claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

739 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 déc. 2011

L'enseignement public professionnel à la casse?

La quasi totalité des syndicats de ce secteur vient de dénoncer dans un communiqué commun «la casse organisée de l'enseignement professionnel sous statut scolaire». Et l'intersyndicale CGT Educ'action, Snuep-FSU, Snetap-FSU, Sud Education, Sncl-FAEN, Se-UNSA, Snetaa-FO, Sgen-Cfdt « exige que soit réaffirmée la priorité à un enseignement public, initial, laïque et sous statut scolaire».

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La quasi totalité des syndicats de ce secteur vient de dénoncer dans un communiqué commun «la casse organisée de l'enseignement professionnel sous statut scolaire». Et l'intersyndicale CGT Educ'action, Snuep-FSU, Snetap-FSU, Sud Education, Sncl-FAEN, Se-UNSA, Snetaa-FO, Sgen-Cfdt « exige que soit réaffirmée la priorité à un enseignement public, initial, laïque et sous statut scolaire».
L'intersyndicale s'oppose « à la priorité politique affichée de développer exclusivement l'apprentissage » et « à une mixité contrainte des publics et des parcours, ainsi qu'à tout transfert des compétences de l'Etat en matière de diplômes nationaux, de programmes et de conditions de recrutement des personnels de l'enseignement professionnel public sous statut scolaire vers les régions ».
L'intersyndicale souligne que les objectifs que se sont fixés l'Etat et les régions en matière de formation par apprentissage « ne sont pas atteints », et elle déplore les nombreuses difficultés persistantes : « difficultés tant structurelles que conjoncturelles à trouver un employeur ; discriminations sexuelle, sociale, raciste, ruptures de contrat, etc.. ».
On peut noter que, selon un récent colloque international pluridisciplinaire tenu à Albi début décembre ( « L'apprentissage : vecteur d'insertion et égalité des chances ? Ce qu'en disent les chercheurs » ), « l'apprentissage n'apparaît pas comme une véritable alternative au milieu scolaire ; mais, au contraire, reproduit les hiérarchies bien plus que l'école ». Selon la sociologue Prisca Kergoat qui a clôturé ce colloque, « les réformes récentes de l'apprentissage ne peuvent être dissociées d'un désengagement de l'Etat et d'une dérégulation. Elles ont contribué à segmenter les formations d'apprentis et à dévaloriser les lycées professionnels. Ces politiques n'atteignent pas leurs objectifs proclamés, car elles conduisent à valoriser les publics qui en ont le moins besoin ». Pour finir, la sociologue Prisca Kergoat constate par ailleurs que cette « formation professionnelle est un lieu privilégié pour observer la reproduction des normes de genre, car l'apprentissage s'adosse à des pratiques fortement genrées ». Mais qui s'en soucie vraiment ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Genre
Mineurs trans : des groupuscules conservateurs passent à l’offensive
Après la prétendue « théorie du genre », le mariage pour tous et la PMA, c’est la transidentité des mineurs qui attise une nouvelle panique morale en France. En 2021, plusieurs collectifs se sont fédérés autour de cette question et tentent d’influencer médecins et politiques dans leurs décisions.
par Rozenn Le Carboulec
Journal
Pédocriminalité : un an après sa création, la commission inceste au milieu du gué
Installée en mars 2021 à la suite de l’émergence du mouvement #MeToo inceste, la commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants poursuit son recueil de la parole des victimes, tout en faisant face aux premières résistances de la société.
par Hugo Lemonier

La sélection du Club

Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale