La dernière chance de Xavier Darcos

Le ministre s’est coupé sans appel du monde de l’enseignement primaire. Sa seule chance de ne pas être emporté par le vent de l’histoire est de renouer, via le secondaire, avec les organisations qui veulent une vraie réforme du lycée.

 

 

Ce jeudi 15 janvier, un collectif de 19 organisations a rendu publiques neuf propositions pour réformer le lycée. Ce collectif regroupe des syndicats d’enseignants ( SE-Unsa, Sgen-CFDT ), des syndicats lycéens ou étudiants ( UNL, Unef, Confédération étudiante ), des associations éducatives ( Ligue de l’Enseignement ), des mouvements pédagogiques ( Crap-Cahiers pédagogiques ) et des associations d’élus ( Association des Régions de France ).

 

L’organisation du lycée est modulaire : modules communs et modules d’exploration en seconde ; modules communs et modules de spécialisation progressive en cycle terminal.

 

Les voies générales et technologiques sont fusionnées.

 

Les modalités de la certification terminale ( baccalauréat ) tiennent compte de cette nouvelle organisation : les modules sont capitalisés après validation en cours de formation. En plus de cette capitalisation, le baccalauréat fait l’objet d’un nombre réduit d’épreuves terminales et d’une épreuve intégrée représentative du parcours de l’élève.

 

Les modules sont définis par des connaissances et des compétences à acquérir. Le mode d’évaluation est précisé à l’avance. Les modules peuvent être pluri-disciplinaires, interdisciplinaires ou disciplinaires.

 

Un temps d’accompagnement doit être prévu de façon spécifique dans les emplois du temps, encadré par des professeurs référents, avec deux objectifs distincts à moduler tout au long de l’année scolaire : un travail d’élaboration du parcours personnel et le suivi des apprentissages réalisés, dans le cadre de petits groupes d’élèves.

 

L’accompagnement des élèves, le travail en équipe et la participation au pilotage de l’établissement font partie des missions des enseignants et sont intégrés dans leurs services.

 

L’accompagnement, le travail personnel, la vie associative, les relations entre pairs, entre jeunes et adultes, l’apprentissage démocratique sont des dimensions importantes pour la formation et l’insertion du futur citoyen. Leur donner du temps implique de limiter l’horaire des cours des élèves.

 

Les instances collectives doivent être redéfinies pour permettre la participation de tous, élèves et adultes.

 

L’autonomie des établissements va de pair avec leur mise en réseau sur un territoire donné dans une logique de complémentarité pour éviter toute concurrence.

 

 

Ces propositions sont ouvertes à tous et mises en ligne sur un blog dédié aux travaux de ce collectif : http://ambitionlycees.wordpress.com/

Ces propositions ont aussi pour vocation d’être entendues ( dans le cadre de la concertation que va mener Richard Descoings, avec rapport d’étape en mai et rapport final en octobre ) et d’être entendues d’abord par le ministre de l’Education nationale Xavier Darcos qui serait sans doute bien inspiré de donner rapidement des signes positifs en matière d’orientation de la réforme du lycée et de moyens ad hoc. Si Sarkozy et sa politique le permettent…

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.