claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

744 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 janv. 2013

«C'est une tuerie d'envoyer des bacs pros à l'université»

C’est ce que vient de déclarer Geneviève Fiaroso, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, en pleine période de préinscription des futurs bacheliers auprès des différents dispositifs du supérieur.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est ce que vient de déclarer Geneviève Fiaroso, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, en pleine période de préinscription des futurs bacheliers auprès des différents dispositifs du supérieur.
Pour comprendre pleinement la situation actuelle, il n’est sans doute pas inutile de se souvenir du moment fondateur des baccalauréats professionnels et de prendre la mesure de l’évolution – limitée – qui a eu lieu dans les destinations des élèves titulaires de ces baccalauréats depuis  leur création ( il y a un peu plus d’un quart de siècle ).
Le 28 mai 1985, le ministre de l’Education nationale Jean-Pierre Chevènement déclare que des « baccalauréats professionnels » vont être créés afin de répondre en premier lieu aux besoins de modernisation du pays ( dans le cadre d’une concurrence internationale accrue ) en formant des ouvriers de plus en plus qualifiés  « souvent au niveau du baccalauréat, quelquefois à un niveau supérieur encore ». L’objectif premier de cette création n’est donc pas de l’ordre de la promotion sociale.
Le 8 octobre 1985, le ministre précise qu’il s’agit « d’offrir, à l’issue de la classe de troisième, trois voies d’égale dignité » : la voie générale, dans laquelle « peuvent s’engager ceux qui ont les capacités de poursuivre des études aux niveaux les plus élevés de l’Université » ; la voie technologique, «  qui conduira la majorité des jeunes qui s’y engagent vers un niveau de technicien supérieur » ; et la «voie  professionnelle, qui assure, après l’obtention d’une qualification de niveau V, une possibilité de poursuivre la formation jusqu’au niveau du baccalauréat et même vers un niveau plus élevé ».
 
Il y a donc l’affirmation ( symbolique ) par le titre même de ‘’baccalauréat’’ d’une égalité de dignité, mais non d’un égalité de parcours ( même si, compte tenu de sa ‘’double nature’’, l’obtention du bac permet juridiquement l’entrée à l’Université ). Et le ministre de l’Education nationale Jean-Pierre Chevènement insiste beaucoup sur l’idée qu’il s’agit d’effacer l’image de « parent pauvre de l’éducation nationale » attachée à l’enseignement technique professionnel, en l’adaptant « à cette partie de la jeunesse qui a le plus besoin qu’on lui offre des perspectives » mais aussi aux professeurs, dont la carrière a été « trop souvent bornée par l’horizon du système lui-même ».
Un quart de siècle après, où en est-on ? Depuis sa création , la part des bacheliers professionnels dans l’ensemble des bacheliers a assez régulièrement augmenté et s’est élevée  à 27% en 2011 ( contre 13% en 1995 par exemple ). Par ailleurs, le pourcentage des bacheliers professionnels qui continuent des études dans le supérieur après l’obtention de leur baccalauréat augmente assez régulièrement aussi, et il atteint désormais plus du quart des lauréats ( ce qui n’avait pas vraiment été prévu lors de la création des baccalauréats professionnels ).
Environ 7% des détenteurs d’un baccalauréat professionnel continuent des études en université ( hors IUT), 1% en IUT, 8% en STS production, 10% en STS services ( soit 26% en tout ). Mais avec des chances de réussite très différentes. En 2010, la réussite des bacs pros en BTS production a été de l’ordre des deux tiers, et celui des bacs pros en BTS service de près de la moitié. Ce ne sont pas des taux de réussite foncièrement élevés ( loin s’en faut ,en particulier en BTS services ) mais cela vaut quand même la peine de tenter sa chance.
Il n’en va pas du tout de même pour ce qui concerne les taux de réussite pour les 7% de bacheliers professionnels qui tentent « leur chance » en université ( hors IUT ) : elle est extrêmement mince. Seulement 2,7% des bacheliers professionnels qui se sont inscrits à l’université en 2007 ont obtenu une licence au bout de trois ans ( en 2010 ). Et seulement 4,1% des bacheliers professionnels qui se sont inscrits à l’université en 2006 ont été titulaires d’une licence en 2010 ( en trois ans ou quatre ans, taux de réussite cumulée ).
Dans sa conférence de presse du 20 septembre 2012, Geneviève Fioraso avait déjà affirmé avoir rappelé à "leur devoir"  ( celui d’accueillir plus de bacheliers issus des séries technologiques ou professionnelles ) les directeurs d’Instituts universitaires technologiques et les proviseurs de lycées préparant au BTS ( brevets de technicien supérieur ). Avec quel succès ? On ne sait.


Cette fois-ci, après avoir déclaré fortement le 10 janvier que « c’est une tuerie que d’envoyer des bacs pros à l’université », la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche vient de se dire décidée à favoriser l’inscription des bacheliers professionnels en STS et des bacheliers technologiques en IUT ( tout en souhaitant « éviter d’imposer des quotas » ), avec pour objectif  45% de bacheliers technologiques en IUT ( contre  un petit quart actuellement ) et 60% de bacheliers professionnels en STS ( contre 26% actuellement, un très fort défi…), dans le cadre de la mise en oeuvre de la loi d'orientation du supérieur projetée. Et elle a annoncé la création d’un groupe de travail entre son ministère et celui de Vincent Peillon sur le « bac-3 bac +3 » avec pour objectif que « les STS et les IUT ne deviennent pas des filières d’évitement des universités »  ( en premier lieu pour les détenteurs de baccalauréats généraux ). A suivre…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale