Les «humanités classiques» dans le «bac» de Blanquer : on y perd son latin

Y aurait-il une disparition programmée du latin et du grec à l'occasion de la détermination par Jean-Michel Blanquer du futur baccalauréat général ? Certains n'hésitent pas à l'affirmer, même si l'on est plutôt dans le «flou artistique» («humaniste» ? )

h8sVGUcN_400x400.jpg

Alain MORVAN @ajfmorvan (ancien recteur des académies de Clermont-Ferrand, Amiens et Lyon, ancien président du Directoire des PUF) sur twitter : "Grec et latin disparaissent du bac. Et beaucoup me prenaient pour un illuminé, un rabat-joie, lorsque je criais à la catastrophe dès le jour de la nomination de @jmblanquer ! »

A vrai dire, cela n'est pas si net que cela si on se réfère à la présentation des horaires futurs du lycée d'enseignement général et à l'énumération des épreuves prévues qui apparaissent sur le site du MEN.

Cliquer ci-dessous pour avoir le tableau des horaires et des spécialités 

« Le baccalauréat 2021 reposera pour une part sur un contrôle continu et pour une autre part sur des épreuves terminales. L'épreuve anticipée écrite et orale de français se déroulera comme aujourd'hui en fin de première. En terminale, deux épreuves écrites portant sur les enseignements de spécialité auront lieu au printemps et deux épreuves se dérouleront en juin : l'écrit de philosophie et l'oral préparé au long des années de première et terminale (cycle terminal). Le contrôle continu sera composé d'épreuves communes organisées pendant le cycle terminal ».

On le voit, parmi les 12 ''spécialités'' proposées au choix (3 à prendre en première, 2 en terminale), il existe une spécialité « Littérature, langues et cultures de l'Antiquité » (4 heures hedomadaires en première, 6 heures en terminale). Et il est dûment prévu « deux épreuves écrites portant sur les enseignements de spécialité » choisies en terminale.

On ne peut donc affirmer tout de go que « le grec et le latin disparaissent du bac ». Mais il est vrai que l'on ne sait pas quel sera effectivement leur place dans le conglomérat « Littérature, langues et cultures de l'Antiquité », sans compter que le choix de cette spécialité a de fortes chances d'être très minoritaire si l'on en juge par ce qui se passe déjà actuellement.

Quand il y a du ''flou'', y a-t -il un «'' loup'' ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.