claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

730 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 août 2012

Des syndicats d'enseignants interdits

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’était il y a tout juste un siècle. Et cela a bien changé depuis, dès l’entre-deux guerres, en dépit de l’hostilité affichée sur ce point par Jules Ferry, le fondateur de l’Ecole républicaine.
La circulaire du 23 août 1912 du ministre de l’Instruction publique prescrit la dissolution ( sur décision du gouvernement ) des syndicats des instituteurs appartenant à la « fédération des syndicats »  en raison de la résolution prise par leur congrès de Chambéry  de soutenir le « sou du soldat », un dispositif de propagande antimilitariste de la CGT.
Dès le début du XXème siècle, un mouvement de syndicalisation qui allait bien au-delà de la simple coordination des « amicales d’instituteurs » ( qui avaient d’abord été simplement « tolérées » puis « encouragées » par les autorités administratives et/ou politiques ) se développe, plus ou moins en liaison avec la montée en puissance d’une CGT qui se situait alors dans la mouvance « syndicaliste révolutionnaire ».
Les épisodes de conflits sont récurrents. On peut citer en particulier celui qui  a abouti le 27 avril 1907 à la révocation de Marius Nègre, le secrétaire général de la « fédération nationale des instituteurs et des institutrices de France » ( contre l’avis de la majorité du conseil départemental de la Seine qui s’était prononcé contre cette révocation ).
Il faut remarquer que tout mouvement de syndicalisation ou même tout mouvement d’organisation dans le cadre national ( qui pouvait aller de fait dans ce sens ) des enseignants avait suscité jusqu’alors plus que de la défiance de la part des autorités politiques, même républicaines.
On peut citer en particulier Jules Ferry qui met en cause le 1er septembre 1887 l’un de ses successeurs à la tête du ministère de l’Instruction publique, Eugène Spuller ( lequel avait cru opportun de présider un congrès d’amicales d’instituteurs qui réclamait la constitution d’un mouvement national ) : « Tout ce qu’il y a d’esprit de révolte, d’orgueil envieux, de prétention à gouverner l’Etat dans la minorité brouillonne et tapageuse d’une corporation honnête et modeste, éclate dans le tumulte et, ce qui est grave, apparaît dans les résolutions. De pédagogie, l’on n’a cure : on n’en dit qu’un mot, pour la forme. Mais les traitements, les retraites, les intérêts matériels, l’organisation ‘’autonome’’, voilà le véritable objet…Si Spuller laisse se constituer cette coalition de fonctionnaires, outrage vivant aux lois de l’Etat, à l’autorité centrale, au pouvoir républicain, il n’y a plus de ministre de l’Instruction publique, il n’y a plus d’inspecteurs ». Eugène Spuller suit l’avis de Jules Ferry, et interdit catégoriquement toute union nationale des instituteurs.
Après la première guerre mondiale,  un changement fondamental s’opère. La ''fédération des amicales"  ( largement majoritaire parmi les instituteurs ) va à la CGT ( devenue réformiste ) dirigée par Léon Jouhaux, et se transforme en « syndicat national des instituteurs » ( septembre 1919 ). Le Cartel des gauches ( qui réunit les radicaux et les socialistes ) vainqueur aux élections de 1924, reconnaît aux fonctionnaires le droit de se syndiquer  par la circulaire du ministre de l’Intérieur Chautemps du 25 septembre 1924 ). Et le ministre de l’Instruction publique Anatole de Monzie recommande aux inspecteurs d’académie, par sa circulaire du 20 juin 1925, de préparer le mouvement du personnel en accord avec les délégués élus au conseil départemental ( c’est à dire, de fait, presque toujours , avec les candidats du SNI ).
Une autre histoire commence.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal
Raoul Peck, invité exceptionnel d’« À l’air libre »
Le réalisateur vient présenter sa nouvelle série documentaire, « Exterminez toutes ces brutes », diffusée jusqu'au 31 mai sur le site d’Arte. 
par à l’air libre
Journal — Gauche(s)
La gauche Taubira existe-t-elle ?
Encensée pour sa puissance d’incarnation par les uns, raillée pour son absence de projet par les autres, Christiane Taubira compte sur l’élan de la Primaire populaire, qui s’achève le 30 janvier. Mais sur le fond, il reste difficile de savoir à qui exactement parle cette candidature.
par Mathieu Dejean
Journal — Politique
Le député Peltier mobilise son équipe parlementaire pour le meeting d’Éric Zemmour
Visé par une enquête judiciaire pour son utilisation de fonds publics liés à ses mandats d’élu, Guillaume Peltier, porte-parole d’Éric Zemmour, continue à mélanger les genres : c’est l’une de ses assistantes parlementaires qui a cherché et visité la salle où le candidat d’extrême droite doit s’adresser vendredi au « monde rural ».
par Sarah Brethes

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra