Du nouveau dans le secondaire?

Alors que l’on est en pleine tourmente dans le primaire à propos des rythmes scolaires, la FCPE et l’UNL viennent de faire des propositions pour le secondaire. Dans un communiqué commun figurant sur le site de la FCPE, l’ « Union nationale des lycéens » et la principale fédération de parents d’élèves de l’Ecole publique réclament des mesures à prendre rapidement.


« Pour les deux organisations, il est indispensable de respecter un maximum de 6 heures de cours par jour en collège et en lycée, de garantir à tous une pause d'une heure et demi minimum durant la pause de midi et un total de 35 heures par semaine TTC (tous travaux compris). Et il n'est pas nécessaire d'attendre au-delà de la rentrée 2013 pour prendre des mesures dont la nécessité est reconnue par tous et qui ne dépendent que de l'Éducation nationale concernant la pause du midi et l'équilibre des journées au collège et au lycée, ce que le ministre a lui-même évoqué lors du congrès des élus lycéens organisé par l'UNL ».


Non sans ajouter dans une perspective davantage à moyen terme  que « certes le temps de classe au lycée doit faire l'objet d'une réflexion plus profonde incluant la révision des programmes et la transformation pédagogique indispensable » et que dans le cadre d’ « une  poursuite de la concertation sur la refondation, la FCPE et l'UNL sont prêtes dès à présent pour ne pas attendre la fin du mandat pour que la vie des élèves change ».

L'UNL et la FCPE réclament donc la publication d'une circulaire dès maintenant comme première étape vers un aménagement des temps éducatifs scolaires dans le secondaire Elles invitent leurs représentants dans les conseils d'administration des collèges et des lycées de France à entreprendre les actions dans ce sens pour sensibiliser toute la communauté éducative (motions, créations de commissions emplois du temps ...).

A ce sujet, dans un billet en date du 11 novembre 2009, j’avais déjà fait un rappel historique sur l’une des dimensions du problème de fond à traiter ( à moyen terme ? )…
«  Il faut savoir que le temps des études ( et des études dûment encadrées et non pas simplement surveillées ) a été manifestement le premier pour les élèves du secondaire tout au long de la troisième République. Ils avaient, en effet, en moyenne , 30 heures d'étude, contre seulement 24 heures d'enseignement par semaine. Et cela alors qu'il y avait moins de 3% d'une classe d'âge qui fréquentaient les collèges et lycées, une étroite élite donc.
Il faudrait quand même réfléchir à ce phénomène qui laisse songeur. Au fur et à mesure que le recrutement du secondaire s'est élargi bien au-delà d'une élite ( voire ‘'massifié'' ), le temps hebdomadaire d'enseignement a augmenté ( atteignant souvent les 30 heures de cours – et parfois nettement plus - contre seulement 24 heures jusqu'au milieu du XX° siècle ) ; alors que le temps de l'étude dûment encadrée s'est, au contraire, réduit comme peau de chagrin.
C'est d'ailleurs ce qu'avait pointé, en 1983, un célèbre rapport ministériel rédigé par l'historien Antoine Prost, intitulé de façon suggestive « Les lycéens et leurs études », où figurait une forte recommandation : « 4 heures de cours proprement dits par jour est un maximum à ne pas dépasser. Le dépassement constitue une escroquerie pratiquée par les adultes aux dépens de la majorité des élèves. Il faut permettre le travail personnel au domicile et/ou au lycée". Trente ans après, on voit où l'on en est.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.