claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

753 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 mars 2009

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Manoeuvres autour du CAPES et de l'agrégation

La redéfinition des concours de recrutement des professeurs du secondaire constitue l’un des points de fixation dans les luttes universitaires et scolaires actuelles. Il est le lieu idéal pour des tours de passe-passe et d’inversion qui ont déjà eu lieu.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La redéfinition des concours de recrutement des professeurs du secondaire constitue l’un des points de fixation dans les luttes universitaires et scolaires actuelles. Il est le lieu idéal pour des tours de passe-passe et d’inversion qui ont déjà eu lieu.

Jusqu’au début de la quatrième République, l’agrégation et la licence assuraient traditionnellement le recrutement des enseignants du secondaire. L’agrégation donnait droit à la titularisation immédiate comme professeur de lycée. La licence ( qui pouvait s’obtenir alors en deux années seulement après le baccalauréat ) permettait l’entrée dans la carrière par les échelons successifs de la délégation ministérielle ( généralement dans les collèges ). On était titularisé, après quelques années d’enseignement, sans concours ( ni théorique, ni pratique), et sans autre formation.

Le décret du 1° avril 1950 institue un certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement public ( CAPES ), qui comprend deux parties : " Premièrement, une partie pratique dont les épreuves ne peuvent être subies qu’au cours de la seconde année d’un stage d’au moins deux années scolaires dans un collège ou un lycée ; deuxièmement, une partie théorique ".

D’abord un stage pratique et son évaluation ; ensuite un examen écrit, qui ne doit pas être livresque mais directement professionnel : " Le stagiaire, pourvu de conseillers pédagogiques, apprend son métier ; c’est la preuve de cet apprentissage qu’on lui demandera au terme de son stage. Le succès au stage sera suivi d’un examen écrit dont les épreuves, à caractère très étroitement professionnel, devront confirmer l’adaptation du candidat aux différentes tâches qu’il a à remplir comme professeur. Le succès dépendra donc beaucoup moins d’une préparation intensive et livresque que de l’application au travail quotidien et de la réflexion personnelle sur ses conditions ".

Mais des craintes se font jour quant à la préparation au concours de l’agrégation, au rétrécissement de son aire de recrutement. Dès 1952, les partisans de la défense et illustration de l’agrégation ( parmi lesquels la puissante " Société des agrégés " joue un rôle primordial ) ont gain de cause. Sous leur influence, une deuxième mouture est mise en place, qui durera pour l’essentiel jusqu’à nos jours. Le décret du 22 janvier 1952 stipule : " Le concours pour l’obtention du CAPES comprend deux parties indépendantes : premièrement une partie théorique qui comporte des épreuves écrites et une épreuve orale ; deuxièmement une partie pratique soutenue un an après le succès à la partie théorique ". Dans le Journal officiel du ministère de l’Education nationale, l’inspecteur général Campan commente ouvertement la raison profonde de ce nouveau dispositif, de cette inversion : " Une caractéristique essentielle du nouveau système, c’est sa liaison étroite avec le concours de l’agrégation ". Il s’agit d’assurer avant tout – directement et indirectement – un recrutement élargi et de qualité pour l’agrégation, qui est ainsi consolidée. Et tout le reste est littérature.

Bis repetita ? Les grandes ( ou plutôt petites ) manœuvres ont déjà commencé, avec sans aucun doute et comme d’habitude la Société des agrégés dans les coulisses du ministère de l’Education nationale. Au premier plan, les Autonomes, l’un des principaux syndicats de l’enseignement supérieur qui - il n’y a pas si longtemps – se trouvait avec les autres, mais qui est actuellement bien le seul à s’accommoder des mesures ‘’transitoires’’ proposées par les ministres Xavier Darcos et Valérie Pécresse pour ce qui concerne l’épineux problème de la formation des enseignants. Les Autonomes se félicitent en particulier du renforcement des épreuves disciplinaires annoncé par les ministres pour le CAPES et, dans le même sens militent pour un renforcement de l’agrégation en demandant un master recherche ( et donc une 6° année d’étude post-master ) pour se préparer à l’agrégation. Distinction, quand tu nous tiens…

PS: Ce 20 mars, le ministre Xavier Darcos vient d'envoyer une lettre aux syndicats indiquant notamment qu'"afin de permettre l'adapatation progressive de l'appareil universitaire de formation, les concours actuels seront maintenus dans leur état actuel pour la session 2010. La réflexion sur la rénovation des concours de la session 2001 devra s'engager rapidement".

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon