Le docteur Jean Carpentier s'en est allé

A l'âge de 78 ans. Certains se souviennent sans doute encore qu'il écopa d'un an de suspension d'exercice de la médecine  pour avoir rédigé en 1971 le tract « Apprenons à faire l'amour » ( distribué devant les lycées) qui défraya alors la chronique. En hommage, des extraits du texte.

A l'âge de 78 ans. Certains se souviennent sans doute encore qu'il écopa d'un an de suspension d'exercice de la médecine  pour avoir rédigé en 1971 le tract « Apprenons à faire l'amour » ( distribué devant les lycées) qui défraya alors la chronique. En hommage, des extraits du texte.

 En février 1971, au lycée de Corbeil-Essonnes, un garçon et une fille avaient été surpris en train de s’embrasser. La direction du lycée avait envoyé immédiatement à leurs parents une lettre aux termes très vifs. Les élèves se confient au docteur Jean Carpentier, un médecin de la ville connu pour avoir de véritables contacts avec ses patients. Le docteur Carpentier prend alors l’initiative de rédiger ( avec les deux lycéens disent certains, avec quelques autres personnes réunies en un « Comité d’action pour la libération de la sexualité » soutiennent d'autres), un tract expliquant les diverses phases et possibilités du rapport sexuel, destiné à être distribué à la sortie du lycée de Corbeil-Essonnes.

« Apprenons à faire l’amour, car c’est le chemin du bonheur ! C’est la plus merveilleuse façon de se parler et de se connaître !

L’homme possède un organe fait de tissu érectile : la verge. La femme possède un organe beaucoup plus petit mais équivalent, situé au-dessus de l’orifice extérieur du vagin : le clitoris. Ces deux organes sont de taille variable selon les individus, mais cela n’a aucune importance : il n’y a pas lieu de s’en inquiéter, l’important est de savoir s’en servir ( c’est comme l’Orangina : agiter avant de s’en servir ! ). En effet, ce qui est important, c’est que leur excitation par toutes formes de caresses produit un plaisir croissant qui provoque du même coup le désir de continuer […].

En dehors de ces deux organes spécifiquement sexuels, le corps possède d’autres zones ( dites ‘’zones érogènes’’ ) dont l’excitation par des caresses procure du plaisir ou rend plus intense le plaisir obtenu par l’excitation des organes sexuels […]. Les caresses peuvent être pratiquées par soi-même ( masturbation ) ou par un ou une partenaire ( relations homosexuelles ou hétérosexuelles ). L’intérêt de la masturbation est notamment de bien connaître son corps ou les plaisirs qu’il peut procurer, ce qui paraît indispensable à la connaissance d’autres corps ( il faut noter par ailleurs qu’elle peut permettre de combler le vide d’une heure de classe ou d’une soirée ennuyeuse ). L’intérêt de l’homosexualité vient surtout du fait que les relations hétérosexuelles ( filles-garçons ) sont généralement interdites aux jeunes par l'hypocrite autorité morale ( qui, d'ailleurs, a le culot de blâmer l’homosexualité ). Les relations hétérosexuelles cependant paraissent les plus riches de plaisir.

Ce papier est fait pour encourager les relations sexuelles, du baiser au coït en passant par les caresses les plus variées, entre les individus de sexes différents ; d’une manière générale, pour encourager toutes les activités sexuelles : car, comme le reste, on ‘’apprend’’ à faire l’amour et on fait des progrès […].

Faites lire ce papier autour de vous, discutez-en, complétez-le, pratiquez-le surtout […]. Au cas où vous auriez des explications à demander, interrogez vos parents ou vos professeurs. Vous comprendrez d’après leurs réactions ! ( en général : ‘’vous en parlerez quand vous serez plus grands’’ ; ou encore, gêne voire hostilité…). Vous comprendrez alors pourquoi vous n’y avez pas pensé plus tôt. Vous comprendrez que vous êtes déjà ‘’grands’’. Vous saurez ce qui vous reste à faire ».

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.