus Marine Le Pen : « bleu marine » ou « bleu horizon ») ferait partie des tentatives de « dédiabolisation » d'un ancien FN (versus le ''sulfureux Jean-Marie''). Mais c'est masquer une continuité profonde et manquer à la vérité historique.

Jean-Marie Le Pen au Bourget, le 12 novembre 2006, présentant son « projet présidentiel » ( en vue des élections présidentielles du printemps 2007 ). « Depuis 30 ans, tous ces gens qui se sont succédé au pouvoir ont cassé l’égalité républicaine. Ils ont cassé l’égalité par l’abandon de la laïcité, seul principe capable de maintenir le ‘’vivre ensemble’’, malgré nos diversités ancestrales ou récentes, par la frontière bien marquée entre la sphère publique et la sphère privée…Laïcité abandonnée par clientélisme communautaire, cette sordide soumission aux lobbies et autres minorités. Laïcité abandonnée par la mise en avant permanente et arrogante d’origines ethniques souvent mythifiées, au détriment des valeurs communes […]. Ils ont cassé l’Ecole qui n’aurait jamais du devenir le lieu de toutes les expérimentations pédagogiques, l’asile des délires d’apprentis sorciers, mais rester ce creuset où le jeune enfant apprenait à devenir Français et citoyen, et d’abord, bien sûr, à lire, à écrire et à compter »

L'essentiel des thématiques actuelles de Marine Le Pen (et de Florian Philippot) sur l'Ecole sont déjà là.

Décembre 2003, en plein débat sur l'opportunité d'une loi sur le voile, Marine Le Pen  : « L'affaire du voile renvoie au poids de l'immigration dans notre pays, et cela fait des années que nous en parlons. Aujourd'hui , les Français s'aperçoivent que nos prédictions sont en train de se réaliser […] . Les Français nous rendent justice pour avoir dénoncé bien en amont les causes de cette affaire du voile. Sur le voile, ils ne comprennent pas qu'on en soit arrivé à s'interroger sur l'intérêt de légiférer. Ils se rendent compte que Nicolas Sarkozy a ouvert la boîte de Pandore en impulsant la création du Conseil français du culte musulman » (« Le Monde » du 19 décembre 2003)

Et un dernier rappel (parmi bien d'autres possibles) pour montrer que le temps passe (même pour Jean-Marie Le Pen). En avril 1984, en plein affrontement public-privé : «Mes trois filles ont été constamment persécutées tout au long de leurs études dans l'enseignement public, à cause des opinions de leur père, mais je n'ai pas voulu céder à ce terrorisme intellectuel dont le but était de nous chasser […]. Il n'y a plus d'enseignement laïque dans notre pays car la laïcité, c'est la neutralité […]. La politique antisélective et antiélitiste nuit d'abord aux pauvres et aux humbles. Les gens aisés ont la possibilité de trouver des solutions. Mais qui ne voit que en fait, mesdames et messieurs les enseignants laïcistes, vous êtes en train de créer dans notre pays une caste de privilégiés, car vous diffusez l'enseignement public de façon privée à vos propres enfants qui deviennent, par ce biais, des privilégiées de la société. Cette caste mandarinale que vous constituez ouvre les voies au fascisme rouge. C'est un instituteur, Benito Mussolini, qui a fondé le parti fasciste italien. Oui, c'est vrai, s'il doit venir demain un fascisme dans ce pays, il viendra en priorité, je le dis, du parti socialiste et de la Fédération de l'éducation nationale, cet Etat syndical dans l'Etat » ( « Le Monde » du 27 avril 1984).

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.